Bibliographie : Criminologie et sciences forensiques

Voici une bibliographie ayant pour thème la criminologie (l’étude de la nature et des causes du crime) et et les sciences forensiques (également appelées sciences médico-légales), en rapport avec les tueurs en série.

Presque tous les livres présentés sur cette page peuvent être acquis sur Amazon.fr en cliquant sur leur titre ou leur couverture.
Amazon me reverse 5 à 10% de commission sur vos achats, ce qui me permet d’acheter d’autres livres et de développer le site. Merci !

Les livres français sont parfois disponibles en version numérique (ebook) chez Numilog en cliquant sur le lien texte.

Résumé : Ce livre présente une véritable histoire des Experts, popularisés par les séries télévisées et la résolution des affaires criminelles rapportée régulièrement dans les médias de toute nature. Un plongeon dans les traces et les preuves, mais surtout le génie méthodique de celles et ceux qui ont voulu comprendre et résoudre le crime par la science.

Résumé : Ce livre examine 28 affaires de tueurs en série afin de comprendre comment ils ont finalement été appréhendés. Le but est de déterminer les moyens d’investigation les plus efficaces pour enquêter sur des affaires similaires dans l’avenir. Earl James est un ex Marines et un ancien officier de police.
Critique : Earl James présente en fait « ce qu’il ne faut pas faire si vous ne voulez pas rater votre enquête sur un tueur en série », en décrivant les erreurs faites par des enquêteurs, et la manière dont les enquêtes auraient du être menées. Il explique à quel point il est important que les différents services de polices communiquent entre eux. Il aborde d’autres sujets très intéressants : les mythes concernant les tueurs en série ; pourquoi ils sont souvent arrêtés, interrogés puis relâchés ; les preuves physiques que l’on trouve le plus souvent sur une scène de crime ; pourquoi une équipe spéciale est souvent nécessaire pour résoudre une affaire de meurtres en série ; comment bien conduire un interrogatoire… Indispensable !

Résumé : Michel Sapanet dirige l’unité de médecine légale du CHU de Poitiers. Expert judiciaire, maître de conférences des universités, il pratique et enseigne depuis vingt ans une médecine légale de terrain. À sa suite, nous voilà sur le terrain, sur les lieux du crime et dans l’intimité des victimes. Sa vie, c’est la mort. Égorgés, poignardés, étranglés, pendus, noyés, tués par balle, tous finissent par parler. Sur sa table en inox, avec un immense respect, le légiste leur inflige l’ultime violence, celle de l’autopsie. Quelle vérité enferme ces corps anonymes, bien souvent méconnaissables ?
Critique : Sur un sujet plutôt glauque, le docteur Sapanet instille avec justesse des touches d’humour pour nous raconter une trentaine de courtes chroniques, les spécificités de la médecine légale, son travail sur des enquêtes particulières, la venue de sa vocation… tout en faisant preuve de retenue et d’humanité pour ses « clients ». Non seulement c’est bien écrit mais c’est didactique.

Résumé : Ce classique est un point de repère qui classifie, comme son nom l’indique, trois crimes majeurs : le meurtre, l’incendie criminel et l’agression sexuelle, en se basant sur la motivation de l’agresseur.
Critique : C’est un ouvrage de référence, le résultat de plus de 10 ans de recherches et de développements. Ce livre a jeté les bases du « profiling » moderne… à l’américaine, certes. Pour les professionnels (policiers, juges, psy, etc) et les passionné(e)s, il offre un accès aux informations utilisées par le FBI pour coordonner ses enquêtes. Ce manuel présente plusieurs affaires et décrit les faits avant que les auteurs ne discutent des éléments spécifiques du crime.

Résumé : L’auteur a « réuni plus d’une centaine de spécialistes en psychiatrie et psychologie, médecine légale, criminologie et droit, sociologie, histoire, philosophie et anthropologie. En 752 pages, l’ensemble fait le point des connaissances actuelles sur des sujets aussi variés que les crimes de guerre, l’eugénisme, les schizophrènes dangereux, les délinquants sexuels, sans oublier bien sûr les victimes : enfants maltraités, personnes âgées battues ou abandonnées, fillettes victimes de mutilations sexuelles… Ce tour d’horizon, le premier du genre, pose peut-être plus de questions qu’il n’apporte de certitudes, sinon qu’il faut malgré tout croire en l’Homme, capable certes du pire, mais aussi du meilleur (et certains diront, en lisant les chapitres sur les tortures sexuelles ou l’anthropophagie, du meilleur du pire…). »

