Alfred Gaynor admet un nouveau meurtre

Alfred Gaynor, déjà condamné à vie pour les viols et les meurtres de 4 femmes, a avoué avoir assassiné une autre habitante de Springfield et avoir laissé sa petite fille mourir de faim.

Grâce à ses aveux, Gaynor devrait permettre la libération de son propre neveu, Paul Fickling, qui avait été condamné pour le meurtre d’Amy Smith, 20 ans, et de sa fille de 22 mois, Destiny, commis en juillet 1996.

La mort de cette jeune mère et de son enfant avait horrifié les habitants de Springfield, et particulièrement lorsque l’on détermina que la petite fille était morte de faim et de déshydratation alors qu’elle s’était allongée à côté du cadavre de sa mère.

A l’époque, Paul Fickling était l’ex petit ami d’Amy Smith. Ils étaient séparés mais il l’avait harcelée et elle avait obtenu un jugement qui l’empêchait de l’approcher.

Alfred Gaynor, 41 ans, a été reconnu coupable en 2000 des meurtres de 4 femmes entre le 1er fin 1997 et début 1998.
– JoAnn Thomas, 38 ans, découverte chez elle le 1er novembre 1997.
– Loretta Daniels, 38 ans, découverte dans une allée proche d’un bureau de poste le 2 février 1998.
– Rosemary Downs, 42 ans, découverte chez elle le 11 février 1998.
– Joyce Dickerson-Peay, 37 ans, découverte devant un restaurant vide, le 11 mars 1998.

C’est l’avocat de Paul Fickling qui a poussé Gaynor à avouer officiellement son crime. Il répétait depuis des années que son client était innocent et qu’il possédait des preuves solides liant Gaynor au meurtre d’Amy Smith et de Destiny.
Fickling, 31 ans, avait été condamné par 2 fois à la perpétuité. Sa condamnation avait été confirmée en 2001 et la Haute Cour lui avait refusé un nouvel appel en 2004, dédaignant les affirmations de son avocat.

Amy Smith et sa fille

Amy Smith et sa fille

Gaynor a admit que son neveu n’y était pour rien dans le meurtre d’Amy Smith. Il a par contre tenté d’expliquer son crime en se donnant des excuses : « J’étais saoul et j’avais pris de la cocaïne… Elle m’a laissé rentrer. Je lui ai demandé si je pouvais lui emprunter de l’argent. Elle m’a dit qu’elle n’avait que des tickets restaurant mais elle ne voulait pas m’en prêter alors elle m’a mis en colère. J’ai pris ses 79$ en tickets restaurants et puis je l’ai violée et je l’ai tuée… ».
Amy Smith avait été retrouvée nue, les mains attachées, un sous-vêtement enfoncé dans la bouche.

Gaynor a autorisé son ex-avocate, Linda Thompson, à rompre le secret professionnel afin qu’elle puisse se retirer et témoigner contre lui. Thompson avait défendu Gaynor lors de son procès pour les meurtres de JoAnn Thomas et Rosemary Downs. Le 20 mai 1998, alors qu’elle venait lui rendre visite en prison, Gaynor lui avait avoué le meurtre d’Amy Smith et de sa fille. « Alfred Gaynor nous a expliqué qu’il s’était rendu au procès de son neveu en pensant qu’il ne pourrait pas le condamner parce qu’il était innocent, vu que le véritable coupable, c’était lui ».
Alfred Gaynor avait également donné à l’avocat de son neveu des informations que seul pouvait connaître l’assassin d’Amy Smith.

Dans sa demande d’un nouveau procès, l’avocat de Fickling a précisé qu’en presque 10 ans, il avait déposés d’innombrables motions et appels pour que son client soit rejugé et que des analyses ADN soient réalisées.

Le procureur d’état avait « instruit personnellement les deux affaires et a toujours eu accès aux résultats des tests ADN et aux preuves matérielles pour les deux accusés ».
Selon l’avocat de Paul Fickling, le procureur n’a rien fait pour connaître la vérité au sujet du meurtre d’Amy Smith.
En 2003, l’avocat lui avait fait remarquer qu’il existait de grandes similarités entre le meurtre d’Amy Smith et les méthodes utilisées par Gaynor pour assassiner 4 autres femmes, meurtres pour lesquels il avait été condamné. Le procureur lui avait répondu laconiquement que Gaynor n’était pas responsable des meurtres d’Amy Smith et de Destiny. « Bien qu’il soit vrai que M. Gaynor est un tueur en série et est tout à fait capable d’assassiner des gens, heureusement il est emprisonné et ne sera plus capable de faire du mal à qui que ce soit. Les preuves présentées lors du procès de Paul Fickling ont établis sans aucun doute que M. Fickling est responsable de ces deux morts« .

L’avocat de Paul Fickling avait demandé en 2002 de nouvelles analyses ADN, affirmant qu’il s’attendait à ce que « du matériel ADN prélevé sur un sous-vêtement, dans la gorge d’Amy Smith, révèle des preuves liant Alfred Gaynor à ce meurtre« .
On le lui avait refusé, sous le prétexte qu’il ne pouvait prouver que ses nouvelles analyses permettraient d’accorder un nouveau procès à Paul Fickling.
En 2003, l’avocat avait demandé un examen d’un dossier scellé et « classifié » comprenant une déclaration de Linda Thompson, alors avocate de Gaynor. Il avait expliqué qu’il avait « des motifs raisonnables de croire » que ce dossier contenait des preuves de la culpabilité de Gaynor, qui auraient pu innocenter son client. La juge de la cour Supérieur lui avait refusé à la fois cet accès mais aussi de nouveaux examens ADN.
Cette fois-ci, l’avocat de Paul Fickling a demandé une audience immédiate afin que son client soit libéré sur parole…

Le procureur du comté de Hampden, William Bennett, a répondu qu’il était « sceptique » concernant les aveux d’Alfred Gaynor, mais que les preuves seraient néanmoins examinées…

gaynor_victims

error: Content is protected !!
WpCoderX