Bibliographie : Généralistes

Voici des ouvrages généralistes qui traitent de ce que sont et ne sont pas les tueurs en série, et expliquent comment ont été menées des enquêtes, aussi bien en France qu’aux États-Unis. Si vous ne connaissez pas bien le phénomène des tueurs en série, commencez par ces livres.

Tous les livres présentés sur cette page peuvent être acquis sur Amazon.fr en cliquant sur leur titre ou leur couverture.
Amazon me reverse 5 à 10% de commission sur vos achats, ce qui me permet d’acheter d’autres livres et de développer le site. Merci !

Les livres français sont parfois disponibles en version numérique (ebook) chez Numilog en cliquant sur le lien texte.

Résumé : John Douglas, ex-agent du FBI, est, avec Robert Ressler, le profiler le plus connu au monde. Il a développé le « profiling », interviewé des centaines de criminels et, avec son unité spéciale, a aidé la police à résoudre des dizaines d’affaires. Ce livre présente le récit détaillé de ses enquêtes les plus marquantes.
Critique : L’auteur propose une approche remarquable de l’étude des serial killers. Ce livre peut être lu comme un roman et nous présente les divers moyens utilisé par les « profilers » du FBI pour tenter de comprendre ces tueurs. Douglas nous emmène dans leur monde tout en racontant son histoire vraie, ce qui facilite la lecture et nous évite de tomber dans les méandres de la psychologie des serial killers. Un bémol cependant, et de taille : Douglas ne cesse de se vanter tout au long de ce livre et cela devient vite énervant.

Résumé : « John Douglas est un homme brillant. Il en sait plus sur les serial killers que n’importe qui au monde. » (Jonathan Demme, metteur en scène du Silence des Agneaux). En cette fin de siècle, le mal a pris un nouveau visage : le meurtre en série est devenu une forme courante du crime.
Critique : Aussi intéressant que le précédent, dont il est la suite logique. John Douglas (comme son collègue Ressler) a tendance à se mettre en avant et on peut penser (à raison !) qu’il manque d’humilité, mais la qualité de son travail l’y autorise, même si sa vantardise est lassante. Douglas explique simplement et en détails les affaires sur lesquelles il a travaillé, sans utiliser un langage compliqué de spécialiste.

Résumé : Un ensemble d’articles et d’études diverses sur les tueurs en série. On apprend que beaucoup de tueurs naissent en novembre et sont arrêtés en août. Bourgoin présente une étude sur les adaptations de cas authentiques de serial killers au cinéma. On peut également lire deux nouvelles, une étude sur les docteurs ou infirmières de la mort, une utilisation concrète des profils psychologiques, un véritable copycat killer, des portraits de tueuses récidivistes…
Critique : Très intéressant. Des dizaines de portraits de tueurs et de tueuses. L’ouvrage est illustré par de nombreuses photos et documents d’archives criminelles à ne pas mettre entre toutes les mains.

Résumé : Cet ouvrage présente 365 courts portraits de serial killers, un pour chaque jour de l’année, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours.
Critique : Pour découvrir des tueurs dont vous n’aviez jamais entendu parler, plus abominables et intrigants les uns que les autres… Dommage que certains portraits soient très courts, sans doute par manque d’informations car les tueurs présentés sont recensés depuis le Moyen-Age.

Résumé : Monstres sanguinaires, souvent victimes d’un passé traumatique, les tueurs en série européens n’ont rien à envier aux meurtriers américains plus médiatisés. Dans ce troisième volume de sa série consacrée aux criminels contemporains, Véronique Lesueur-Chalmet retrace le parcours de sept personnalités effroyables, en s’attachant à comprendre comment un être humain peut ainsi de muer en monstre sanguinaire. Les « affaires » sélectionnées sont souvent méconnues ou tombées dans l’oubli, – exceptés les tristement célèbres délires meurtriers de Gilles de Rais ou de la « Comtesse sanglante » Erzebeth Bathory -, mais toutes révèlent l’impuissance de l’autorité publique face à la mécanique implacable du crime répété.
Critique : Ce livre grand public présente sept affaires plus ou moins célèbres : Hélène Jegado, Gilles de Rais, Jeanne Weber, Charles Clément, Erzebeth Bathory, Joseph Vacher et John Reginald Christie. L’auteur présente chaque affaire, de manière quelque peu romancée, en quelques pages illustrées. Un bon ouvrage qui ne fouille pas trop le côté psychologique des tueurs, mais qui à l’avantage de présenter des cas peu connus d’une manière simple et intéressante.