Résumé : Dans le champ des sciences criminelles, les professionnels se côtoient, collaborent, s’apprécient souvent, mais sans toujours bien comprendre ou de façon imparfaite ce qu’ils peuvent attendre les uns des autres. C’est dans cet esprit, qu’a été conçu cet ouvrage interdisciplinaire, rédigé, dans un style accessible, par d’éminents universitaires français, belges, québécois, suisses et par des praticiens chevronnés. Le dictionnaire aborde toutes les disciplines des sciences criminelles : le droit, la philosophie pénale, la criminologie, la victimologie, la criminalistique, la médecine, la psychiatrie et la psychologie légales. Le lecteur y trouvera plus de 300 articles qui font référence, à la fois synthétiques et actuels : du  » casier judiciaire  » au  » plaidoyer de culpabilité  » en passant par  » l’identification génétique  » ou le  » portrait-robot « … Un ouvrage qui se veut à la portée de tous et qui permettra à l’utilisateur d’acquérir, en un seul volume, toute la richesse et l’étendue de la matière.

Résumé : La version abrégée et abordable d’un classique (« Criminal Interrogation and Confessions ») présentant des techniques pour interroger les criminels, offrant une approche basée sur la psychologie. Les auteurs examinent l’interrogatoire en neuf étapes et appuient sur la nécessité de distinguer les mensonges des véritables aveux.
Critique : Ce livre présente de manière plus simple le grand classique de John Reid, qui est souvent considéré, à raison, comme le meilleur ouvrage sur l’interrogatoire des suspects. Les auteurs abordent tous les sujets (non seulement le comportement du suspect mais aussi celui de « l’interrogateur »), toutes les étapes, indiquant même des « trucs et astuces », dans le but de libérer l’innocent et de confondre le coupable. Un ouvrage de référence.

Résumé : « Ce manuel, qui explique les techniques de l’enquête criminelle à ses diverses étapes, peut fort bien servir de livre de consultation pour un citoyen qui veut s’instruire sur la question ».
Critique : L’auteur de ce livre est Québecois. Cet ouvrage, selon l’éditeur, « répond aux exigences de contenu du cours ’Enquête criminelle du programme de techniques policières’ « … Canadiennes, je suppose. Il offre d’ailleurs une abondante documentation canadienne et américaine. Il décrit le rôle des principaux intervenants sur une scène de crime (« simples » policiers, enquêteurs généralistes et spécialisés), puis présente les aspects techniques et légaux de l’enquête criminelle. Il propose également une explication des techniques de recherche des preuves matérielles ainsi que des techniques d’entrevue et d’interrogatoire des témoins et suspects. Un ouvrage intéressant.

Résumé : Depuis plusieurs décennies, force est de constater que la délinquance augmente, notamment chez les mineurs et les femmes. Les viols, les agressions sexuelles, les incestes et actes pédophiles se multiplient et constituent l’essentiel des jugements d’assises. Les experts jouent un rôle important dans la procédure d’instruction. C’est à eux que revient la charge de décortiquer la personnalité des auteurs, d’en comprendre les méandres, les cheminements, afin d’éclairer la cour. Il appartient aussi aux experts en sciences humaines d’estimer la dangerosité des délinquants et leur risque de récidive. Les victimes sont expertisées pour évaluer leur préjudice, les séquelles éventuelles et la fiabilité de leurs dires. Précurseur de l’analyse criminelle en France, Michèle Agrapart évoque dans cet ouvrage non seulement les différentes facettes de l’expertise criminelle, mais aussi la formidable évolution de la criminalistique avec l’ADN et les nouveaux logiciels d’analyse.

