Le Nord-Ouest des Etats-Unis « attire »-t-il les tueurs en série ?

Durant des dizaines d’années, des femmes ont disparues des rues des villes du Nord-ouest des États-Unis. Une douzaine ont disparues à Spokane. Environ 50 à Seattle et ses environs. Un peu plus à Vancouver, de l’autre côté de la frontière.
A cause de tueurs en série.

Dans les 22 derniers mois, le nord-ouest de l’Amérique du Nord a vu l’arrestation de trois serial killers.
– Robert Yates à Spokane,
– Gary Ridgway à Auburn (près de Seattle)
– Robert Pickton à Port Coquitlam (près de Vancouver).
Tous ont été accusé de plusieurs meurtres de femmes.

On a pu arrêter ces trois tueurs parce que, entre autre, les forces de police sont plus au fait de l’existence de serial killers de nos jours qu’auparavant. Elles sont également mieux formés et ont de meilleurs « outils » d’enquête, tel que l’ADN.
Ce qui donne l’impression à la population que leur région est « infestée » de tueurs en série. En fait, ce n’est sûrement qu’une coïncidence.
Toutefois, bien que ces trois affaires concernent un « total » d’une centaine de victimes, les enquêteurs pensent que le compte pourrait être encore plus élevé.

nordwest«Il y a quelque chose dans le Nord-Ouest du pays qui semble… attirer les tueurs en série», affirme Mark Furhman (ancien détective de Los Angeles qui a -mal- participé à l’enquête sur OJ Simpson, et est à présent écrivain à Spokane). «C’est peut-être le temps maussade, les immenses forêts (pour cacher les corps) ou le groupement de victimes ‘disponibles’».
Pourtant, beaucoup de ces meurtres datent du début des années 80, et il ne semble pas que le nombre de tueurs ait augmenté dans la région depuis.

Les trois affaires ont des points communs, et notamment l’age et le type de victimes, qui étaient pour la plupart des prostituées et/ou des droguées.

Yates, 49 ans, a plaidé coupable de 13 meurtres. Il risque la peine de mort pour deux autres meurtres, dont le procès aura lieu cet été.
Ridgway, 52 ans, a été arrêté en novembre 2001. Il est accusé des meurtres de quatre des 49 femmes tuées par le « Green River Killer » dans les années 80.
En Colombie Britannique (Canada), Pickton, 52 ans, est accusé des enlèvements et meurtres de six des 50 femmes qui ont disparus à Vancouver depuis 1983. La police fouille dans sa ferme depuis février, à la recherche de morceaux de corps…

Otwin Marinen, un professeur en criminologie de l’Université d’Etat du Washington, rejette toute suggestion selon laquelle le Nord-Ouest « attirerait » les tueurs en série.
D’un autre côté, ses recherches montrent que « seulement » 95 tueurs (sur les centaines répertoriés dans le monde) ont tué plus de 10 fois. Il les appelle les « super tueurs ».

Ce qui n’est pas inhabituel, par contre, c’est que les victimes étaient le plus souvent des prostituées.
Ted Bundy, à Seattle, était beau garçon et beau parleur. Il pouvait charmer les jeunes femmes sur les campus d’université et les convaincre de le suivre sans aucune peur. Mais ce genre de qualité est plutôt rare chez les tueurs en série. Les femmes les plus facilement « accessibles » pour les serial killers, celles qui vous suivent le plus facilement, sont les prostituées…

En conclusion, nous pouvons malgré tout rappeler que les tueurs en série sont extrêmement rares. Aux États-Unis, où ils sont pourtant les plus nombreux, ils ne représentent même pas 2% des meurtres perpétrés par an.