Résumé : « Un aimable docteur qui tue des patientes par dizaines. Un charmant jeune homme qui confectionne de délicieux pâtés avec de la chair humaine. Une comtesse qui se baigne dans le sang de jeunes femmes. Un hôtelier souriant faisant disparaître ses clients en les assassinant dans leurs chambres… Il est difficile de croire en l’existence d’hommes s’adonnant par loisir à la chasse aux victimes, à la couture sur peau humaine ou à la cuisine cannibale. Et pourtant, ces monstres existent et ont l’apparence banale de paisibles vieillards, de charmants jeunes hommes ou de femmes séduisantes. Ils ont souvent une vie de famille et une vie professionnelle normales. Comment deviennent-ils ces monstres ? A quel moment leur existence bascule-t-elle ? L’auteur est entré dans leur intimité pour tenter de comprendre comment ils sont devenus ces terrifiants prédateurs. Dans les coulisses du crime : les vies cachées des grands tueurs en série. »

Résumé : « Le criminologiste investigateur Christopher Berry-Dee est l’homme qui parle aux serial killers auxquels il rend visite dans les prisons les plus dures du monde. Dans ce livre, leur poursuite de l’horreur et de la violence est décrite par leurs propres mots. Des conversations enregistrées en audio et en vidéo qui ont permis à l’auteur de mieux les comprendre et de cerner leur personnalité. Christopher Berry-Dee décrit en toute franchise ces longues conversations avec quelques-uns des hommes et des femmes les plus dangereux au monde. Il reproduit leurs propos dans les moindres détails, retracent avec eux leurs crimes et les fait parler de leurs remords ou leurs regrets. Un travail de fond qui explore l’esprit de ces criminels en série comme aucun autre criminologiste ne l’avait fait auparavant. »
Critique : L’ouvrage de Berry-Dee est décevant. Il décrit (trop) rapidement la jeunesse des tueurs qu’il présente, ne s’attarde pas vraiment sur leur psychologie, mais présente en détail les crimes et les enquêtes. Bien que Berry-Dee affirme avoir discuté et avoir échangé des courriers avec les tueurs en série qu’il présente, les retranscriptions des discussions que les tueurs ont eu avec lui sont finalement assez limitées. L’auteur promet un plongée dans la psyché des tueurs en série mais il offre surtout du sensationnalisme doublé d’un égo surdimensionné, et aucune tentative de comprendre le fonctionnement des serial killers. Dommage.

Résumé : « Ils s’appellent Pierre Chanal, Francis Heaulme, Emile Louis, Guy Georges, Sid Ahmed Rezala, Patrice Alègre… On les présente comme les tueurs en série de la France contemporaine. D’où viennent-ils ? Comment expliquer leur dérive meurtrière ? Certains d’entre eux témoignent. Leurs proches et ceux qui les ont traqués ou défendus racontent. En reconstituant leur parcours, on découvre aussi que les institutions de la République – justice, police, services sociaux – ont longtemps refusé d’admettre leur existence. Un aveuglement aux conséquences funestes ».
Critique : Un ouvrage grand public qui assène une vérité évidente mais que certains continuent de nier : oui, il y a eu, il y a et il y aura des tueurs en série en France. L’auteur remue le couteau dans la plaie en décrivant les erreurs, les égarements, l’aveuglement, l’entêtement, voir l’incompétence, des autorités, des institutions, des politiques, des hiérarchies, parfois même contre des enquêteurs qui faisaient de leur mieux face à des criminels dont ils ne comprenaient pas le fonctionnement.

