Charles Manson

Charles Manson, un criminel récidiviste quasiment SDF, fonda un groupe sectaire dans le désert Californien à la fin des années 1960. Ce groupe était surnommé « la Famille » et Manson était leur gourou.
A l’aide de son charisme et de drogues hallucinogènes, il parvint à convaincre ses jeunes adeptes (en majorité des jeunes femmes perdues) que la fin du monde était proche, qu’une « guerre des races » allait commencer et que « les noirs » allaient la provoquer.

La famille charles manson

Des membres de « la famille » de Manson

Il leur affirma qu’ils devaient assassiner certaines personnes pour choquer le monde entier et faire croire que ces crimes étaient commis par des noirs.
Selon Manson, ils se cacheraient durant le conflit, les noirs ne parviendraient pas à dominer le monde bien longtemps et « la Famille » reviendrait alors à Los Angeles pour diriger la ville…

Les disciples de Charles Manson commirent une série de 7 meurtres dans 3 endroits différents sur une période de cinq semaines, durant l’été 1969.

Le 25 Juillet 1969 :

Manson envoya plusieurs membres de « la Famille » (Bobby Beausoleil, Marie Brunner et Susan Atkins), chez Gary Hinman, un professeur de musique qu’il connaissait vaguement. Leur mission était de convaincre Hinman de leur remettre l’argent qu’il avait, croyait Manson, hérité de sa famille. Hinman, qui n’avait pas d’argent, refusa. Les trois adeptes le gardèrent captif durant deux jours et Manson le menaça de lui couper une oreille. Finalement, il ordonna à Bobby Beausoleil de poignarder Hinman à mort. Ses assassins écrivirent « political piggy » (« porc politique ») sur les murs avec son sang, ainsi qu’une patte de panthère (un symbole des « Black Panthers »), afin de « faire accuser les noirs ».

 

Dans la nuit du 9 août 1969 :

Sharon Tate

Sharon Tate

Manson ordonna à plusieurs de ses adeptes de se rendre à Beverly Hills, dans la maison d’un producteur de musique qu’il connaissait, et qui louait sa villa au réalisateur Roman Polanski et son épouse, l’actrice Sharon Tate. Les adeptes massacrèrent les habitants de la maison de manière horrible : Sharon Tate, enceinte de 8 mois, ainsi que trois amis du couple : Jay Sebring, un coiffeur de star,  le scénariste Wojciech Frykowski et la petite amie de ce dernier, Abigail Folger. Roman Polanski était absent, il préparait un tournage à Londres. Les adeptes de Manson écrivirent « pig » (« porc ») sur une porte avec du sang.

 

Le soir du 10 août 1969 :

death to pigs

L’inscription « death to pigs »

Six membres de « La Famille » tuèrent un couple d’entrepreneurs, Leno et Rosemary LaBianca en les poignardant à mort. Manson les accompagna jusqu’à la maison du couple, les aida à les attacher puis leur ordonna de les tuer, avant de repartir en voiture. Les adeptes gravèrent le mot « war » (guerre) au couteau sur le ventre de Leno, puis écrivirent « death to pigs » (« mort aux porcs ») , « rise » (« levez-vous ») et « healther skelter » (une des chansons des Beatles, « Helter Skelter », obsédait Charles Manson) sur les murs, avec le sang de leurs deux victimes.

 

La police de Los Angeles piétina un moment, convaincu que le mobile des meurtres du couple LaBianca et de Sharon Tate et ses amis était le vol ou la drogue. Le LAPD refusa d’écouter le shérif du comté concernant les liens qui pouvaient exister entre les meurtres.

Trois mois plus tard, les enquêteurs du bureau du shérif obtinrent néanmoins assez de preuves pour relier tous les meurtres, et accuser « La Famille » et son gourou, Charles Manson. La police de Los Angeles se vit obligée de creuser de ce côté et investit le ranch où « la Famille » vivait. Ils arrêtèrent tous les adeptes présent ainsi que Manson (qui s’était caché dans une petite armoire sous le lavabo de la salle de bains…)

On retrouva des armes utilisés pour les meurtres et la police relia certains des disciples aux scènes de crime grâce à leurs empreintes digitales. Certains d’entre eux finirent par admettre les meurtres. Quatre furent déclarés coupables.