Résumé : LE livre sur la médecine légale. Les auteurs commencent par une vue d’ensemble de cette spécialité consistant à reconnaître et interpréter les maladies et les blessures sur un corps humains, afin de comprendre comment la personne est décédée. Puis, ils entrent dans le vif du sujet : heure de la mort, blessures traumatiques, crash d’avion, mort dans une maison de retraite, mort après une lutte violente, collecte de preuves, écriture du certificat de décès…
Critique : Un excellent (gros) livre. Si le sujet vous passionne, cassez votre tirelire. Cet ouvrage explique toutes les difficultés de la médecine légale. Les auteurs ne font pas dans la dentelle et expliquent tout en détail, photos à l’appui (âmes sensibles, s’abstenir !). Tous les sujets concernant la mort sont traités (mort infantile, brûlures, viols, coups de couteau, suffocation, armes à feu, suicide, asphyxie par un python…) et le livre explique comment reconnaître une preuve, une blessure, l’état particulier d’une partie du corps.

Résumé : Voici une approche de l’analyse sérielle de la criminalité, et plus loin, de l’homme criminel ou déviant. Des concepts sont avancés, empruntant à l’analyse clinique et psychopathologique, à l’analyse comportementale. Un modèle de sérialité émerge et redéfinit la fonction acte qui se lit en séquences et en impasses. La psychocriminologie ne peut plus être seulement un savoir à côté d’un autre.

Résumé : Cet ouvrage se propose dans une première partie d’aborder la scène du crime de manière générale ainsi que les buts de l’investigation. Les méthodes de recherche, de révélation, de prélèvement et de transfert des traces sont détaillées. La deuxième partie examine le traitement des traces d’objets qui constitue la partie pratique de l’investigation de la scène de crime.
Critique : Dans la 1ère partie de ce livre, plutôt réservée aux spécialistes ou aux passionnés, l’auteur aborde la scène de crime et les buts de l’enquête, de manière générale. Il montre l’importance d’une étape essentielle dans l’investigation : la fixation des lieux. La seconde partie, plus pratique, concerne le « traitement des traces d’objet », des marques de passage, des traces de véhicules ou de chaussures, des traces relevées sur les outils ou dues à leur emploi. L’auteur offre également une « check-list » des éléments à posséder absolument et des logiciels existants pour aider les enquêteurs. Un des rares ouvrages en français à traiter ces sujets.

Résumé : L’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRGN) est le seul laboratoire à être accrédité par la section laboratoire du Comité français d’accréditation (Cofrac). Au fil des affaires, cet institut a su prouver ses compétences dans la lutte contre la criminalité. Page après page, le lecteur découvrira les coulisses de ce sanctuaire, du travail des techniciens en identification criminelle (TIC) sur les scènes d’infractions aux analyses des scientifiques et des ingénieurs de l’IRCGN. Quotidiennement, ces hommes et ces femmes font parler les indices, parfois invisibles à l’oeil nu, comme l’imaginait Edmond Locard un siècle plus tôt.

Résumée : Vous êtes fasciné par la criminologie, la police scientifique et le travail d’enquête ? Ce guide vous entraîne dans les profondeurs du monde du crime, et vous offre une meilleure compréhension des sombres recoins de l’esprit criminel et des moyens d’action des défenseurs de la loi. Vous comprendrez ce qu’est un crime, comment le mesurer, et ses conséquences sur les victimes et la société en général. Vous explorerez les différentes théories qui cherchent à expliquer pourquoi les individus commettent des crimes. Vous identifierez les différents types de crimes, du crime en col blanc au crime organisé ou au terrorisme. Vous suivrez les policiers pendant qu’ils poursuivent et arrêtent les criminels.

Résumé : Diplômée de thanatologie, l’auteur est lieutenant de police à l’Identité Judiciaire de Paris. La recherche des indices, l’observation des signes cadavériques et la lecture des scènes de crime constituent son quotidien. De sa passion pour les polars, Perrine Rogiez-Thubert a fait son métier. Quatre cents cadavres plus tard, la jeune femme s’apparente bien plus à Patricia Cornwell qu’à Sherlock Holmes. Elle a fait sa place dans ce milieu majoritairement conquis par les hommes !
Critique : C’est excellent ouvrage n’est pas un livre « grand public » comme l’est celui du gendarme Thierry Lezeau. Il est plus technique et s’adresse plutôt aux passionnés ou aux policiers intéressés par le sujet. Il n’en est pas moins captivant et le glossaire disponible en fin d’ouvrage le rend plus accessible. L’auteur aborde tous les sujets ayant rapport avec la scène de crime et le cadavre (de la découverte à l’autopsie), de manière précise, détaillée et parfois un peu « dégoûtante » (un crime n’est jamais aussi « propre » qu’à la télé…). Perrine Rogiez-Thubert cite des exemples tirés d’affaires sur lesquelles elle a travaillé afin de démontrer les spécificités de chaque techniques, les erreurs à ne pas commettre, les fausses pistes par lesquelles on peut être tenté… A lire !