Résumé : « Plongeon abyssal dans la tête de tueurs en série : Stéphane Bourgoin, qui a rencontré plusieurs dizaines de ces « monstres « , relate en détail leur histoire, retrace leur profil psychologique et analyse leur personnalité. Au total, une étude approfondie de la vie de six serial killers: du Vampire de Düsseldorf à l’Ogre de Santa Cruz, en passant par le Cannibale de Milwaukee. Âmes sensibles s’abstenir ! »
Critique : ce livre fait parler sept tueurs en série, au travers d’interviews et de rapports de police, mais aussi de certaines victimes ayant survécu. Stéphane Bourgoin, comme à son habitude, s’attache à décrire le passé des tueurs, leur psychologie, leur façon de penser, et cherche à comprendre ce qui les a amené à tuer. Aucune horreur ne nous est épargnée (âmes sensibles s’abstenir), mais elles permettent de saisir l’affreuse réalité des meurtres. C’est passionnant mais terrifiant.

Résumé : Patrice Alègre, Marc Dutroux, Michel Fourniret, Guy Georges, Francis Heaulme, Émile Louis, Thierry Paulin, Mamadou Traoré : l’enfance d’un tueur en série peut-elle tout expliquer ? Cette enquête passionnante plonge au coeur des dossiers d’instruction des plus grandes affaires criminelles de notre temps, fait appel aux témoins de l’époque, aux psychiatres chargés de l’expertise médicale, aux enquêteurs et souvent à la famille du meurtrier. Très vite, un constat s’impose : à l’horreur des crimes perpétrés par un « monstre » font écho de graves souffrances subies pendant son enfance. Il ne s’agit pas d’excuser, mais de comprendre comment un être humain se construit et comment la maltraitance – aussi bien physique que psychologique – peut engendrer des criminels. Un document choc sur la personnalité des tueurs en série qui ont défrayé la chronique de ces dernières années.

Résumé : « Sur les traces de tueurs en série, de prédateurs sexuels, de maîtres chanteurs et autres terroristes les plus tristement célèbres. A la lumière de récits dramatiques et d’expériences vécues par les plus grands profileurs, cet ouvrage vous invite à suivre, voire à mener, l’enquête. Aux côtés d’experts chargés de les traquer, vous allez découvrir qui sont ces prédateurs, comment ils agissent et ce qui motive des hommes, des femmes et même des enfants, apparemment comme vous et moi, à commettre les meurtres les plus abominables et les plus inimaginables. Enfin, ce travail, outre ses intérêts historique, judiciaire, psychologique, humain, tord encore le cou au mythe du crime sans mobile et met à l’épreuve la croyance populaire qui veut que tous les tueurs soient fous. »
Critique : Cet ouvrage, traduction de « In the mind of murderers », ne s’intéresse pas uniquement aux tueurs en série.

Résumé : « Les tueurs en séries sont devenus des mythes et presque des légendes. Ils font souvent les grands titres des journaux télévisuels ainsi que les premières pages de la presse écrite. Les informations portent surtout sur les tueurs, mais quasiment jamais sur leurs victimes. Et pourtant, les victimes sont le point de départ de nombreuses questions : Qui deviendra la victime d’un tueur en série ? Ou et quand aura lieu le crime ? Y a-t-il un profil type de victime ? Sommes-nous tous en danger ? Le commissaire Stephan Harbort est le premier à avoir étudié la relation entre les tueurs en série et leurs victimes. Pour cela, il a parlé des tueurs avec les survivants et des survivants avec les tueurs. Ses interviews sont publiées pour la première fois. Elles mettent en lumière un aspect totalement méconnu du grand public. »
Critique : Stephan Harbort est un policier et criminologue allemand qui s’est spécialisé dans les tueurs en série et le profiling. De 1997 à 2011, il a mené des entrevues avec 73 tueurs en série en prison et dans des hôpitaux psychiatriques. Il a écrit de nombreux ouvrages sur le sujet et, malheureusement, seul celui-ci a été traduit en français. C’est un ouvrage à la fois passionnant et terrifiant.

