Cesar Barone

Nom : Adolphe James Rode, alias Jimmy Rode, puis Cesar Francesco Barone
Surnom : aucun
Né le : 4 décembre 1960, à Fort Lauderdale (Floride) – Etats Unis
Mort le : 24 décembre 2009, à l’infirmerie du pénitencier d’état de l’Oregon.

Gamin turbulent, adolescent violent et anti-social, Jimmy Rode, transformé à l’âge adulte en Cesar Barone, est finalement devenu un violeur et un assassin. Il s’en prenait plutôt à des femmes plus âgées que lui, les attaquant par surprise dans la région de Hillsboro, dans l’Oregon. Il a été arrêté pour l’agression d’une femme et, lorsque les policiers sont venu perquisitionner chez lui, le co-locataire de Barone leurs a fourni le pistolet de ce dernier, qui avait servi lors d’un meurtre, quatre mois auparavant…

Informations personnelles

florida.fort.lauderdaleCesar Barone est né Adolphe James Rode en Floride, mais tout le monde l’appelait Jimmy. Il vivait à Fort Lauderdale avec son grand frère, Ricky, et sa grande soeur, Debbie. Fort Lauderdale était une ville portuaire de touristes et d’étudiants, aux plages immenses et à l’ensoleillement perpétuel.
La mère de Jimmy Rode était gentille mais un peu « distraite », peut-être même avait-elle des problèmes psychologiques. Quand il eut 3 ans, sa mère partit avec un autre homme.
Les parents de Jimmy Rode divorcèrent l’année suivante.

Son père était charpentier et s’occupait bien de ses enfants. Il se mit en ménage avec une jeune femme, Brenda Hall, qui s’occupa des enfants comme s’ils étaient les siens. Selon elle, Jimmy Rode demandait beaucoup d’affection et d’attention. Avec l’âge, il devint obstiné et rebelle. Elle recommanda à son père de l’emmener voir un psychologue, mais il refusa.

Brenda et le père de Jimmy Rode se marièrent en mars 1967. Ils s’installèrent dans une autre maison, proche des parents de Brenda. Ceux-ci possédaient un ranch avec des chevaux. La nouvelle maison, qui possédait une piscine, était dans un quartier chic.
Le père de Jimmy Rode dû travailler encore plus dur pour rembourser ses crédits et tenir son « standing ». Puis, il eut une promotion et gagna plus d’argent. Il emmena ses enfants faire du golf, du cheval, de la pêche, du foot, du camping…
Mais Jimmy Rode avait des problèmes. L’école ou les voisins appelaient souvent Brenda pour leurs en faire part. Le père ne voulu jamais rien savoir et finit par croire que sa nouvelle épouse n’aimait pas son fils.

Mais Jimmy Rode avait effectivement des problèmes, depuis le tout début. A la crèche, il volait les jouets des autres bébés. A la petite école, il faisait du bruit et était turbulent. En primaire, il était déjà devenu presque anti-social et on l’avait bannit de la cantine. A 10 ans, il commença à fumer et à sécher les cours, puis menaça des enfants avec un couteau et tenta de leur brûler les yeux avec ses cigarettes.
Il se mit à voler dans les magasins, à se battre… Il aimait « jouer » avec les serpents et les alligators, courants en Floride, et trouva un singe malade, qu’il soigna jusqu’à ce qu’il guérisse. Il vola les chats de ses voisins et regarda le singe les tuer. Il aimait beaucoup chasser et égorgeait des sangliers au couteau.
Brenda essaya de le ramener sur le droit chemin, mais il la repoussa et ne voulu rien entendre.

A l’adolescence, il fuma de la marijuana, but de l’alcool et finalement, cambriola les maisons voisines avec ses amis. Ils s’en prenaient souvent aux personnes âgées, et donc faibles, pour leur voler leur argent et… de la bière. Il passa de la marijuana au LSD, puis à la cocaïne.
A l’âge de 13 ans, il était déjà intenable. Son attitude envenima la relation de son père et de Brenda, qui finirent par se séparer. Ils divorcèrent quelque années plus tard.
Comme le père de Jimmy Rode travaillait beaucoup, il n’accorda que peu de temps à son fils, qui se retrouva presque totalement libre d’agir selon son bon vouloir.
Il se mit à boire quotidiennement. Il grandit et devint fort, laissa ses cheveux noirs pousser jusqu’à ses épaules. Il était beau-garçon mais plutôt que de séduire les filles de son âge, il préférait passer son temps à cambrioler les maisons des personnes âgées.

