Arthur Shawcross est mort

Arthur Shawcross, un tueur en série condamné à 250 années de prison pour avoir étranglé ou battu à mort 11 femmes à Rochester (état de New York) à la fin des années 1980, est mort le 10 novembre, à 63 ans.

Le porte parole du Département des Services pénitentiaires de l’état de New York a indiqué que Shawcross, qui était incarcéré à la prison d’état Sullivan à Fallsburg, avait été conduit le matin du 10 vers un hôpital à Albany, après s’être plaint de violentes douleurs dans les jambes. Victime d’une thrombose veineuse, il a fait une embolie pulmonaire suivi d’un arrêt cardiaque.

Shawcross avait été arrêté le 4 janvier 1990, un jour après que la police l’ait vu près du corps gelé de l’une de ses victimes. Durant 21 mois, les corps de plusieurs femmes – dont neuf prostituées de Rochester – avaient été découverts le long des rives de la Genesee River ou dans des criques, des gorges ou des endroits boisés isolés proches de petits chemins de campagne.
Les policiers avait découvert que Shawcross était alors en liberté conditionnelle, après avoir passé 15 des 25 années auxquelles il avait été condamné pour le meurtre par strangulation d’une fillette de 8 ans, en 1972, à Watertown (NY). Il avait admis ce meurtre, ainsi que celui d’un garçon de 10 ans, également à Watertown. Il n’avait pas été accusé de ce second meurtre car la justice pensait ne pas détenir assez de preuves pour pouvoir le faire condamner.

victimes shawcross

Les victimes de Shawcross : Jack Blake, Karen Ann Hill, Dorothy Blackburn, Anna Steffen, Dorothy Keeler, Patricia Ives. Frances Brown, Maria Welch, June Stotts, Elizabeth Gibson, Darlene Trippi, June Cicero. Il manque Felicia Stephens.

Shawcross était né à Watertown en 1945. Après avoir été libéré sur parole en 1972, il avait vécu un court moment à Binghamton puis dans la petite ville de Delhi, mais les protestations de la population l’avaient poussé à partir. Les autorités pénitentiaires l’avaient donc aidé à s’installer à Rochester en 1987. Là, il avait épousé une femme qui avait correspondu avec lui lorsqu’il était en prison, et avait obtenu un travail de nuit : il nettoyait et emballait des salades….

Le 13 décembre 1990, après un procès de 13 semaines, un jury avait condamné Shawcross pour les meurtres de 10 femmes. Trois mois plus tard, il avait été condamné pour un onzième meurtre, dans le comté voisin de Wayne.
Lors de ses aveux, Shacross avait expliqué aux enquêteurs que durant des années, alors qu’il était marié et qu’il avait une maîtresse, il avait fréquenté les prostituées du quartier « chaud » de Rochester.
Il avait affirmé en avoir tué une parce qu’elle l’avait mordue, une seconde parce qu’elle faisait trop de bruit lors de leurs rapports sexuels, une autre parce qu’elle avait tenté de voler son portefeuille et une autre encore parce qu’elle lui avait dit qu’il était « mou ».
Les jurés avaient rejeté les arguments de la défense selon laquelle Shacross était un aliéné mental parce qu’il avait été blessé à la tête, qu’il avait été abusé durant son enfance et qu’il avait vécu une expérience traumatisante en tant que soldat durant la guerre du Vietnam.