Résumé : « Un contenu exhaustif et d’actualité : des serial killers  » mythiques  » et américains aux tueurs français de ces dernières années (Francis Heaulme, Emile Louis et Guy Georges) ; les dernières recommandations du ministère de la Justice pour améliorer les enquêtes sur les crimes en série et leur traitement judiciaire. »
Critique : Une belle surprise pour un petit prix. Ce livre aborde toutes les facettes du phénomène des tueurs en série, en proposant notamment plusieurs portraits de tueurs en série (surtout) français, mais également des couples ou des duos de tueurs du monde entier. Encore mieux, le livre retrace l’historique du profiling et du « typage » des tueurs en série aux Etats-Unis, et aborde le très intéressant phénomène de la fascination entourant les serial killers. Surtout, il propose un chapitre complet sur l’épineuse question « réprimer et soigner les tueurs en série, l’exemple de la France ».
(dans la même collection, le livre sur la police scientifique est lui aussi très intéressant)

Résumé : « Nécrophiles, cannibales, psychotiques, prédateurs sexuels, schizophrènes, maniaques… les tueurs en série incarnent toutes les déviances. Depuis Jack L’Eventreur, ils fascinent et révulsent, notamment parce qu’ils ressemblent à votre si gentil voisin ou voisine… L’histoire criminelle montre combien il est impossible de les repérer préventivement et difficile de les arrêter. Ce document brosse le portrait de dix-huit tueurs hors du commun en décryptant leur psychologie. A travers les récits de leur vie et de leur traque, le lecteur découvre les moyens mis en place par la police moderne afin d’arrêter – toujours trop tard – ces monstres terrifiants qui pourraient fort bien habiter à côté de chez vous… »

Résumé : « Helen Morrison, surnommée  » la véritable Clarice Starling  » par la presse américaine, dévoile ici les secrets de ses expertises pour le FBI ou des avocats en évoquant une vingtaine de grands serial killers, dont certains tout aussi dangereux que le docteur Lecter. Une galerie de portraits qui sont comme autant de romans noirs, avec toujours la même question devient-on ou naît-on tueur en série ? »
Critique : J’ai été vraiment déçue par cet ouvrage. La description de l’éditeur (des conversations d’une experte psy avec des tueurs en série) est pourtant alléchante. Certains des tueurs interrogés sont moins « célèbres » que les éternels Bundy ou Kemper et laissaient donc espérer des découvertes ou, au moins, de l’originalité. En fait, on en apprend plus sur la vie privée d’Helen Morrison qu’autre chose. Elle attaque des collègues pour lui avoir soi disant volé ses idées, elle se plaint d’être malmenée lorsqu’elle témoigne lors de procès, critique les médias et la police dès qu’ils ne partagent pas ses positions… etc. Ce que l’on apprend lors des entretiens avec les tueurs n’est pas toujours intéressant, parfois même d’une grande banalité. Elle n’argumente presque jamais ses théories et saute souvent aux conclusions sans s’expliquer.

Résumé : « Dans mes livres, j’ai toujours présenté les serial killers de manière distanciée, sans porter le moindre jugement ni faire part de mon ressenti. Dans Mes conversations avec les tueurs, je désire vous faire partager l’envers du décor. Vous montrer l’épreuve physique de ces rencontres, les moments d’angoisse qui précèdent les entretiens, la peur, parfois. Vingt ans plus tard, mon corps se souvient encore de la terreur qui s’est emparée de moi lors de ma rencontre avec Gerard Schaefer, un ex-policier accusé du meurtre de 34 femmes en Floride. Dès l’instant où je me suis trouvé face à lui, j’ai eu le sentiment d’être confronté au Mal absolu. »
Critique : Ce livre s’attache à retranscrire le travail et le ressenti de Stéphane Bourgoin face aux tueurs en série qu’il interview, lorsqu’ils lui parlent, qu’ils lui mentent, qu’ils tentent de le manipuler, qu’ils se cherchent des excuses… alors que lui connaît la réalité et l’horreur des faits, qu’il a étudié avant de leur rendre visite. Même s’il ne rentre pas dans les détails autant qu’à son habitude, l’auteur présente les crimes de tueurs peu connus, qu’il n’a pas encore présenté dans ses livres précédents.

