Ralph Andrews

Nom : Ralph Raymond Andrews
Surnom : aucun
Né en : 1945, à Evanston (Illinois), près de Chicago – Etats-Unis
Mort le : 31 janvier 2006 au Centre Correctionnel de Stateville, près de Chicago.

Il a été emprisonné à  vie pour le viol et le meurtre d’une femme à  Chicago. Mais, en prison, il s’est vanté d’en avoir tué beaucoup plus, des années auparavant. Les autorités pénitentiaires l’ont enregistré à son insu et la police a découvert qu’il se vantait de quarante autres meurtres… Il a été condamné pour un second meurtre, il est soupçonné d’au moins deux autres. Les vérifications sont encore en cours dans l’Indiana, le Michigan, le Wisconsin, et l’Illinois.

Informations personnelles

J’ai peu de renseignements sur l’enfance et la jeunesse de Ralph Andrews.

L’amie de la soeur d’une de ses victimes, qu’il a failli tuer en 1973, est sortie avec lui en 1961, quand ils étaient adolescents. Elle vivait à Chicago et lui à Evanston.
Elle n’est pas encore parvenue à comprendre comment son gentil petit ami de l’époque a pu devenir un tueur en série vicieux. Elle se souvient qu’il était beau garçon, poli, et qu’il avait beaucoup d’humour. Ils ont arrêté de sortir ensemble lorsqu’Andrews a été arrêté pour vol de voiture et s’est retrouvé en prison, à 17 ans. Il lui a envoyé une lettre dans laquelle il lui expliquait qu’il ne voulait pas la blesser et qu’il fallait qu’elle se trouve quelqu’un d’autre, parce qu’il n’était plus « un gars bien ».
La seule étrangeté dont elle se souvienne était qu’il lui arrivait de faire « des blagues sur des animaux » qu’il aurait décapités, le week-end, pour passer le temps…

carte illinois michiganPar contre, Mary Ebeling, la femme avec qui Ralph Andrews a vécu une relation dans le Michigan durant 7 ans, affirme que c’était « un chasseur soucieux de la sécurité mais avec un tempérament très violent qui savait être plus malin que la police ».
Mary Ebeling a témoigné durant le procès d’Andrews qu’elle avait été abasourdie lorsqu’il était revenu d’une chasse au cerf en 1980 et lui avait dit qu’il venait de tuer son meilleur ami, Floyd Foster. « Il ne semblait pas bouleversé du tout… Pas du tout. C’est seulement lorsque la femme de Floyd est apparue qu’il a montré des remords. Il pleurait, mais il ne semblait pas être vraiment troublé. »
Le fils de Floyd Foster, Jerry, a vu son père mourir d’un coup de fusil, mais après l’enquête menée par la police du Michigan, cette mort fut considérée comme un simple accident de chasse. Mary Ebeling n’a jamais été interrogée par la police du Michigan, pas plus que Jerry Foster.
Jerry Foster a expliqué que ce jour-là, Andrews lui avait demandé si il avait tué quelqu’un durant la guerre du Vietnam. Quand Jerry avait refusé de répondre, Andrews lui avait répondu : «Je vais te montrer comment on fait ça dans le Michigan». Quelques minutes plus tard, Ralph Andrews avait glissé dans l’eau et pointé son fusil de chasse vers Floyd Foster, qui l’avait repoussé. Lorsqu’Andrews avait à nouveau pointé son arme sur Floyd Foster, le fusil « était parti tout seul ».

Mary Ebeling a expliqué avoir vu Andrews tuer et éviscérer entre 50 et 75 cerfs durant les années qu’ont durées leur relation.

Elle a également affirmé que, lorsqu’elle lui rendait visite dans sa caravane, il lui était arrivé de trouver des couvertures tâchées de sang, un foulard de femme et des boucles d’oreilles. Elle lui avait demandé d’où elles venaient et Ralph Andrews lui avait répondu « aux filles », et elle avait pensé qu’il parlait des filles de leurs amis proches, vivant non loin.

Andrews a été marié et a eu trois enfants.

