Un couple américain accusé des meurtres de ses pensionnaires

Jusqu’à il y a quelques jours, la petite ferme rouge de David et Michelle Knotek ressemblait à toutes les autres maisons de la petite ville côtière de Raymond (état du Washington), entourée de sapins, de vergers de pommes et de pâtures.

A présent, leur jardin est envahi par des policiers qui creusent et fouillent à la recherche de cadavres.
Selon le procureur de l’état, durant ces 12 dernières années, la maison rouge a dissimulé des tortures, des abus et des meurtres.

raymond

Raymond, état du Washington

Michelle et David Knotek, 49 et 50 ans, accusé des meurtres de trois des pensionnaires qui vivaient dans leur ferme ont été officiellement inculpés de meurtres avec préméditation.

Michelle Knotek, 49 ans, a été inculpée des meurtres de Kathy Loreno, une coiffeuse de 36 ans disparue depuis 1994, et de Ronald Woodworth, 57 ans, disparu depuis juillet 2003.

David Knotek, 51 ans, a été inculpé du meurtre par arme à feu de Shane Watson, son propre neveu de 19 ans, qui a disparu peu après Kathy Loreno. Il a également été inculpé d’avoir aidé son épouse à cacher le corps de Ronald Woodworth.

Les charges présentées par le procureur du Comté de Pacific, Lori Miller, déclarent que Michelle Knotek a montré « une extrême indifférence à la vie humaine ».

Loreno, Watson et Woodworth

Kathy Loreno, Shane Watson et Ronald Woodworth

Selon les enquêteurs, David Knotek a avoué au shérif qu’il avait abattu Watson et brûlé son corps. Des témoins ont expliqué que Michelle Knotek avait été folle de rage lorsqu’elle avait découvert que Watson avait photographié les blessures de Kathy Loreno, et le neveu avait disparu peu après la mort de Loreno. David Knotek a expliqué aux enquêteurs qu’il avait brûlé le corps de Kathy Loreno et enterré celui de Ronald Woodworth après que son épouse lui ait affirmé qu’il s’était suicidé.
Des témoins ont affirmé que Michelle Knotek avait torturé Loreno et Woodworth. Elle avait notamment forcé Ronald Woodworth à faire des corvées dehors, uniquement vêtu de son caleçon, pieds nus, puis lui avait ébouillanté les pieds. Elle avait violemment frappé Kathy Loreno et la traitait comme une esclave.

fouilles-2

Les fouilles

La belle-mère de Michelle Knotek, Diana Watson, a expliqué que sa belle-fille était une menteuse au caractère explosif. « Elle a dit à tout le monde dans la famille qu’elle avait le cancer et David l’a cru. Peu importait ce qu’elle pouvait raconter, il la soutenait toujours« .
Diana Watson a également affirmé que Shane Watson avait eu une vie de famille instable et que la famille avait pensé qu’il serait mieux pour lui de vivre loin de ses parents, mais dans sa famille.

Les enquêteurs ont commencé à fouiller la précédente maison de James McClintock, 81 ans, qui est décédé en février 2002, chez les Knotek, alors que Michelle Knotek s’occupait de lui. Elle avait alors affirmé qu’il était tombé et avait été blessé à la tête. James McClintock, un commerçant à la retraite, avait légué son argent (dont sa maison d’une valeur de 140 000$) à sa chienne Sissy, avec des instructions selon lesquelles l’argent devrait aller à Michelle Knotek si la chienne venait à mourir… Cinq mois plus tard, Knotek déclara que Sissy était morte.

Les autorités du comté de Pacific ont expliqué qu’il y a deux semaines, des personnes « familières de la résidence et du style de vie des Knotek » ont contacté la police pour leur faire part d’histoires d’abus et de meurtres sur la propriété.

Les Knotek ont toujours vécu à Raymond et se sont mariés il y a 15 ans. Ils ont trois filles dont la plus jeune à 14 ans. David Knotek travaillait dans le bâtiment et Michelle Knotek était une auxiliaire de vie. Les Knotek étaient connus pour loger les gens dans le besoin.

Les voisins les plus proches ont expliqué aux médias qu’ils n’avaient rien vu d’étrange derrière les sapins qui entourent la maison des Knotek. Le portail, décoré d’un ruban jaune patriote, était toujours fermé. L’un des voisins, qui vit à Raymond depuis 24 ans, a affirmé que Michelle Knotek était parfois « un peu agitée et tendue« , mais que la famille semblait normale et amicale.