Une nuit, à l’âge de 15 ans, il s’introduisit dans la demeure d’une de ses voisines âgées, Alice Stock, 71 ans. L’ancienne institutrice se réveilla et Jimmy Rode la menaça avec un couteau. Il lui ordonna de se déshabiller mais la vieille femme, très prude, refusa. Rode fit alors demi tour sans demander son reste et disparut dans l’obscurité.

Pour cette agression et les divers cambriolages, il fut placé dans un centre pour adolescents. Il n’y resta que deux mois. Lorsqu’il en sortit, il était devenu pire que l’adolescent qu’il était lorsqu’il y était entré. Il recommença presque immédiatement ses cambriolages.

A l’âge de 17 ans, Jimmy Rode fut condamné à 2 années de prison pour cambriolage.
Le 29 novembre 1979, 15 jours après sa libération, il viola et étrangla Alica Stock. Malheureusement, il ne fut jamais inculpé, faute de preuve.

Quelques mois plus tard, il tenta de violer son ex-belle mère, Brenda, mais elle parvint à lui échapper.
Il agressa une institutrice et fut à nouveau arrêté, puis relaxé, faute de preuve.
A peine libre, il retourna chez Brenda et la viola. Il semble qu’elle ne porta pas plainte.
Il fut ensuite inculpé pour tentative de meurtre sur sa grand-mère, Mattie Marino, 70 ans. Elle avait été presque étranglée, frappée brutalement avec un rouleau à pâtisserie et volée de… 10$. La pauvre dame identifia son petit-fils comme son agresseur mais son âge et ses blessures provoquèrent des « trous noirs » dans sa mémoire, qui eurent des retombées néfastes sur son témoignage : Jimmy Rode fut acquitté.

Il fut toutefois condamné pour plusieurs cambriolage et emprisonné.

stark prison

La prison de Stark

En 1981, il s’échappa de sa prison en Floride. Capturé peu après, il fut transféré à la prison de Sumpter. Il tenta à nouveau de s’évader. Il commença à être puni pour son comportement.
Transféré à la prison de Marion, il fut sanctionné pour s’être battu avec un détenu et avoir fait entrer de l’alcool dans sa cellule. Il fut placé dans une aile de haute sécurité.
En juin 1982, il fut transféré à la prison de Cross City, un établissement pénitentiaire de sécurité maximale. Là, il fut puni pour possession d’arme. A l’époque (selon le compagnon de cellule de Jimmy Rode), ils discutaient beaucoup de femmes entre eux et effectuaient des fellations l’un sur l’autre.
En août 1983, Jimmy Rode agressa une surveillante pénitentiaire, Gladys Dean, 59 ans et essaye de la violer. Il fut transféré dans la prison d’état de Floride, à Starke, puis condamné à 3 années d’emprisonnement supplémentaires pour l’agression de Gladys Dean.
En 1984, il fut placé en isolement pour avoir agressé un co-détenu en lui jetant de l’eau bouillante au visage.

En décembre 1985, il rencontra Ted Bundy en prison et se lia avec lui durant 2 mois. C’est Bundy qui lui conseilla de répondre à une annonce dans un journal pour se trouver une compagne.

En juillet 1986, il commença à corresponde avec Kathi Scarbrough, qui allait devenir son épouse.

Libéré sans conditions en 1987, Jimmy Rode déménagea dans l’état du Washington, où vivait Kathi.
Là, il décida de changer officiellement son patronyme, et décida de s’appeler dorénavant Cesar Barone.