Résumé : « Cette dénomination recouvre l’ensemble des connaissances et des moyens d’analyse visant à l’administration de la preuve dans le procès pénal. Le domaine d’activité est la criminalistique, discipline au carrefour de sciences matérielles faisant appel à des techniques très sophistiquées ».
Critique : L’auteur aborde d’abord la police scientifique dans l’histoire depuis le début du 20e siècle, puis dévoile les structures de la police et de la gendarmerie scientifique. Il explique comment ils agissent sur une scène de crime, les constatations matérielles, l’examen du corps, la collecte des indices… Il aborde finalement la documentation que possède la police scientifique : fichier des personnes recherchées ou des véhicules volés, archives criminelles… Un bon livre qui expose tous les sujets. Intéressant.

Résumé : « De la loupe de Sherlock Holmes à la révolution ADN : le panorama complet de la police scientifique et de ses méthodes vulgarisées par les séries télévisées. Comprendre les progrès que permet la science dans le traitement des indices. Mieux connaître le travail des professionnels et les outils qu’ils utilisent. De nombreux exemples issus de réelles enquêtes de terrain complètent cette présentation. »
Critique : Un ouvrage à la fois généraliste et détaillé. Les descriptions sont simples, bourrées d’anecdotes et d’histoires réelles, et le livre aborde tous les sujets concernant la police scientifique : historique de ces sciences, puis description des différentes techniques (ADN, scène de crime, empreinte, sang…), spécificité des moyens utilisés lors des « morts de masse », cybercriminalité… Le dernier chapitre traite des « vrais experts », en France et ailleurs, histoire de faire tomber quelques clichés. Intéressant.

Résumé : « Retrace les grandes lignes du phénomène criminel, son histoire et ses contours actuels. Ce concept a connu bien des évolutions et a donné naissance à une science, la criminologie ».
Critique : Un excellent petit bouquin synthétique. L’auteur commence par des définitions : qu’est-ce que le crime, la criminologie, la victimologie, le criminel. Puis, elle présente les différentes recherches sur les causes de la criminalité. Elle définit ensuite différentes natures de crime (dont le meurtre en série), puis décrit les moyens de lutter contre le crime, notamment en France. Elle termine en replaçant le crime dans la société. Comme le nom de sa collection l’indique, ce livre offre une vue d’ensemble sur l’essentiel à savoir sur le crime.

Résumé : « Les comportements criminels ont toujours été au centre des préoccupations humaines. Le monde, l’homme, la société seraient fondés sur un crime. Et malgré la terreur médiatique qu’elle inspire, le folie meurtrière ne représente qu’un pourcentage infime par rapport aux crimes conscients ou utilitaires ».
Critique : Le livre utilise un vocabulaire de psychologue qui pourrait en rebuter plus d’un(e)s. Mais l’effort en vaut la peine, car cet ouvrage décrit avec précision les différents comportements criminels. Les chapitres sur la conduite psychopathique, les agresseurs sexuels, les femmes criminelles et les enfants meurtriers sont particulièrement intéressants. L’auteur aborde également les différentes réponses sociales existantes, prévention et répression. Il analyse aussi les différentes théories concernant le passage à l’acte. Le dernier chapitre concerne la prise en charge des criminels psychotiques par les spécialistes : examen médical durant la garde à vue, prise en charge en milieu carcéral, prévention des récidives en fin de peine…

Résumé : « Au commencement était Sherlock Holmes… Jamais une science, la criminalistique, ne s’est autant identifiée à une aventure romanesque. Née il y a plus d’un siècle, la police scientifique n’a cessé de prendre une importance toujours plus grande dans les affaires criminelles. Les hommes en blouse blanche, médecins, chimistes ou biologistes, sont devenus les auxiliaires indispensables de l’enquêteur de terrain ».
Critique : L’auteur présente, de manière quelque peu romancée, la collaboration (pas toujours facile) entre la police en blouse blanche et les enquêteurs. A travers des affaires célèbres du 20e siècle (Ravachol, Thierry Paulin, Dandonneau, O.J. Simpson, Sacco et Vanzetti, Simone Weber…), il explique comment les différents scientifiques ont développés les sciences « forensiques » afin d’aider à résoudre les enquêtes criminelles. Captivant.

