Filmographie : Séries

Vous trouverez sur cette page une liste de séries, américaines, britanniques et françaises, ayant pour sujet les tueurs en série, les enquêtes criminelles, les sciences forensiques et le profiling.

Toutes les séries présentées sur ces pages peuvent être acquises sur Amazon.fr en cliquant sur leur titre. Amazon me reverse 5 à 10% de commission sur votre achat, ce qui me permet d’acheter d’autres livres ou films, et de développer le site. Merci.

 

Résumé : « Fin des années 60, Los Angeles. Un sergent de police traque Charles Manson. Cette chasse à l’homme le conduira à infiltrer la « Famille » du célèbre tueur, une secte criminelle et sataniste sous acide et le mènera jusqu’à la tristement célèbre nuit du 08 août 1969 où le gang de Charles Manson mettra son plan à exécution…  »
Critique : Une bonne série qui mêle histoires criminelles réelles et inventées, appréciable notamment pour l’ambiance d’époque, très bien rendue, et les bons comédiens… même si elle met un peu de temps à démarrer.

Résumé : « Brillant expert scientifique du service médico-légal de la police de Miami, Dexter Morgan est spécialisé dans l’analyse de prélèvements sanguins. Mais voilà, Dexter cache un terrible secret : il est également tueur en série. Un serial killer pas comme les autres, avec sa propre vision de la justice. »
Critique : Une très bonne série originale, qui parvient à être provocante et glauque sans être franchement malsaine. Ce qui n’empêche pas quelques scènes difficiles et brutales : âme sensible (et allergique à l’humour noir) s’abstenir. Dexter n’est pas montré uniquement comme un « gentil vengeur justicier » mais aussi comme un tueur de sang-froid, brutal et sanguinaire. Toutefois, la voix off ajoute un côté « connivence avec le spectateur » qui me laisse un peu perplexe… (La série est inspirée des livres de Jeff Lindsay).

Résumé : Une équipe de profiler du FBI enquête sur des crimes en série et tente de résoudre des enquêtes à travers tout le pays.
Critique : J’ai du mal à être objective. Et je répète souvent qu’un film trop réaliste peut être particulièrement ennuyant… Mais une série qui se veut réaliste et ne l’est pas peut-être particulièrement énervante (Les profilers sont hyper géniaux et savent tout du tueur en regardant simplement un mouchoir qu’il a jeté…) Le côté « je cite tous les tueurs en série célèbre que je connais et utilise une anecdote à chaque épisode » me porte sur les nerfs. Je n’accroche pas.

Résumé : Ces 3 séries suivent les exploits de spécialistes en « forensic sciences », à Las Vegas, Manhattan et Miami.
Critique : Les épisodes sont tout à la fois assez réalistes (dans l’utilisation des technologies et la manière dont elles peuvent permettre de résoudre une enquête) et fantaisistes (le laboratoire est hyper équipé avec du matériel dernier cri, voir futuriste, et les « blouses blanches » trouvent toujours le coupable : si seulement c’était vrai !).
Les histoires sont souvent tirées de faits-divers réels. Les personnages sont attachants et les petites notes d’humour sont souvent les bienvenues pour détendre l’atmosphère.

Résumé : Le docteur en psychologie Tony Hill est recruté par la police pour ses talents de « profiler ». Il a la faculté de se mettre dans la tête des tueurs en série. Il fait équipe avec l’énergique inspectrice Carol Jordan.
Critique : Inspiré des personnages des romans de Val McDermid (La fureur dans le sang), cette excellente série britannique met en scène un psychiatre « profiler » très doué mais un peu « hors du monde », dans des histoires parfois très sombres et réalistes. La mise en scène, assez classique, mise plutôt sur la qualité des acteurs et l’ambiance glaciale, voir lourde des histoires. Une série à découvrir, voir et revoir.

Résumé : « Après l’éprouvante traque d’un tueur en série, Will Graham menace de mettre un terme à sa collaboration avec le FBI. Ayant besoin des compétences de ce dernier pour résoudre les enquêtes les plus complexes, le directeur du Département des Sciences du Comportement du FBI, Jack Crawford, charge alors le Dr. Hannibal Lecter de veiller à la santé mentale de son protégé.
Une série dramatique explorant les prémices de l’étrange relation entre les célèbres personnages créés par Thomas Harris : le psychiatre Hannibal Lecter et son patient, Will Graham ».
Critique : Comme Dexter, cette très bonne série choisit de faire du tueur en série le « héro » de l’histoire. Mads Mikkelsen est un excellent Hannibal Lecter, à la fois glacial et raffiné, brutal et totalement mauvais. Visuellement, la série est très sombre et très stylée, avec un esthétique très recherchée. Les crimes sont souvent très gores (et un peu trop esthétisant à mon goût…) et les scénarios parfois invraisemblables. Bien évidement, ce n’est pas une série réaliste et elle ne se veut pas comme telle.

Résumé : Cette mini-série en 13 épisodes met en scène une petite île au large de Seattle abritant une ville dans laquelle des meurtres ont eu lieu 7 ans auparavant, avant que le shérif ne tue l’assassin. A l’occasion d’un mariage, la fille du shérif revient sur l’île. De nouveaux meurtres ont alors lieux et tous les invités du mariage sont suspectés.
Critique : Une série qui reprend les codes et les thèmes du slasher, les personnages mourant les uns après les autres, à chaque épisode. Donc, rien de réaliste, mais la série propose un bon suspens et des scénarios plutôt bien écrits. Dommage que les incohérences des personnages minent une histoire qui se tient (presque) jusqu’à la fin.