Hilsboro, Oregon

Hilsboro, Oregon

Il épousa Kathi Scarbrough en octobre 1988. Il l’avait séduite grâce à sa « belle gueule » (selon les mots de celle-ci) mais elle réalisa rapidement son erreur… Il déménagèrent à Hillsboro (à l’ouest de Portand), dans l’Oregon.

Barone ne parvint pas à garder un emploi et en changea 6 fois lors de sa première année de mariage.

En janvier 1989, il s’engagea dans l’armée sous son nouveau nom et mentit au sujet de son casier judiciaire.
Il reçut la qualification de « bon tireur » au M-16, le badge de parachutiste, et celui de secouriste. Il fut assigné au 75ème régiment de Ranger à Fort Lewis, état du Washington.
En décembre 1989, il participa à l’opération « Juste Cause » pour capturer le dictateur Manuel Noriega, au Panama. Barone affirme avoir tué de nombreux Panaméens, civils et militaires, mais les archives de l’armée ne confirment pas ses dires.
En octobre 1990, il fut accusé d’avoir montré son sexe à une femme officier. Il fut renvoyé de l’armée lorsque la police apprit à ses supérieurs qu’il avait passé plusieurs années en prison.

Il travailla ensuite comme assistant dans une maison de retraite médicalisée, où la police affirme qu’il avait fait des femmes âgées ses proies.

En janvier 1991, Barone et son épouse eurent un fils.

 

Crimes et châtiment

En avril 1991, Margaret Schmidt, 61 ans, fut découverte morte dans sa maison de Hillsboro. Elle avait été violée et étranglée.

Cornell Road

Cornell Road

Le 9 octobre 1992, peu après 3 heures du matin, la police de Hillsboro fut prévenue que des coups de feu avaient été tiré près la Cornell Road, à la lisière de la ville et de l’aéroport. Quand les policiers arrivèrent, ils découvrirent une voiture arrêtée et inoccupée, sur le bas côté de la route. Le véhicule était criblé d’impacts de balles, et il y avait du sang sur le siège conducteur.
Les policiers reçurent alors un autre appel de leur centre, leur indiquant qu’un « homme était à terre » sur la 231e rue, à quelques centaines de mètres de l’endroit où se trouvait la voiture. Les policiers y accoururent et trouvèrent une femme étendue sur la route. On lui avait tiré une balle dans la tête, à bout portant. Elle était encore en vie, mais mourut à l’hôpital peu de temps après, sans avoir repris conscience.
Les policiers apprirent qu’elle se nommait Martha Bryant, 51 ans, infirmière, et que la voiture abandonnée lui appartenait.
Les policiers élaborèrent une théorie. Le meurtrier avait tiré sur la voiture de Martha Bryant alors qu’elle rentrait chez elle en venant de l’Hôpital Tuality de Hillsboro. La voiture avait failli faire une embardée. Le meurtrier avait traînée Bryant, blessée, jusqu’à sa propre voiture. Là, il l’avait violée, puis il l’avait abattue d’une balle dans la tête et jetée sur la 321e rue.

Le 13 décembre 1992, Barone « emprunta » un revolver de calibre .22 à son patron du moment.

La veille de Noël, il s’introduit dans la maison de retraite où il avait travaillé auparavant, et agressa sexuellement une patiente de 72 ans atteinte de sclérose en plaque.

Le 29 décembre, il força une jeune femme, Heather Crane, à lui faire une fellation en la menaçant d’une arme.

Peu de temps après, le corps d’une jeune femme fut découvert le long de l’autoroute US 26, près de Vernonia, au nord de Hillsboro. Elle fut identifiée : Chantee Woodman, 23 ans. Elle avait été enlevée à Portland (Oregon), le 30 décembre, alors qu’elle rentrait chez elle. Son assassin l’avait battue, violé et tuée d’une balle dans la tête.

En janvier 1993, Betty Williams, 51 ans, fut découverte morte dans son appartement de la région de Portland. On pensa d’abord à une mort naturelle, mais l’autopsie révéla qu’elle avait été brutalement violée. En fait, on apprit plus tard qu’elle avait eu une crise cardiaque alors que Barone l’agressait.

Peu après, son épouse le quitta, emmenant leur fils, et demanda le divorce.

