Bibliographie : Bandes dessinées

La bande dessiné est un medium particulièrement bien adapté pour exprimer de manière visuelle l’horreur des crimes des tueurs en série. Voici quelques bandes dessinées choisies parmi tant d’autres, que j’ai particulièrement appréciées.

Presque tous les livres présentés sur cette page peuvent être acquis sur Amazon.fr en cliquant sur leur titre ou sur la couverture.
Amazon me reverse 5 à 10% de commission sur vos achats, ce qui me permet d’acheter d’autres livres et de développer le site. Merci !

Les livres sont parfois disponibles en version numérique (ebook) chez Numilog en cliquant sur le lien texte.

Résumé : Dans un petit village comme Chabouté aime les raconter, des meurtres se succèdent. Les habitants sont persuadés qu’il s’agit de l’oeuvre des loups récemment réintroduits, mais l’inspecteur chargé de l’enquête a des doutes : les blessures ne correspondent pas…

Résumé : Il prétend se nommer Wednesday. Il signe ses crimes d’un W sanglant tracé sur les murs avec le sang de ses victimes. Personne n’a jamais vu son visage, on ne sait rien de lui sauf qu’il ne tue pas au hasard, mais surtout…qu’il est mort voici 24 ans.

Résumé : Cette bande dessinée (un pavé de 576 pages !) met en images les crimes de Jack l’Eventreur et un jeune enquêteur, un peu medium, qui le poursuit. « From hell porte un nouveau regard sur L’Eventreur, se penchant sur les dimensions historique, politique (notamment le poids de la Franc-maçonnerie), sociale (la critique de l’Angleterre victorienne), métaphysique et mystique de cette célèbre affaire ».
Critique : Un chef d’oeuvre ! C’est une bande-dessinée culte et elle le mérite. Très sombre, très détaillée, très réaliste, elle décrit non seulement les crimes de Jack l’Eventreur, mais également toute l’atmosphère de l’époque, et notamment l’affreux quartier de White Chapel et ses prostituées. Le dessin « brut » est déroutant mais s’accorde parfaitement avec l’histoire. Le scenario en lui-même est souvent fantaisiste (le complot, l’identité de l’Eventreur, les relations des victimes, l’âge et les capacités médiumniques d’Abberline…) et parfois terriblement réaliste. C’est une BD violente et noire, à ne pas mettre entre toutes les mains (cf le meurtre de Mary Kelly sur 30 pages !). Alan Moore propose à la fin de l’ouvrage une liste de ressources sur l’Eventreur : rien que pour ça, procurez-vous cette BD.

Résumé : Hélène Jegado est bretonne et tueuse en série. Ce n’est pas une simple tueuse en série, c’est la tueuse en série. A ce jour aucune femme n’a autant de sang sur les mains qu’elle. Sous le règne de Napoléon III, cette bonne de curé a tué, pendant près de 30 ans, plus de 30 personnes dans le Morbihan et la région rennaise. Arrêtée, elle est condamnée et guillotinée.

Résumé : « Londres. Cinquante ans après les terribles crimes de Whitechapel, un inconnu s’ingénie à reproduire le parcours de Jack l’Eventreur. En suivant la piste de l’assassin, Carland Cross finit par croiser… son propre destin. Quelle est donc cette malédiction qui semble peser sur le détective et qui entraîne lentement, de meurtre en meurtre, vers la folie ? Une histoire angoissante… dans l’ombre maudite de l’Eventreur ».

Résumé : « Cet album relate la carrière criminelle de H.H. Holmes, considéré comme le premier serial killer répertorié dans l’histoire de l’Amérique moderne. Herman Webster Mudgett, plus connu sous le nom d’H.H. Holmes, pendu en mai 1896, était un vulgaire escroc devenu meurtrier, suspecté d’avoir commis entre cinquante et deux cents meurtres, mais dont un seul a été reconnu. »
Critique : Le premier tome présente la jeunesse et les premiers crimes et délits de H.H. Holmes. Le tome 2 aborde les crimes que Holmes a commis durant l’exposition universelle de Chicago.  Le graphisme est original, et parfaitement adapté à l’histoire. Le scénario, touffu, est assez proche de la réalité et montre bien la froideur de Holmes lors de ses crimes. (Il induit par contre que Holmes aurait été Jack l’Eventreur… Les mythes ont la dent dure :-/)