 

Crimes et châtiment

En août 1991, une femme promenant son chien a découvert Virginia Griffin, 41 ans, poignardée et éventrée dans le potager d’un jardin public du quartier de Rogers Park, au nord de Chicago (Illinois). Elle avait été violée avec un piquet de tente et poignardée 32 fois. Le corps présentait également une grande incision de son aine jusqu’au cou, exposant ses organes internes. Des brûlures sur l’un de ses seins démontraient qu’elle avait été torturée avec un pistolet électrique.
Son chemisier était remonté jusqu’à son cou, son soutien-gorge pendait autour d’un de ses bras et son pantalon lui avait presque été enlevé. Ses mains étaient relevées au-dessus sa tête comme si elles avaient été liées avec le soutien-gorge.

Pottawatomie Garden

Pottawatomie Garden

Le detective Larry Thezan, du département des crimes violents, regarda les photos de la scène de crime et, en voyant comment Virginia Griffin avait été éviscérée, il pensa à Ralph Andrews. Il avait vu une lettre envoyée par un policier à la retraite de Skokie, dans l’Illinois, avertissant la police de Chicago à propos de Ralph Andrews, qui avait été suspecté de plusieurs meurtres dans les banlieues du nord-ouest et dans le Michigan. Les victimes avaient presque toutes étaient éviscérées.
Virginia Griffin connaissait Ralph Andrews, avec qui elle avait cueilli des légumes dans le potager de Pottawatomie Garden. Andrews était le gardien de ces potagers.
La police décida de perquisitionner chez Andrews. Les enquêteurs découvrirent un couteau ensanglanté dans un seau d’eau au sous-sol, un pistolet électrique, le sang de Griffin à l’intérieur du pantalon d’Andrews, des traces de griffures sur ses mains, son visage, ses bras et sa poitrine, et une lampe torche qui présentaient les empreintes digitales d’Andrews dans le sang de Virginia Griffin.

Andrews avait un casier judiciaire bien rempli concernant des agressions sexuelles sur des adolescentes (commençant dès 1972), des kidnappings, et avait déjà été emprisonné pour coups et blessures.

Andrews fut jugé et condamné en 1993 à la prison à vie pour le meurtre de Virginia Griffin.

Durant son procès pour le meurtre de Virginia Griffin, trois jeunes femmes témoignèrent qu’elles avaient été attachées, violées, battues et presque étranglées par Andrews. Tout cela non seulement dans l’Illinois, mais aussi dans l’Indiana, le Wisconsin et le Michigan.

Il avait été acquitté d’une tentative de meurtre en 1973, liée à l’agression au couteau de deux auto-stoppeuses de 15 ans, le long de la Edens Expressway à Highland Park, au nord de Chicago. Betty Hanson, décrivit comment il les avaient poignardées, elle et son amie, après leur avoir proposé de les prendre en stop, en 1973. Traumatisée, elle n’avait pas compris pourquoi il avait été acquitté et, déjà, elle avait été persuadée qu’il tuerait à nouveau.

Edens Expressway

La Edens Expressway

Lorsqu’elle et son amie étaient montées dans la voiture, Betty Hanson avait réalisé qu’il n’y avait pas de poignée de portière du côté passager. Mais il neigeait et « il avait l’air gentil », alors elles « ne s’étaient pas trop posées de questions ». Mais il ne les avait pas conduites chez elles et elles avaient commencé à s’inquiéter. Il avait répondu calmement : « Vous deux, vous n’allez nulle part. Je veux voir à quoi ressemblent de jolies filles comme vous sans leurs vêtements ».
Andrews leur avait raconté ce qu’il allait leur faire. Il leur avait expliqué qu’il allait attacher Betty Hanson et la forcer à le regarder violer son amie, avant qu’il ne s’en prenne à elle. Betty Hanson avait alors pris son courage à deux mains, elle s’était jetée sur le volant et la voiture était sortit de la route.
Andrews, fou de rage, avait sorti un couteau de sous son siège, et avait poignardé l’amie de Betty Hanson. Puis, il avait frappé Hanson à son tour, touchant un poumon. Betty Hanson dit se souvenir parfaitement du sourire d’Andrews alors qu’il la poignardait…
Malgré sa douleur, Betty Hanson était parvenue à se défendre. Andrews avait perdu son couteau, elle l’avait ramassé et l’avait frappé avec. Juste au même moment, des automobilistes passaient sur la Edens Expressway. Ils s’étaient jetés sur Andrews et avaient sauvé les deux adolescentes. Elles avaient mis plus d’un mois à se remettre de leurs blessures physiques. Elles ne se sont jamais remises des blessures psychologiques.
Et quelques semaines plus tard, Betty Hanson avait vu, incrédule, Andrews et son avocat réussir à convaincre le jury qu’elle et son amie avaient essayé de voler et de tuer Andrews ! Il était marié, il avait trois enfants, il avait l’air sincère. Les jurés, convaincus que les deux adolescentes étaient sous l’influence de marijuana, avaient acquitté Andrews.

