francis heaulme

Francis Heaulme à nouveau jugé

« Plus de trente ans après les faits, le tueur en série Francis Heaulme est jugé depuis mardi devant les assises de la Moselle pour les meurtres de deux garçons de 8 ans, dont les familles doutent de jamais connaître la vérité.

Envoyé spécial à Metz

La défense de Francis Heaulme met le doigt là où la procédure fait mal. Sur les méandres de la procédure vieille de plus de trente ans qui a fini par accoucher du procès qui s’est ouvert mardi à Metz.

L’accusé, qui répond du meurtre de Cyril et Alexandre, perpétré le 28 septembre 1986, sort de l’ascenseur qui débouche directement dans le petit box vitré des assises de la Moselle. Il porte un chandail bleu marine torsadé dont le col boutonné s’orne d’une garniture façon laine de mouton. Le tueur déjà condamné pour neuf crimes a 58 ans ; il en fait quinze de plus avec sa mine de papier mâché, son regard à la fois aigü et fatigué, ses mains qui tremblent – conséquence d’un traitement neuroleptique. À peine le jury est-il tiré au sort que Me Liliane Glock passe à l’offensive. »

Lire la suite de cet artilce sur le site de Lefigaro.fr

« Plus de trente ans après les faits, le tueur en série Francis Heaulme est jugé depuis mardi par la justice française à Metz pour les meurtres de deux garçons de 8 ans. Un dossier hors norme dans lequel les familles doutent de jamais connaître la vérité.

Vieilli, la peau aussi pâle que ses cheveux, Francis Heaulme, 58 ans, a pris place dans le box des accusés. Concentré, il a observé le tirage au sort des jurés, majoritairement des hommes. Le menton posé sur le poing, il écoute ensuite son avocate prendre la parole.

Arrêté en 1992 pour d’autres faits, Francis Heaulme est soupçonné depuis le milieu des années 2000 d’avoir tué à coup de pierre les deux enfants à Montigny-lès-Metz. Mais il a toujours nié ces deux meurtres.

Procès pas équitable

Non loin du box, face à la cour, une mère: Chantal Beining, 74 ans. Elle s’est battue pour obtenir ce procès, pour savoir qui a tué son fils Cyril. Elle écoute Liliane Glock, l’avocate de Francis Heaulme, démolir l’accusation.

«Le procès s’ouvre aujourd’hui et nous devons dire qu’il ne pourra en aucun cas être équitable», lance l’avocate. Elle attaque bille en tête la destruction des preuves en 1995, alors qu’un autre homme, Patrick Dils, est en prison.

«A l’époque, on dispose d’un moyen technique qui permet à 100% de vous exonérer ou de vous condamner: l’ADN (…). Or les preuves ont été détruites», souligne-t-elle. Mais «le parquet général sait parfaitement que le verdict est sérieusement contesté», quand la décision de détruire les scellés est prise.  »

Lire la suite de l’article sur le site de Lematin.ch

« Vice-procureure du tribunal de grande instance d’Agen, Fiammetta Esposito a publié en 2011, «le tueur en série français — Ed. LGDJ», un ouvrage qui tente d’analyser le comportement des tueurs en série avant, pendant et après le passage à l’acte, à l’usage des praticiens. Contacté hier par nos soins, le magistrat nous a transmis les passages consacrés à Francis Heaulme.

Extraits.

Rarement seul.

«La plupart des meurtres commis par Francis Heaulme ont été perpétrés à l’aide d’un complice actif ou sous le regard d’un témoin passif. Dans le premier cas, Francis Heaulme amenait le complice à violer la victime, lui-même se chargeant ensuite de la tuer, généralement à coups de couteau. Dans le second cas, le témoin passif prenait la fuite après les faits et – terrorisé à l’idée de se voir impliqué dans une affaire qui le dépassait – se gardait bien de révéler le crime aux autorités. Ce silence des complices tout autant que des «témoins malgré eux» a permis à Francis Heaulme de défier policiers et gendarmes durant près de dix ans» (…) »

Lire la suite de cet article sur le site de La Depeche.fr

A lire également :

« Procès Heaulme: la mort de deux enfants à l’indicatif présent » sur le site de LeMonde.fr

« Double meurtre de Montigny-lès-Metz: Francis Heaulme jugé aux assises plus de 30 ans après les faits » sur le site de 20mn.fr

« Francis Heaulme, de nouveau jugé, « est un psychopathe et il faut espérer qu’il ne sorte jamais de prison », selon Patrick Dils sur le site du Huffingtonpost.fr

error: Content is protected !!
WpCoderX