Résumé : « En 1922, Henri Désiré Landru est reconnu coupable de l’assassinat de 10 femmes et d’un homme. De la fumée nauséabonde se dégageait de la cheminée de sa villa de Gambais… On y a récupéré une cuisinière dont les tuyaux avaient beaucoup servi… Malgré deux ans d’instruction acharnée, personne ne réussit à faire reconnaître ses crimes à Landru… Il n’avoua rien. Aucun cadavre ne fut retrouvé… »

Résumé : Derf Backderf a passé son enfance à Richfield, petite ville de l’Ohio située non loin de Cleveland. Au début des années 1970, il entre au collège, où il fait la connaissance de Jeffrey Dahmer, un enfant solitaire au comportement un peu étrange. Les deux ados se lient d’amitié et font leur scolarité ensemble jusqu’à la fin du lycée. Jeffrey Dahmer deviendra par la suite l’un des pires serial killers de l’histoire des Etats-Unis. Arrêté en 1991, puis condamné à neuf cent cinquante-sept ans de prison pour une série de dix-sept meurtres, Dahmer, surnommé « le cannibale de Milwaukee », finira assassiné dans sa cellule en 1994. Mon ami Dahmer est le récit de la jeunesse de ce tueur. 

Résumé : Kenzo Tenma est un homme à première vue sans histoire. Neurochirurgien de génie travaillant en Allemagne, promis à un brillant avenir, ce jeune japonais va soudain voir sa vie basculer dans l’obscurité et la solitude à la suite de meurtres non résolus dont il va être accusé. Il découvre vite qu’il en est en partie responsable du fait d’avoir, 9 ans auparavant, sauvé un jeune garçon au lieu d’une personnalité politique, mettant par la même occasion en péril sa carrière professionnelle. Mais comment imaginer que sous les traits d’un petit garçon pouvait se cacher un des pires monstres que l’humanité pouvait engendrer ?

Résumé : Brescia, Italie, de nos jours. Giuliano Nero, un ex-flic devenu détective privé, végète dans une sorte d’indifférence grise et apathique. Décalé, démotivé, absent. Jusqu’à ce qu’un homme, venu vers lui en désespoir de cause, parvienne à le sortir de sa torpeur : le père d’une jeune femme assassinée récemment, Silvia, retrouvée égorgée dans une scierie. Les terribles blessures qu’on lui a infligées ont été grossièrement recousues sur les lieux du crime, très certainement par son assassin.

Résumé : Le Protocole du tueur entraîne ses lecteurs au coeur de la France profonde, là où les notables règnent en maîtres sur une population docile. Un névropathe recherché par la police, après avoir tué trois prostituées, signe ses crimes en liant les chevilles de ses victimes de deux tours de corde. Un député-maire d’une paisible cité lorgnant sur un poste de ministre est au centre de l’intrigue après la mort de sa jeune maîtresse. Petit détail qui compte, les chevilles de la jeune femme ont été entourées quatre fois par la corde. Le tueur n’aurait-il pas respecté son protocole ?

Résumé : 1935. Les Etats-unis se remettent péniblement du jeudi noir et de la crise économique qui les frappe depuis 1929. En Allemagne, un certain Adolf Hitler est au pouvoir depuis janvier 1933 et semble bien décidé à rendre à l’Allemagne sa puissance d’avant 1918. L’Amérique est donc dans un difficile entre-deux, se débattant dans le marasme économique et dans une situation internationale qui marche à la guerre sans encore le savoir. C’est dans ce contexte qu’elle va engendrer le premier tueur en série de son histoire : Torso, le « tueur aux torses ».

Résumé : Dans les années 1980, la priorité de la police de Seattle était l’appréhension du « Tueur de la Green River », surnom du meurtrier de dizaines de femmes. Mais en 1990, alors que le nombre de meurtres s’était élevé à au moins quarante-huit, l’affaire a été remise aux mains d’un seul détective, Tom Jensen. Après vingt ans, Gary Ridgway, finalement confondu grâce à une recherche ADN, est interrogé par Jensen pendant cent quatre-vingts jours dans le but de combler les vides de l’enquête et de comprendre son mobile : une confrontation historique avec une incarnation du Mal, un homme aussi inquiétant que déroutant. À ce jour, quarante-neuf meurtres lui sont officiellement attribués, mais Ridgway en a avoué soixante et onze. La plupart des corps n’ont jamais été retrouvés.