Résumé : Illustré par de multiples affaires judiciaires banales ou connues, anciennes ou récentes, cet ouvrage décrit la fonctionnalité pragmatique de la chaîne criminalistique, de la recherche d’indices sur la scène de crime à leur exploitation en laboratoire. Jacques Nain a accompli une carrière d’officier de la police judiciaire et de renseignement. Il signe ici une analyse répartie en dix chapitres thématiques qui développe le fondement de l’essor de la science du crime. Ce recueil actualisé est un hommage aux dignes successeurs d’Alphonse Bertillon et d’Edmond Locard, ces policiers de l’ombre indispensables aux enquêtes : LES EXPERTS !

Résumé : Machiavéliques, sanglants, crapuleux, les crimes fascinent autant qu’ils effraient. Face à l’horreur, tout esprit normalement constitué a toujours besoin de comprendre : pourquoi cette cruauté ? À qui profite le crime ? C’est ce que propose de découvrir cette anthologie qui passe 50 meurtres au peigne fin, de l’enlèvement du petit Lindbergh à la condamnation d’Omar Raddad, en passant par le cas OJ Simpson et la mort mystérieuse du magnat de la presse Robert Maxwell… Revivez les moments forts de l’enquête reconstituée dans ses moindres détails, depuis la découverte de la scène de crime à la collecte et l’analyse des indices et des traces d’ADN, sans oublier les suspects et les motifs envisagés.

Résumé : Un interrogatoire ou une audition ne sont pas un banal échange où l’enquêteur pose des questions et où la personne entendue y répond. Il s’agit d’un dialogue tactique, répondant à des objectifs précis. Il s’agit aussi d’une démarche qui prend place dans un cadre rigoureux et juridique et situationnel. Cet ouvrage expose toutes les connaissances requises en matière d’interrogatoires et d’auditions effectuées par la police et en mesure les enjeux.

Résumé : Les motivations d’un tueur de type sériel sont à rechercher dans les replis de son psychisme pathologique. Chacun de ses gestes et chaque mot qu’il portera ultérieurement sur les homicides commis peuvent être décryptés à travers le prisme – notamment – de la criminologie et de la psychopathologie. Tel est l’objet de la présente thèse qui tente d’analyser le comportement des tueurs en série avant, pendant et après le passage à l’acte. En amont, nous sommes amenés à nous pencher sur la biographie de ces criminels atypiques ; en aval, il convient de nous interroger sur leur devenir en détention et sur leur accessibilité aux soins, à l’aune de la notion de dangerosité.

Résumé : Un livre sur le viol en général, qui s’intéresse autant aux victimes qu’aux agresseurs. Il présente également un historique du viol depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, et l’évolution (ou non) des mentalités.
Critique : Les auteurs abordent les statistiques et les lois Françaises, puis décrivent ce que peut vivre la victime d’un viol (l’acte, la plainte, l’examen médico-légal, les conséquences psychologiques, etc). Ils consacrent un chapitre particulier au viol sur mineur. Le dernier chapitre est réservé au violeur, sa psychologie, ses réactions face à la Justice et aux lois. Un livre intéressant et qui fait froid dans le dos.

Résumé : « Discipline active dans un champ très vaste : crime organisé, terrorisme, fraude, etc., la criminalistique est la science appliquée à la recherche de la preuve. A l’aide de graphiques et d’illustrations parlants, cet ouvrage explique comment les sciences légales et la haute technologie (ADN, lasers, chimie fine, etc.) opèrent au service des policiers et des magistrats, dans leur lutte contre toutes les formes majeures de criminalité. Sur ce sujet, ce manuel est le premier publié dans notre pays en une décennie. Il présente de façon détaillée la criminalistique telle qu’on la pratique en France, mais aussi ailleurs en Europe, ainsi que dans le monde anglo-saxon (forensic sciences) ».
Critique : Je ne pense pas que ce manuel soit « le premier publié », mais il est détaillé, didactique, concret et méthodologique. Il a également l’avantage de présenter les différentes méthodes selon les pays.