Résumé : « Que se passe-t-il dans l’esprit d’un tueur en série qui s’apprête à commettre son crime ? Qu’est-ce qui le pousse à agir ? Mais d’abord, devient-on ou naît-on tueur en série ? Pour trouver des réponses, une journaliste s’est lancée dans une enquête à vous glacer le sang. Au rythme de ses recherches, de ses correspondances et de ses rencontres en tête à tête avec des meurtriers, elle raconte son incursion dans ce monde sordide. Livres de toute censure, les déclarations des tueurs se succèdent, laissant parfois entrevoir des traces de folie, les cicatrices d’un passé tragique ou les raisonnements d’hommes qui semblent en tous points normaux… »

Résumé : « Du Salvador à la Chine, de l’Inde au Maroc, un voyage terrifiant sur les traces des tueurs en série les plus méconnus. Les récentes avancées de la police scientifique ont permis d’identifier dans le monde entier un nombre impressionnant de serial killers. L’idée est communément admise : les tueurs en série seraient les rejetons dégénérés de nos sociétés industrielles occidentales, et le phénomène ne serait pas universel. Loetitia Nathan nous prouve le contraire en nous emmenant à la rencontre des plus sanguinaires prédateurs des cinq continents. »
Critique : voir la revue de presse du livre.

Résumé : Stéphane Bourgoin offre avec ce livre le résultat de 15 années de recherches, d’interviews, de rencontres, avec des tueurs en série, des enquêteurs et des psychiatres.
Critique : LE livre de référence en français pour celles et ceux qui veulent en connaître le plus possible sur les tueurs en série (surtout Américains). Et une bibliographie quasi exhaustive en anglais, en français, en allemand… A posséder absolument si vous vous intéressez au phénomène des tueurs en série !
Certaines descriptions de meurtres sont choquantes, attention aux âmes sensibles.

Résumé : Ce livre est une sorte d’encyclopédie (non exhaustive) du phénomène tueurs en série (surtout américains), et de tout ce qui s’y rapporte. Une vue générale des tueurs en série dans le monde.
Critique : Ce livre présente également des informations sur des sujets concernant les serial killers : Le profiling, la pyromanie, les « spree killers », les fantasmes, le FBI, les SK à travers l’histoire, les fan clubs, les « trading card », les diverses perversions… Une excellente source d’informations pour celles et ceux qui veulent apprendre à connaître ces tueurs et tueuses.

Résumé : Comme son nom l’indique, Newton présente des portraits plus ou moins longs de tueurs et tueuses en série, majoritairement américains. Il propose aussi des articles sur des sujets en rapport, comme la nécrophilie, le cannibalisme, les tueurs en duo, le VICAP, etc…
Critique : Excellente encyclopédie, même si elle n’est pas totalement exhaustive (mais aucune « encyclopédie des tueurs en série  » ne l’est). Newton utilise un anglais compréhensible même pour les personnes qui ne sont pas franchement anglophones. Il compare également les tueurs en série réels et de fiction, et propose un index bien fourni à la fin de l’ouvrage.

Résumé : « Avec Ed Kemper, Albert DeSalvo, Jeffrey Dahmer, Henry Lee Lucas, Arthur Shawcross, Peter Kürten ou Jack l’Eventreur, je me suis intéressé aux plus célèbres de ces stakhanovistes du crime. Dans le présent ouvrage, je relate plusieurs affaires de tueurs en série, bien sûr, mais aussi de criminels qui n’ont tué qu’une seule fois, de même que certains tueurs de masse, dont la psychologie est très différente de celle du serial killer. J’ai souhaité dresser le portrait de meurtriers oubliés de l’histoire ancienne ou contemporaine, aux Etats-Unis, en Afrique du Sud, en France, mais aussi de meurtriers d’enfants et de meurtrières. Non, le crime n’est pas sans visage, il est partout et prend des formes infiniment variées : de « Torso », le tueur dépeceur de SDF à Cleveland à « Belle le Boucher » en passant par Priscilla Ford et Antone Léger, à la fois vampire et cannibale. Lorsque vous refermez les pages de ce livre, je désire que vous gardiez présent à l’esprit que, derrière chaque tueur en série, il y a un grand nombre et de familles proches qui ont connu le martyr et qui continuent de souffrir. »

Résumé : « «Jack l’Éventreur est le premier tueur en série» «Les tueurs en série sont un phénomène américain» «Les serial killers sont des détraqués sexuels» «Ils ont une double personnalité» «Ils tuent toujours de la même façon, selon un rituel» «Il faut une formation spécifique pour les arrêter»… Issues de la tradition ou de l’air du temps, mêlant souvent vrai et faux, les idées reçues sont dans toutes les têtes. L’auteur les prend pour point de départ et apporte ici un éclairage distancie et approfondi sur ce que l’on sait ou croit savoir. »
Critique : Cet excellent ouvrage sur les idée reçues concernant les tueurs en série est un livre court, didactique et passionnant. A lire.