Betty Hanson savait qu’il allait essayer de tuer d’autres femmes parce que, alors qu’il les conduisait sur la Edens Expressway, Andrews lui avait dit qu’il avait déjà tué deux autres filles, dont une certaine Amy Alden. Le corps d’Amy Alden avait été retrouvé à Skokie, au Nord de Chicago, en 1972.

En mars 1976, deux jeunes femmes avaient été attaquées par Andrews dans la station essence du Michigan où il travaillait. Alors qu’elles étaient dans les toilettes, Andrews les avait menacées avec un tournevis, puis avait attachée l’une des deux jeunes femmes et l’avait violée. Quand il les avait libérés, il avait glissé un billet de 20 $ dans la poche de leur chemise en souriant.
L’officier de police Tom Price, qui avait recueilli les plaintes des deux jeunes femmes, a affirmé qu’il avait construit un « dossier en béton » contre Andrews. Mais un jury avait accepté l’allégation d’Andrews selon laquelle les deux victimes avaient en fait accepté qu’il répare leur voiture en échange d’une relation sexuelle… et du billet de 20 $. Andrews avait, de nouveau, été acquitté.
L’officier Tom Price avait été écœuré de ce jugement au point qu’il a démissionné. « Je savais que cet homme allait sortir de cette salle d’audience et je savais qu’il allait tuer quelqu’un. Ce fut la fin de ma carrière comme agent de police. Je ne peux pas protéger la société contre elle-même. »

chicago, IllinoisUne fois en prison, en 1993, Ralph Andrews a commencé à se vanter auprès d’autres détenus au sujet du meurtre de Susan Clark, 16 ans, commis en 1977. Les détenus ont prévenu les autorités pénitentiaires. Une unité spéciale, avec le bureau du Procureur du comté de Cook a alors placé un magnétophone dans la cellule d’Andrews. Il a confessé l’enlèvement, le viol et le meurtre de Susan, en donnant des détails précis.

Andrews a admis avoir enlevé et tué Susan Clark, alors qu’elle retournait chez elle après avoir fait du baby-sitting. Il l’a violée puis lui a tiré une balle dans la tête. Il l’a ensuite éventrée du cou à l’abdomen. Il a jeté le corps dans un potager près de la Edens Expressway, dans la ville de Skokie. (En 1991, Griffin avait elle aussi été éventrée, abandonnée dans un potager et avait subi des mutilations sexuelles).
Susan Clark, qui vivait dans le quartier de Rogers Park, à Chicago, devait entrer au lycée St. Scholastica en septembre 1977. Son petit ami l’attendait après son travail, mais ne la vit jamais revenir. Sa famille et ses amis la cherchèrent durant plusieurs jours, jusqu’au 29 août, lorsque des jeunes gens coupant les mauvaises herbes le long de la Old Orchard Road trouvèrent son corps décomposé dans le potager.

Le Sergent de police Mickael Ruth, de Skokie (Illinois), a affirmé qu’Andrews est aussi le « suspect numéro un » pour le meurtre d’Amy Alden, 15 ans, en septembre 1972, et le meurtre d’Arvella Thomas, 14 ans, en 1978.