Résumé : Les membres de l’IRCGN (Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale) n’ont rien à envier aux experts des séries télévisées : venez le vérifier en pénétrant dans les coulisses de ce laboratoire de police scientifique. ADN, balistique, morpho-analyse sanguine… Qu’il s’agisse de grandes affaires criminelles, de l’affaire Flactif ou encore de l’accident de la Princesse Diana, leur maîtrise des outils de pointe a fait éclater la vérité. Grâce à ces experts, le crime parfait n’existe plus.

Résumé : Comme son titre l’indique, ce livre explique les aspects pratiques (et spécifiques) des enquêtes sur les viols, particulièrement les viols en série. C’est une approche multi-disciplinaire, qui aborde autant le côté enquête criminelle, que la psychologie, la médecine légale, la sociologie, etc…
Critique : Si vous ne voulez pas devenir enquêteur, psy ou profiler, ce n’est peut-être pas la peine. Sinon, c’est un excellent ouvrage de référence. Les auteurs expliquent que plusieurs personnes, plusieurs services doivent être impliqués dans les enquêtes sur les viols, et pas uniquement la police. L’enquêteur, le médecin ou l’infirmière, l’analyste scientifique, le psychologue et le juge d’instruction doivent travailler tous ensemble. Les auteurs parlent du viol de la perspective de la victime, abordant du même coup sa prise en charge par les services officiels. Ils présentent les situations qu’un enquêteur peut rencontrer durant son investigation, les types d’agresseurs (les adultes, les adolescents, les femmes, les sadiques, les violeurs en série…), ses motivations, les mensonges, les faux aveux, comment « profiler » un violeur… Ils expliquent ce qu’est une preuve physique et comment la trouver, comment la présenter lors d’un procès. Tout ce dont vous avez besoin pour poursuivre un violeur en justice !

Résumé : Apprendre les techniques et les procédures pour appréhender (entre autre) un tueur en série. Ce livre indique les aspects pratiques des techniques d’investigations et offre des bases sur lesquelles construire un « dossier béton ».
Critique : Un must ! Ce livre est une sorte de Bible utilisée par des milliers de professionnels aux Etats-Unis et dans d’autres pays. Il comporte de très nombreuses photos (parfois très choquantes, attention !) de scènes de crimes, de blessures, etc, qui illustrent comment « interpréter » une scène de crime et un cadavre. Ce livre combine des présentations complètes de techniques avec de nombreuses études de cas très instructives (profiling, analyse d’ADN, enquête sur un viol suivi d’un homicide, suicide, etc). L’auteur explique comment former une équipe d’enquêteurs afin d’appréhender un tueur en série. Il aborde même un sujet difficile dont on parle peu souvent : comment annoncer aux familles la mort d’un être aimé.

Résumé : Sous un angle essentiellement pratique, cet ouvrage a pour ambition d’offrir un panorama introductif à la criminologie. Il en traite donc les diverses questions et principales matières doctrines juridiques et enjeux sociaux ; victimologie et analyse criminelle, médecine légale et expertise judiciaire, pénologie carcérale et protection judiciaire de la jeunesse. Ce guide est indispensable aux personnes qui se spécialisent en droit pénal et procédure pénale afin de mieux connaître la réalité sociale. Il s’adresse donc, en premier lieu, aux juristes (barreau, police, magistrature judiciaire). Mais, par son côté transdisciplinaire, il intéresse aussi les médecins (médecine légale, expertise judiciaire), les psychiatres et les psychologues (aide aux victimes).
Résumé : « L’utilisation et l’exploitation de la preuve par l’ADN est une discipline complexe, nécessitant la maîtrise de solides notions en génétique, police scientifique, statistique et éthique. L’auteur, spécialiste confirmé au bénéfice de nombreuses années d’expérience, a écrit chaque chapitre avec deux niveaux de lecture différents : il offre un ouvrage fluide, exhaustif et clairement structuré. »
Critique : Je n’ai pas lu ce livre, mais selon un lecteur… « Preuve par l’ADN“ est un livre à la fois très complet et très clair. Toutes les bases nécessaires à la compréhension de ce domaine de la génétique sont fort bien expliquées, que ce soient les notions de base de la biologie moléculaire, les caractéristiques plus pointues concernant l’ADN mitochondrial et l’ADN mini- et micro-satellite (VNTR et STR), les techniques les plus poussées de l’analyse de l’ADN à des fins judiciaires ou l’analyse des traces biologiques, sans oublier des éléments de statistique. »

Résumé : « La médecine légale a pour fonction d’apporter à la justice des avis techniques et des preuves scientifiques nécessaires à la conduite des procès. Sous la direction du docteur Jean-Pierre Campana, cette deuxième édition des Principes de médecine légale offre des contenus entièrement revus et mis à jour, complétés de nouveaux chapitres. Réalisé par le professeur Paul Fornès, l’Atlas iconographique en ligne reflète le progrès représenté par l’essor de la photographie numérique pratique essentielle en médecine légale, outil irremplaçable de vérification et de conservation des informations, ainsi que d’enseignement de la discipline. »

Résumé : La psychocriminologie est l’étude des faits criminels. Elle vise à comprendre, prévenir et traiter toutes les situations de violences et de crimes. Cet ouvrage dessine le paysage théorique, pratique et institutionnel de la psychocriminologie. Un vademecum complet qui traite tous les aspects psy, médicaux, juridiques et sociaux du domaine.

Résumé : « Notre époque est à la peur comme à la sécurité, au crime comme à la justice. Nombre de faits divers giflent notre quotidien ; nombre de crimes sordides encombrent les prétoires. Crimes odieux, crimes fous, rituels monstrueux en terres ordinaires. Chaque fois, on se persuade que le crime peut être déjoué, que les criminels, tôt ou tard, finissent par être punis. Mais est-il si aisé d’établir un portrait type du criminel et de répondre au trouble qu’il génère dans le corps social ? ». Cerner la mentalité de « l’homme qui tue » : telle est l’ambition de Jean-Michel Labadie, qui s’appuie sur l’analyse du discours institué sur le crime et confronte les points de vue de la justice, de la science et des criminels eux-mêmes, qu’il a longuement côtoyés pour mener à bien sa réflexion.

Résumé : « Ce qui touche à la mort induit habituellement le rejet, le silence. Le Pr. Dominique Lecomte, médecin légiste, nous fait pénétrer dans une sphère normalement fermée au profane : la pratique de l’autopsie. Chaque corps qui lui est confié constitue une énigme. Sous la pression de la famille, du juge, de l’opinion, elle doit faire parler le mort, cerner les causes du décès. Il faut alors procéder avec minutie, utiliser ses sens – vue, toucher, odorat – et se faire aider par les techniques modernes. En mettant au jour la vérité de leurs derniers instants, elle contribue au respect des trépassés avant de les recouvrir d’un drap blanc. »
Critique : Un excellent ouvrage qui vous plonge dans un véritable institut médico-légal « à la française ». Le Pr Lecomte fait preuve d’un grand professionnalisme et de beaucoup de respect pour ses « patients ». Elle propose de nombreuses histoires vécues (en France mais aussi au Rwanda et au Kossovo) illustrant comment est utilisée la médecine légale et comment elle peut aider à résoudre les crimes.

Résumé : Depuis une vingtaine d’années, le lieutenant Lezeau et son équipe traquent le détail, l’indice anodin qui vont leur permettre de remonter le fil d’un dossier criminel, qu’il s’agisse d’un brin de lavande plutôt surprenant dans un paysage breton ou d’une pomme provenant d’un verger des bords de Seine, retrouvée sous un cadavre dans une forêt de pins. Avec ce livre, Thierry Lezeau dévoile la réalité d’un métier exigeant, à mille lieues des fantasmes télévisuels. Où l’on prend la mesure du rôle de la science bien sûr, mais aussi de l’aspect humain, de l’instinct.
Critique : Lieutenant de gendarmerie, Thierry Lezeau, aime manifestement son métier. Le fil rouge de ce livre est une affaire sur laquelle il a travaillé, et qu’il nous raconte, dans le détail, heures près heures. Chaque chapitre est consacré à une technique particulière des sciences légales : les premiers contact avec le corps, l’analyse de la scène du crime, les prélèvements d’indices, l’autopsie, les expertises… Tout est présenté chronologiquement, sans verbiage professionnel, de manière didactique et réaliste (certaines descriptions sont affreuses). Thierry Lezeau entrecoupe l’enquête principale par de courtes descriptions d’autres affaires où telle ou telle technique avait permis de faire progresser les enquêteurs dans leur travail. Cerise sur le gateau de ce livre passionnant, l’auteur nous transmet la compassion qu’il ressent pour les victimes et la passion qu’il a pour son métier. A lire !

