Le tueur en série d’enfant de Kobe écrit un livre ambigu

Le tueur avait placé la tête coupée de sa victime de 11 ans devant le portail d’un collège de Kobe et avait ressenti l’extase. « Laissez-moi vous avouer quelque chose : j’ai pensé que ce spectacle était de toute beauté », écrit Seito Sakakibara, le pseudonyme d’un tueur en série, mineur au moment des faits et emprisonné pour 2 meurtres d’enfants. « Je me sentais comme si j’étais né simplement pour voir la beauté éthérée de ce qui était en face de mes yeux. Je pensais que je pouvais à présent mourir. »

Les souvenirs de Sakakibara ont été publiés dans une autobiographie controversée au début du mois de juin. Il y exprime ses regrets pour les meurtres qu’il a commis à Kobe en 1997, mais les décrits avec tant de détails que les lecteurs peuvent s’interroger sur ses véritables sentiments.

Seito Sakakibara, qui a maintenant 32 ans et dont le véritable nom n’a jamais été révélé, a assassiné 2 enfants à Kobe et en a blessé 3 autres, dans des agressions qui ont terrifiées le Japon, au point que l’opinion publique avait demandé des peines plus lourdes pour les criminels mineurs. En réaction, les lois sur la délinquance juvénile s’étaient durcit, baissant l’âge de responsabilité légale à 14 ans au lieu de 16.

Dans son livre, le tueur explique que, lorsqu’il était adolescent, il était « un déviant sexuel incorrigible » qui avait obtenu une satisfaction sinistre en disséquant des animaux et, finalement, en tuant des êtres humains. « Lorsque je suis arrivé au collège, je m’étais déjà lassé de tuer des chats, et j’ai commencé à fantasmer sur ce que je ressentirais en assassinant des êtres humains comme moi ».

En février 1997, alors âgé de 14 ans, Sakakibara a agressé trois petites filles à Kobe. Le 16 mars, il a assassiné une écolière de 10 ans, en lui fracassant le crâne avec un tube d’acier. Le 24 mai 1997, il a étranglé et décapité un garçon de 11 ans qu’il connaissait, Jun Hase, sur les pentes d’une montagne voisine. Il a ensuite porté la tête du garçon jusqu’à la salle de bain de ses parents, où il s’est enfermé et a commis « un acte beaucoup plus odieux que le meurtre. »
Il a ensuite laissé la tête du jeune garçon devant son collège, accompagnée d’une lettre qui se moquait de la police…

Ayaka Yamashita et Jun Hase Kobe

Ayaka Yamashita et Jun Hase

Sakakibara a été emprisonné dans une maison de correction médicalisée pour mineurs et, depuis sa libération en 2004, à 21 ans, il gagne sa vie comme ouvrier journalier.

Dans l’épilogue de son livre, l’auteur parle de la culpabilité qui l’afflige aujourd’hui et propose des excuses aux parents de ses victimes, affirmant qu’il reconnaît désormais la gravité de ses actes. « Je ne pouvais plus me taire sur mon passé. Je devais écrire. Sinon, je serais devenu fou ».

Mamoru Hase, le père de Jun Hase, a demandé publiquement que le livre soit interdit. « Le livre complètement piétiné nos sentiments. Il est clair qu’il n’est pas du tout désolé pour ce qu’il a fait ».