Le corps d’Amy Alden a été découvert dans des broussailles près du cimetière Memorial Park, à Skokie. Sa ceinture avait été serrée plusieurs fois autour de son cou. Ses vêtements étaient relevés jusqu’à son cou. Amy Alden connaissait Ralph Andrews, qui conduisait à l’époque un bus le long d’une route près du lieu où Amy avait disparu.
Ralph Andrews, à ce moment-là, était incarcéré à la prison du comté de Cook (pour les viols des femmes qu’il avait presque étranglées) et bénéficiait d’un programme de réinsertion : il travaillait dans la journée et dormait en prison. La nuit où Amy Allen avait disparu, il était revenu en retard au pénitencier. La police l’avait interrogé peu de temps après qu’ils aient trouvé le corps d’Amy, mais ils n’avaient pas réussi à réunir suffisamment de preuves pour l’inculper.

Le quartier de Rogers Park

Le quartier de Rogers Park

Arvella Thomas a disparu alors qu’elle marchait vers un arrêt de métro dans le quartier de Rogers Park un soir d’avril 1978. Elle était méfiante envers les étrangers, mais ses amis ont expliqué aux autorités qu’elle n’avait pas de monnaie pour prendre les transports en commun.
Son corps a été retrouvé le lendemain matin dans une ruelle, à Skokie. Elle avait été poignardée à plusieurs reprises dans la poitrine et étranglée avec ses collants. Ses vêtements étaient relevés au-dessus de sa poitrine.
Peu de temps après, la police avait saisi un couteau avec des tâches de sang dans la voiture d’Andrews. Ce dernier avait assuré aux enquêteurs que le sang était celui d’un cerf ou d’un poisson. Les analyses ADN n’existaient pas encore à l’époque et les policiers avaient seulement pu démontrer que c’était bien du sang humain, du même type que celui d’Arvella Thomas. Malheureusement pas assez pour obtenir une inculpation.

Andrews a été suspecté dès le début dans le meurtre de Susan Clark, ainsi que pour les assassinats d’Amy Alden et Arvella Thomas. Il a été interrogé pour chaque affaire, mais a nié être impliqué.

Il y avait également quelques différences dans le mode opératoire, qui ont quelque peu dérouté les enquêteurs : Virginia Griffin avait été tuée de plus de 30 coups de couteau, Susan Clark avait reçu une balle dans la tête et ses poignets étaient attachés au-dessus de sa tête. Le corps d’Arvella Thomas était complètement habillé, contrairement aux autres victimes.

Robin Feuerriegel, 17 ans, a disparu après avoir quitté la maison de son petit ami en août 1972. Elle a fait de l’auto-stop pour rentrer chez elle. Son corps décomposé a été retrouvé le 18 novembre 1972, près de la Naval Air Station de Glenview, à environ quatre pâtés de maisons de l’endroit où le corps d’Amy Alden avait été découvert. Elle avait été étranglée.

Laura Williams, 16 ans, a été retrouvé sur la Willow route en mai 1977, à 100m de l’endroit où avait été découverte Robin Feuerriegel. Elle avait été poignardée.

ralph-andrews-2003

Andrews en 2003

Selon l’acte d’accusation fédéral, Andrews a établi par écrit une liste de toutes les victimes qu’il a assassinées. Amy Alden et Arvella Thomas étaient sur cette liste. La police de Skokie n’affirme pas encore qu’Andrews est un serial killer. Mais il a vécu dans l’Indiana, le Michigan, le Wisconsin, et l’Illinois, et dans ces quatre états, 20 à 40 meurtres irrésolus ont été commis, tous de la même manière.

En mai 2003, Ralph Andrews a été jugé pour le viol et le meurtre de Susan Clark en 1977. Durant le procès, il n’a pas montré le moindre remord.
Il a été reconnu coupable et condamné à la perpétuité.

Ralph Andrews est décédé en prison, en janvier 2006, d’une crise cardiaque, à l’âge de 61 ans.

 

 

Victimes


susan-clarkSusan Clark
(16 ans)
Violée et assassinée le 25 août 1977 à Skokie (Illinois)

 

 

virginia-griffinVirginia Griffin (41 ans)
Violée et assassinée dans son appartement de Chicago (Illinois) en 1991.

 

 

 

Meurtres pour lesquels Ralph Andrews est fortement suspecté :

Amy Alden (15 ans)
Violée et assassinée à Skokie (Illinois) en 1972.

Robin Feuerriegel (17 ans)
Violée et assassinée en août 1972.

Laura Williams (16 ans)
Violée et assassinée en mai 1977.