Résumé : Franck Black, ancien du FBI, était un profiler. Mais il a quitté le bureau, et la ville où il habitait, pour plusieurs raisons. Il est venu s’installer à Seattle, dans une grande maison jaune, avec sa femme et sa fille. Un groupe dénommé « Millenium » lui demande de reprendre du service, mais « officieusement ». Black accepte et se remet à traquer tous les SK du pays qui se présentent.
Critique : Une bonne série sur les tueurs en série (en tout cas durant la 1ère saison), surtout pour l’ambiance très « noire ». La vision du métier et des aptitudes du profiler sont assez fantaisistes, comme d’habitude, mais le charisme sombre de Lans Eriksen, alias Frank Black, rattrape beaucoup de choses. La production (Chris Carter, Monsieur « X-Files ») a peu à peu rajouté du spiritisme, du millénarisme, et même des zombies, au fil des épisodes, ce qui éloigne un peu plus la série de la réalité. Dommage…

Résumé : La série « concurrente » de Millenium. Ally Walker, l’héroïne, a, comme Frank Balck, des « flashs », des « visions » qui lui permettent de ressentir tout un tas de choses sur les tueurs qu’elle traque. Son époux a été assassiné par un tueur en série, « Jack de tous les coups », et elle a démissionné du Bureau. Mais elle (aussi) reprend du service, lorsque Jack réapparait…
Critique : On est loin de la réalité, encore, et les scénarios sont assez « classiques » dans le genre : signes du zodiaque, phases de la lune et autre citations de la Bible. Les épisodes les plus intéressants restent tout de même ceux avec « Jack de tous les coups », qui a un don pour tout savoir, tout anticiper, s’introduire partout et toujours s’échapper. « The » grand méchant.
Les scénarios deviennent répétitifs, malheureusement, et la ’profileuse’ attrape toujours le méchant. Inégal, en quelque sorte.

Résumé : Chloé Saint-Laurent est une psychologue clinicienne déroutante qui travaille pour la police en qualité de criminologue. Son expertise et sa sensibilité exceptionnelles lui permettent de se projeter dans l’esprit des victimes comme des assassins pour résoudre les crimes les plus bouleversants.
Critique : Une fois n’est pas coutume, une série française. Je n’accroche pas plus qu’avec « Esprits Criminels ». Trop d’invraisemblances, pas assez d’originalité. J’aurais préféré une série réaliste basée sur le travail de la gendarmerie avec ses psychologues, par exemple.

Résumé : « Elle est enquêtrice, méticuleuse, froide et autoritaire. Il est tueur en série, organisé, obsessionnel et sans pitié. Appelée en renfort par la police de Belfast, la détective Stella Gibson traque Paul Spector, un serial killer qui s’en prend à de jeunes femmes de la capitale nord-irlandaise. The Fall suit leurs trajectoires, celle de la chasseuse et celle de sa proie dans un face-à-face palpitant.  »
Critique : The Fall examine la vie de deux chasseurs : un tueur en série qui traque ses victimes et une détective qui cherche à l’arrêter. Les deux personnages sont sombres, froids et ambigus, et parfaitement interprétés par les comédiens. L’histoire colle au réel, tant dans sa représentation de l’enquête que des meurtres (glaçants) ou de la normalité de la vie de « gentil père de famille » du tueur. De manière assez classique, le tueur en série finit par s’intéresser à l’enquêtrice, mais la série parvient à rester sur le fil du rasoir, sans (trop) tomber dans le stéréotype. Une très bonne série.

Résumé : Saison 1 = Interrogés par les autorités, Martin Hart et Rust Cohle se remémorent leur enquête la plus célèbre. Pour ces ex-partenaires de la Division des Enquêtes Criminelles de Louisiane, tout a commencé 17 ans plus tôt… En 1995, Dora Lange, une prostituée, est découverte atrocement assassinée, la mise en scène du cadavre laisse penser qu’un tueur en série aux rituels occultes sévirait en Louisiane. Dès lors, la traque de l’assassin devient une véritable obsession pour Martin et Rust, au risque de détruire leurs vies privées.
Critique : Mise en scène inventive et maitrisée, excellents acteurs, scénarios intense et personnages bien écrits, je n’ai que des compliments en tête. C’est une série sombre, très ancrée dans l’atmosphère du sud des États-Unis, qui développe une histoire complexe emplie d’inavouables secrets, d’indices étranges et de retournements de situation. A voir absolument.

Résumé : Une mini-série britannique en 3 épisodes. Londres, 2008 : un tueur en série copie les meurtres de Jack l’Éventreur, dans le quartier de son « illustre aîné ». Les enquêteurs tentent d’arrêter l’assassin avant qu’il ne fasse sa prochaine victime.
Critique : Le scénario colle à la vraie histoire de Jack l’Éventreur. Les enquêteurs peuvent donc « prévoir » le prochain crime du copieur, mais ne parviennent pourtant pas à les empêcher (malgré les technologies modernes : ADN, vidéo surveillance…). Le suspens est présent et les personnages sont bien campés. Sans être foncièrement originale, cette série se laisse regarder sans déplaisir.

Et aussi…

Des tueurs en série apparaissent (de manière assez réaliste) de temps à autre, dans d’autres série « policières » telles que :
Cold Case
FBI : Portés disparus
New York District
New York, unité spéciale
New York, section criminelle – Saison 10

Enregistrer

Enregistrer

error: Content is protected !!
WpCoderX