En 1971, Charles Manson fut reconnu coupable de « conspiration dans le but de commettre des meurtres ». Il fut reconnu coupable des meurtres comme s’il les avait commis lui même grâce à la loi de « responsabilité commune », qui rend chaque membre d’une conspiration coupables de crimes commis par des complices. Il a été condamné à la peine capitale, mais cette peine a par la suite été transformée en détention à perpétuité lorsque la Californie a (temporairement) mit en place un moratoire contre la peine de mort.

Il fut par la suite reconnu coupable, avec deux de ses anciens disciples, du meurtre de Donald Shea, un cascadeur et comédien de Los Angeles. Manson pensait qu’il les avait dénoncé à la police, 10 jours après le raid sur le ranch, il avait ordonné que Shea soit assassiné. On ne retrouva son corps qu’en 1977.

Le 8 novembre 1972, le corps d’un jeune vétéran du Vietnam, James Willett, fut découvert par un randonneur près de Guerneville, en Californie. Sa camionnette fut retrouvée devant une maison à Stockton où vivaient plusieurs anciens disciples de Manson, encore libres. La police fit irruption dans la maison et les appréhenda. Le corps de la jeune épouse de James Willett, Lauren Olmstead Willett, fut retrouvé enterré au sous-sol.

En  savoir plus

[amazonjs asin= »2840988747″ locale= »FR » title= »Charles Manson : La Tuerie d’hollywood »] Résumé : Vincent Bugliosi est le procureur qui instruisit l’affaire, et faillit y laisser la vie. Découvertes macabres, témoignages hallucinants, revirements spectaculaires il reconstitue pour nous, dans un suspense insoutenable, la traque effrénée et le procès ubuesque du gourou sanguinaire qui terrorisa l’Amérique.
La Tuerie d’Hollywood : un récit plus effrayant que le plus effroyable des thrillers, couronné du prix Edgar de la littérature policière.
Critique : Un excellent livre qui relate en détails « l’affaire Manson », dans toute sa monstruosité. C’est la traduction française du fameux livre de Bugliosi, « Helter Skelter: The True Story of the Manson Murders« . Le livre existe également en format de poche.

 

[amazonjs asin= »2246798698″ locale= »FR » title= »California girls »] Résumé : « En 1969, j’avais neuf ans. La famille Manson est entrée avec fracas dans mon imaginaire.  J’ai grandi avec l’image de trois filles de 20 ans  défiant les tribunaux américains, une croix sanglante gravée sur le front. Des droguées… voilà ce qu’on disait d’elles, des droguées qui avaient commis des crimes monstrueux sous l’emprise d’un gourou qu’elles prenaient pour Jésus-Christ. Plus tard, j’ai écrit cette histoire le plus simplement possible pour exorciser mes terreurs enfantines et j’ai revécu seconde par seconde le martyr de Sharon Tate. »

 

[amazonjs asin= »B00HFEWWHS » locale= »FR » title= »MOI, CHARLES MANSON »] Résumé : « Moi, Charles Manson » est la première autobiographie du célèbre meurtrier américain. Dans ses propres mots, Manson nous fait partager sa réflexion sur le monde et nous livre des révélations inédites, revenant entre autres sur les événements sinistres de 1969 qui lui ont valu d’être condamné à la prison à perpétuité. Le co-auteur, Marlin Marynick, infirmier psychiatre, a réussi, au prix de nombreux efforts, à entrer en contact avec Charles Manson. L’infirmier et le meurtrier ont rapidement développé une relation unique qui a permis à Manson de se confier à lui sans réserve.

 

[amazonjs asin= »1451645163″ locale= »FR » title= »Manson: The Life and Times of Charles Manson »] Résumé : More than forty years ago Charles Manson and his mostly female commune killed nine people, among them the pregnant actress Sharon Tate. It was the culmination of a criminal career that author Jeff Guinn traces back to Manson’s childhood. Guinn interviewed Manson’s sister and cousin, neither of whom had ever previously cooperated with an author. Childhood friends, cellmates, and even some members of the Manson Family have provided new information about Manson’s life. Manson puts the killer in the context of his times, the turbulent late sixties, an era of race riots and street protests when authority in all its forms was under siege.


Abonnez-vous à la newsletter et recevez un ebook gratuit :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer