999 ans de serial killers

Deux nouveaux livres pour Stéphane Bourgoin.
Le premier présente les courts portraits de 365 tueurs, dans une sorte d’almanach.
Le second est consacrés aux conversations qu’il a eut avec les tueurs en série qu’il a interrogé aux États-Unis.

Le premier ouvrage, sorti en mars 2013, est « 999 ans de serial killers » :

999 ans de serial killers« 365 authentiques portraits de serial killers, un pour chaque jour de l’année, depuis l’antiquité jusqu à nos jours.
Assassin à 13 reprises et condamné à mort, on oublie de le pendre pendant sept ans et il est gracié. Un auteur de nouvelles, fan d’Hannibal Lecter, éventre sa mère pour y placer une poupée. Policier à Miami et tueur en série de criminels, il inspire le héros de la série « Dexter ». Une adolescente dénonce son père serial killer dans un talk-show à la télévision. Un vampire suédois qui consomme la chair de ses deux soeurs. Un père et son fils deviennent tueurs en série à 22 ans d intervalle. Schizophrène et serial killer, il rêve d être Freddy Krueger. Un authentique tueur en série engagé pour jouer aux côtés de Val Kilmer. Condamné pour huit des trente meurtres qu’il avoue, Thomas Quick est un serial killer qui n’a jamais existé. Un serial killer canadien qui écrit des livres pour enfants… »

MISE A JOUR : L’ouvrage est publié en format poche chez « La Mécanique Générale » depuis 11 février 2016.

Le second ouvrage, sorti en mai 2012, est « Mes conversations avec les tueurs » :

« Dans tous mes ouvrages parus depuis la fin des années 1980, j’ai toujours présenté les portraits de tueurs, leurs interrogatoires et le récit des enquêtes de manière distancée, sans porter le moindre jugement ni faire part de mon ressenti. Avec « Mes conversations avec les tueurs », je désire vous faire partager l’envers du décor, c’est en quelque sorte les « coulisses » de mes précédents livres. Vous montrer les épreuves physiques des changements d’avions quotidiens, des moments d’angoisse qui précèdent les entretiens, des formalités inhérentes à ce type d’activité, la tension et le stress des confrontations, la peur, parfois. Plus de vingt ans plus tard, mon corps se souvient encore de la terreur qui s’est emparée de moi lors de ma rencontre avec Gerard Schaefer, un ex-policier accusé du meurtre de 34 femmes en Floride. Dès l’instant où je me suis trouvé face à lui, j’ai eu le sentiment d’être confronté au Mal absolu. Un souvenir qui me hante en permanence. Affronter ces individus peut être dangereux d’un point de vue psychique. Pour les faire parler, il faut baisser sa garde, s’ouvrir complètement à un psychopathe manipulateur, menteur et dénué du moindre scrupule. S’il sent que vous êtes sur la défensive, le tueur ne va pas vous parler.

Faire du tourisme aux USA, c’est une chose. Y aller pour interroger des serial killers, c’est une autre histoire, que je me propose de vous résumer dans ce livre illustré. Au fil des ans, vous avez été nombreux à me demander « comment c’était », quelle impression cela me fait d’être face à face avec des tueurs. Certains peuvent se montrer agressifs, je pense notamment à Joseph Baldi dans la prison de Sing Sing dont vous pourrez lire le compte-rendu du face à face. Et, pour mieux vous faire partager les coulisses de mon travail, j’ai souhaité que « Mes conversations avec les tueurs » soit enrichi des nombreuses photos prises lors de mes voyages, qu’il s’agisse des prisons, des scènes de crimes, des policiers, des éléments de preuves, mais aussi des trop rares moments de détente.

Je suis préparé, mentalement, à rencontrer des « personnages » plus ou moins hors du commun ; sur ce point-là, je ne reviens jamais bredouille. Mais là où je suis souvent surpris, c’est lorsque je me demande à mon retour à Paris si ces voyages ont réellement existé. Oui, ils sont bien réels. Et incroyables. »

error: Content is protected !!
WpCoderX