Résumé : Keppel présente 5 tueurs en série (Larry Eyler, Wayne Williams, John Gacy, Juan Corona et Ted Bundy), expose les faits, présente les conclusions de justice, puis donne son avis personnel. Il souligne ensuite la manière dont le tueur a été arrêté, les erreurs commises, etc, et explique comment les enquêteurs devraient agir à l’avenir.
Critique : Le Docteur Keppel est l’auteur d’autres excellents ouvrages sur les tueurs en série. Dans ce livre précis et détaillé, il explique tout ce qu’il faut faire pour arrêter, interroger, confronter, inculper, poursuivre et faire condamner un tueur en série. Un petit détail peut permettre d’emprisonner un tueur ou, au contraire, forcer à le laisser en liberté… Ce livre est un must pour tout enquêteur (et psy, juge… etc.) soucieux de bien faire.

Résumé : Autopsies, recherches d’empreintes digitales et d’ADN. Analyses vocales, études balistiques et informatiques, reconstitutions faciales… Les experts de la police scientifique disposent aujourd’hui d’outils incroyablement sophistiqués pour identifier un corps, dater un décès, reconstituer une mort violente et confondre un suspect. A travers une vingtaine d’histoires palpitantes et inédites, découvrez comment la science traque le crime.
Critique : Comme à son habitude, Bellemare (et sa complice) présente plusieurs histoires vraies de manière simple, un peu romancée, mettant cette fois-ci en avant les diverses techniques utilisées par la police scientifique. Les histoires racontées n’ont pas toujours pour sujet des crimes (le Suaire de Turin, par exemple…) mais sont toutes passionnantes. Un bon livre d’un abord facile, sans jargon spécifique, qui se lie sans déplaisir.

Résumé : Ce livre examine les concepts, les techniques et les procédures, concernant l’investigation d’une scène de crime. Il propose des études de cas, de nombreuses photographies, et un appendice sur l’équipement à posséder sur une scène de crime.
Critique : Encore un excellent ouvrage sur l’analyse de scènes de crime. Il explique, entre autre, quels indices et preuves chercher, comment les trouver, les prélever, et les préparer pour leur transport jusqu’au laboratoire d’analyses. Les textes sont détaillés, méticuleux, mais assez facilement compréhensibles. Chaque chapitre se repose sur de véritables crimes, ce qui permet d’appréhender les techniques dans leur ensemble.

Résumé : L’ouvrage part des notions physico-chimiques ou physiopathologiques de base, avant d’entamer les spécificités médico-légales propres, tout en offrant au lecteur, tant juriste, médecin, qu’enquêteur, de multiples schémas, tableaux diagnostiques, cas vécus… Près de 900 photos en couleurs : abondamment illustré, il a également la particularité de s’orienter vers les domaines peu connus et certainement futuristes, tels que l’histopathologie, l’odontologie et l’anthropologie médico-légales. La toxicologie – et ses développements actuels et futurs – bénéficie également d’une place de choix dans cet ouvrage général. Il en est de même en criminalistique des empreintes qu’elles soient digitales ou génétiques…
L’auteur s’est entouré des spécialistes les plus éminents dans leur domaine respectif, aboutissant ainsi à un ouvrage qui, tout en restant abordable et agréable compte tenu de la qualité de sa présentation, est surtout actuel, envisageant toutes les données scientifiques constituant la médecine légale de ce XXIe siècle débutant.

Résumé : « La victime est l’éternelle oubliée des scientifiques parce qu’elle suscite des réactions émotionnelles intenses, perturbant une analyse qui se voudrait neutre. D’où l’importance de la définition du concept de victime, de la connaissance des conséquences physiques et psychologiques, ainsi que du parcours de la victime dans les méandres des institutions médicales et judiciaires ».
Critique : Les auteurs présentent leur sujet en 5 chapitres : Inscription de la victime dans l’histoire (religion, violences faites aux femmes, personnes âgées) – De la victimologie classique à la victimologie aujourd’hui – Les différentes approches de la victime (sociologie, criminologie, psychanalyse) – Définition de la victime et conséquences de l’acte subi – L’aide et l’accompagnement des victimes (médical, psychologique, social, juridique). Ils offrent également des réponses pour qu’il y ait moins de victime. Intéressant.