Barone vole la carte bancaire de sa belle mère et l’utilisa pour lui voler 3 000$. Elle mourut quelques semaines plus tard, sans que l’on sache si Barone y était pour quoi que ce soit (il n’y eut pas d’autopsie).

Le 13 février 1993, Barone tenta de violer et de sodomiser Matilda Gardner, 58 ans, qu’il cambriola ensuite.

barone2Il s’était installé avec un colocataire, un dénommé Hutcheson, lorsqu’il fut arrêté le 27 février 1993, pour l’agression de Matilda Gardner.
Le 5 mars 1993, la police perquisitionna leur habitation et Hutcheson fourni aux enquêteurs le pistolet 9mm de Barone. Cette arme était celle qui avait tué Martha Bryant.
Hutcheson téléphona à Barone, en prison, pour le prévenir qu’il avait donné son arme à la police. Barone, très en colère, lui ordonna de brûler la maison ! Barone dit à son colocataire qu’il y avait « quelque chose dans la maison qui pouvait le lier à un meurtre » !

L’épouse de Barone expliqua que le 9mm appartenait bien à son époux, et cela depuis des années.
Une amie de Barone expliqua quant-à-elle qu’elle l’avait vu avec cette arme après octobre 1992, après le meurtre de Martha Bryant.

Dans les mois qui suivirent, Barone fut inculpé des meurtres de Martha Bryant, Chantee Woodman et Betty Williams.
Grâce à des analyses d’ADN, Cesar Barone fut lié à ses quatre victimes.

En février 1994, il fut reconnu coupable du cambriolage et du viol de Matilda Gardner, et fut condamné à 44 années d’emprisonnement.

Lors du procès de Barone pour meurtre, Mme Duran-Snell, une sage-femme, qui avait travaillé avec Martha Bryant au Tuality Hospital, témoigna. Elle rapporta un incident qui avait eu lieu le 7 octobre 1992, deux jours avant le meurtre de Martha Bryant.
Elle avait quitté l’hôpital vers minuit et, alors qu’elle marchait vers sa voiture, qui était garée sur un terrain réservé au personnel médical, elle avait remarqué qu’un homme attendait dehors, derrière les portes vitrées fermées de l’hôpital. L’homme l’avait dévisagée et elle en avait été tellement apeurée qu’elle avait décidé de rester à l’intérieur du bâtiment.
cesar barone 4Un moment après, elle était revenu à la porte vitrée et avait vu que l’homme n’était plus là. Elle était alors sorti et avait marché jusqu’à sa voiture. Une fois montée à l’intérieur, elle avait réalisé que l’homme était toujours là, debout sur le trottoir à côté du parking.
Après avoir quitté l’hôpital, elle avait conduit sur la Cornell Road, la même route que Martha Bryant empruntait pour revenir chez elle tous les jours. Non loin de l’intersection où Martha Bryant allait être découverte par la suite, une voiture blanche était soudain apparu derrière Duran-Snell. Elle l’avait dépassée et s’était placée à côté d’elle un instant, puis était repassé derrrière Duran-Snell et lui avait fait des appels de phares. Duran-Snell, inquiète, avait remarqué une voiture qui attendait à une intersection, plus loin, et s’était dirigée vers elle. La voiture blanche avait immédiatement cessé de la suivre et avait tourné dans une autre direction.
Après que Duran-Snell ait appris la mort de sa collègue, elle rendit-compte de cet incident à la police. Lorsqu’elle vit Barone six mois plus tard à la télévision, après qu’il ait été arrêté pour le meurtre de Martha Bryant, elle le reconnu immédiatement comme l’homme qui avait attendu derrière les portes vitrées de l’hôpital Tuality.

cesar barone 3Barone fut condamné à mort pour les meurtres de Chantee Woodman, Margaret Schmidt, et Martha Bryant. Il reçut une peine de 89 années de prison pour avoir provoqué la mort de Betty Williams.
L’Oregon n’ayant plus exécuté de détenu depuis 1962, une condamnation à la peine capitale dans cet État correspond de fait à la perpétuité.