Résumé : « A partir de nombreux cas concrets et des derniers acquis scientifiques, les auteurs identifient les spécificités de l’activité du tueur en série ».
Critique : Si vous voulez un livre sérieux qui aborde les tueurs en série dans leur globalité, concis, intéressant et peu cher, jetez-vous sur cet ouvrage ! (en occasion…)

Résumé : « Parmi les affaires criminelles terrifiantes, on fait toujours une place à part pour les tueurs en série. À l’image de Francis Heaulme, de Guy Georges ou de Michel Fourniret, de Landru, enfin du docteur Petiot, ce livre propose de narrer les faits des plus célèbres affaires de meurtres en série et de décrypter la personnalité des serials killers d’hier et d’aujourd’hui. Cet ouvrage est nourri d une iconographie riche et variée (portraits des assassins, pièces de procédure judiciaire inédites, photographies ou dessins de presse de prétoires, documents administratifs des bagnes, etc.). »
Critique : Sylvain Larue a déjà écrit plusieurs livres sur les affaires criminelles françaises (Grandes Affaires Criminelles de Paris, Grande Affaires Criminelles de Tarn – du Val de Marne – de Seine St Denis… ). Ce livre est semblable aux autres titres de la série. S’il présente de nombreuses affaires et ne peut donc que les survoler, il est clair, bien documenté et retranscrit avec talent les époques, les réactions populaires et les enquêtes. Le « petit plus » de cet ouvrage est également que Sylvain Larue narre les crimes de tueurs modernes mais aussi de criminels moins connus, plus anciens, et tout aussi intéressants (Jegado, Dumollard, Weber, etc)

Résumé : « Ce livre vous plonge au cœur du crime en vous proposant de revivre les actes tristement célèbres de quinze tueurs en série. La première partie du livre dresse une étude complète des serial killers. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs motivations ? Comment opèrent-ils ? Mais aussi, comment sont-ils traqués par les « profilers » ? Dans la seconde partie, vous escorterez jusqu’à l’échafaud Landru et vous plongerez aussi au cœur de la Hongrie de la Renaissance avec Élisabeth Báthory, la comtesse sanglante, avant de découvrir l’Angleterre du 19ème siècle avec l’insaisissable Jack l’Eventreur. Puis, vous pénétrerez au pays des plus célèbres tueurs, les Etats-Unis, où ont sévi Aileen Wuornos, la demoiselle de la mort, Ted Bundy, le tueur de femmes et Charles Manson, le gourou. Les crimes du sorcier Ahmad Suradji (Indonésie), du sadique de Romont Michel Peiry (Suisse) ou encore du tueur à l’échiquier Alexandre Pitchouchkine (Russie). »

Résumé : La mère d’Hélène Frinking, victime du tueur en série de l’est Parisien, Guy Georges, nous livre son expérience personnelle sur l’enquête, la police, la justice, le deuil…
Critique : On parle beaucoup trop souvent des tueurs et pas de leurs victimes : non seulement celles qui sont tuées, mais aussi leurs familles. Le courage d’Anne Gautier est incroyable et l’amour qu’elle a pour sa fille transparaît dans tout le livre. Dans cet ouvrage, elle nous explique les nombreux dysfonctionnements de la police et de la justice dans l’affaire Guy Georges. La froideur de l’appareil judiciaire, le manque d’information, les erreurs et errements de l’enquête. Sans haine mais avec colère, elle met le doigt « là où ça fait mal ». Pour terminer le livre, elle laisse le tueur et la justice de côté et revient au plus important, sa fille Hélène, qu’elle fait revivre avec de très jolis mots. Un livre à lire !