Arvella Thomas (14 ans)
Violée et assassinée à Skokie (Illinois) en 1978.

 

Ralph Andrews est soupçonné des meurtres de 20 à 40 autres adolescentes et femmes dans l’Indiana, le Michigan, le Wisconsin, et l’Illinois entre 1972 et 1993.

 

 

Modus Operandi

Peu de renseignements disponibles.

D’après ce que je sais, Andrews prenait ses victimes par surprise. Il les violait, les frappait, les torturait parfois, puis les assassinait (avec une arme blanche ou une arme à feu).

Puis, il commettait des mutilations sexuelles sur les corps.
Souvent, il a éventré les cadavres du cou à l’abdomen.

Le plus souvent, il jetait les corps dans un endroit isolé, généralement un jardin ou un champ.

 

 

Motivations

Pas de renseignements disponibles pour le moment, mais le mobile est plus que sûrement sexuel. Ralph Andrews aimait torturer, violer et humilier ses victimes.

D’après les enquêteurs, Ralph Andrews s’est beaucoup amusé à déjouer la police, et lorsqu’il a été interrogé au sujet des meurtres dont il s’était vanté en prison, il a « tourné autour du pot », a avoué, s’est rétracté, puis a raconté autre chose…

Il était intelligent et manipulateur. Et il savait profiter de la fainéantise et de l’indifférence de certains services de police…
Une femme du Michigan a témoigné qu’en août 1980, alors qu’elle avait 20 ans, Ralph Andrews, qui vivait alors dans une propriété voisine, l’a fit tomber de sa bicyclette sur une route rurale, l’a fit rentrer dans sa voiture et démarra. La jeune femme se débattu alors qu’Andrews pressait un chiffon imbibé de chloroforme sur son visage. Un voisin entendant ses cris s’approcha de la voiture et Andrews reconduisit la jeune femme chez elle.
Cette dernière courut alors vers sa mère, mais, selon elle, « Ralph a marché très calmement jusqu’ à mon père et lui a simplement dit : j’ai fait tomber votre fille et je l’ai ramenée à la maison ».
Quand sa mère senti l’odeur du chloroforme et que son père exigea une explication, Ralph Andrews le frappa ! Sa mère vit des morceaux de corde sur le siège arrière de la voiture d’Andrews.
Cependant, la police n’arrêta pas Ralph Andrews. Selon la jeune femme, les policiers lui répondirent qu’elle « était excité, mais n’avait pas été blessée ».
Le lendemain, sa mère et elle se rendirent au bureau du Procureur pour porter plainte, mais il leur répondit que Ralph Andrews les avait précédées pour tout expliquer. Le procureur ne porta pas la moindre accusation contre Andrews.

 

 

Citations

« C’est ce que j’espère : la peine de mort. Ce type est diaboliquement intelligent. Une condamnation à perpétuité, de nos jours, ça ne veut pas dire la perpétuité. Une personne peut sortir de prison après seulement huit ans ! Ce type est assez malin pour trouver une échappatoire, une faille de procédure, un arrangement. Il ne sera pas capable de le faire s’il est mort » : Richard Clark, père de Susan.

« Même lorsqu’on lui a fait écouter les cassettes audio de ses aveux, il a voulu dévier la conversation, surtout ne pas rentrer dans le vif du sujet. Ralph Andrews est un homme très intelligent, c’est un beau parleur, et il est très manipulateur. C’était vraiment un jeu pour lui” : le Sergent de police Mickael Ruth, chargé de l’enquête sur le meurtre de Susan Clark.

« Cette affaire n’a jamais été close pour nous. A chaque fois que nous avions une piste, nous la vérifiions. Même 20 ans après, nous continuions de chercher. On n’a jamais laissé tomber » : le Sergent de police Mickael Ruth, chargé de l’enquête sur le meurtre de Susan Clark.

 

Bibliographie

Résumé : Betty Hanson a écrit un livre où elle explique comment elle a faillit mourir entre les mains de Ralph Andrews en décembre 1973… et comment il s’en est sorti.

 

Liens

– L’Illinois : le site de l’état sur wikipedia
– La ville de Skokie sur wikipedia (en anglais)

error: Content is protected !!
WpCoderX