Barone est apparu dans un magasine contre la peine de mort publié par la société Benetton. On lui a demandé ce qu’il ferait s’il était libéré.
Barone, qui avait travaillé comme assistant dans une maison de repos, a répondu qu’il « ferait probablement la même chose que ce qu’il faisait avant d’atterrir en prison, s’occuper des vieille personnes ».

Cesar Barone est mort le 24 décembre 2009, à l’âge de 49 ans, après avoir passé plusieurs semaines dans la section médicale du pénitencier d’État de l’Oregon.

 

Victimes

Margaret Schmidt (61 ans)
Violée et étranglée dans sa maison de Hillsboro en avril 1991.

Martha Williams (51 ans)
Barone a tiré sur sa voiture alors qu’elle rentrait chez elle. Il l’a blessée, violée, puis abattue d’une balle dans la tête et jetée en pleine rue, en octobre 1992, à Hillsboro.

Une dame âgée et malade (72 ans)
Violée le 23 décembre 1992.

Heather Crane
Violée le 29 décembre 1992.

Chantee Woodman (23 ans)
Enlevée à Portland (Orgeon), battue, violé et tuée d’une balle dans la tête le 30 décembre 1992.
Son corps fut découvert le long de la US 26, près de Vernonia.

Betty Williams (51 ans)
Décédée d’une crise cardiaque alors que Barone la violait dans son appartement de la région de Portland le 6 janvier 1993.

Matilda Gardner (58 ans)
Violée le 13 février 1993.

 

Mode opératoire

Cesar Barone semble ne pas avoir de MO fixe. Il attaquait ses victimes par surprise. Il les surprenait chez elles ou alors qu’elles rentrait chez elles.
Il les violait, puis les assassinait, soit en les étranglant, soit en leur tirant une balle dans la tête.

Il laissait leur corps en vue, sans chercher à les cacher.

Il s’est plutôt attaqué à des victimes plus âgées que lui.

 

Motivations

Je ne sais pas grand chose des motivations de Cesar Barone.
Selon les psychologues, il est communément admis que, lorsqu’un tueur s’en prend à des femmes âgées, il y a à cela deux raisons : soit il tue symboliquement sa mère, soit il tue symboliquement son épouse « castratrice ».
L’épouse de Barone n’était pas d’un caractère très dominant, et elle a fini par le quitter.

Peut-être Barone n’a-t-il pas supporté d’être abandonné par sa mère à l’âge de 3 ans. Elle avait quitté son père pour aller vivre avec un autre homme. Cet homme était noir, et, en 1964, une femme blanche qui sortait avec un noir était considérée comme une « pute »…

Mais cela n’explique pas tout. Le frère de Barone a lui-aussi été abandonné, et il n’est pas devenu un tueur en série.

 

Citations

« S’il était libéré, il violerait et tuerait, je peux vous l’assurer. C’est un sociopathe. Il est incapable de ressentir une quelconque compassion ou de l’empathie pour qui que ce soit. Il n’a pas montré la moindre petite parcelle d’un remord » : l’inspecteur O’Connell, qui a arrêté Barone.

 

Bibliographie

Livres en anglais :

[amazonjs asin= »0451407032″ locale= »FR » title= »Dead of Night: The True Story of a Serial Killer »] Résumé : Selon Lasseter, Barone a décidé de tuer après avoir rencontré Bundy. A sa sortie de prison, il a commencé à violer et à assassiner des femmes. Ce livre retrace l’enquête qui a mené à son arrestation.
Critique : Lasseter nous fait vivre l’enquête, les lieux, l’ambiance et l’esprit du tueur, sans s’étaler sur des descriptions gore des meurtres. Il ne parle malheureusement pas assez du passé de Cesar Barone, de tout ce qui l’a amené à tuer, de son « background » qui l’a transformé en tueur. Et puis… cette histoire selon laquelle sa rencontre avec Bundy aurait été un « déclencheur » de ses meurtres est plus que sûrement du simple « marketing ».

 

Liens

– Hillsboro : la ville sur wikipedia
– Portland : la ville sur Wikipedia

Enregistrer

Enregistrer