Un infirmier allemand condamné à la perpétuité

Un infirmier allemand a été condamné à la prison à vie pour le meurtre de deux de ses patients mais les autorités locales craignent un bilan beaucoup plus élevé après qu’il ait avoué à un psychiatre avoir tué 30 personnes, dans un jeu macabre où il recherchait les sensations fortes.

L’homme de 38 ans, identifié seulement comme Niels H., a admis avoir injecté à ses patients des doses létales de médicaments, puis avoir essayé de les ramener à la vie, afin de gagner l’admiration de ses pairs et le respect des familles des patients, qui le considéraient alors comme un héros. Il a avoué avoir également agit par ennui.

Selon le psychiatre, Niels H. « se sentait bien durant plusieurs jours après avoir ramené un patient à la vie. C’est devenu essentiel pour lui. Il a fini par perde le contact avec ses patients et à ne plus les voir comme des êtres humains ».

Un médecin-chef a témoigné que Niels H. était un « infirmier passionné » qui faisait bonne impression sur le personnel de la clinique. Mais le médecin a ajouté : « Je trouvais étrange qu’il soit toujours à portée de main lorsque les patients étaient réanimés, aidant souvent les jeunes médecins à procéder à des intubations. Il faisait beaucoup de zèle. » Il était souvent inhabituellement ému par la mort de ses patients. Un jour, Niels H. avait conduit deux patients décédés à la morgue et était revenu « complètement désemparé ». « Mais il était précis et compétent, peut-être plus compétent que d’autres ».

Il a été reconnu coupable de deux meurtres et deux tentatives de meurtre, commis entre 2003 et 2005.

L’ex-infirmier du service des soins intensifs a avoué avoir injecté un médicament pour le cœur à 90 patients, en voie de guérison ou gravement atteints, provoquant 30 décès. Durant les 2 années où il a travaillé à la clinique, le taux de mortalité a été multiplié par deux.

Delmenhorst hôpital

La clinique Delmenhorst

Les autorités ont déclaré qu’elles allaient exhumer les corps de dizaines d’anciens patients afin de rechercher des traces des doses mortelles de médicaments. Une commission spéciale de la police et des procureurs surnommée « Kardio » se penche actuellement sur 178 décès enregistrés à la clinique Delmenhorst où Niels H. travaillait, au nord de Brême, et à ses emplois précédents, dans une maison de retraite et un service d’urgence, à Oldenburg et Wilhelmshaven.

Niels H., menotté et cachant son visage aux photographes derrière un dossier, a expliqué que « Habituellement, la décision de le faire était relativement spontanée. Il y avait de la tension et une attente de ce qui allait arriver ».

Il a présenté des excuses aux proches des victimes pour son obsession mortelle. « Je suis sincèrement désolé. Je sais que j’ai provoqué des dégâts énormes, de la souffrance et de l’anxiété ». Il a au psychiatre expliqué qu’il se sentait euphorique quand il réussissait à ramener un patient à la vie, et dévasté quand il échouait. Il faisait alors le vœu de mettre fin à son jeu mortel, mais frappait à nouveau peu de temps après.

Selon l’avocat de l’ex-infirmier, « M. H. ne voulait pas tuer, il voulait vaincre la mort ».

Niels H. a été arrêté en 2005 quand un collègue l’a vu injecter un médicament à un patient de la clinique Delmenhorst. Il a été condamné en 2008 à 7 ans et demi de prison pour cette tentative de meurtre. Il devrait être jugé pour des meurtres supplémentaires, selon les découvertes des enquêteurs.

Niels H. n’est pas le premier infirmier tueur en série en Allemagne. En 2006, Stephan Letter, surnommé “L’Ange de la mort” par les medias, a été condamné à la perpétuité pour avoir administré des injections mortelles à 28 patients âgés. Un an plus tard, une infirmière de l’hôpital de la Charité de Berlin, Irene B., a été condamnée à la perpétuité pour les meurtres de 5 patients avec des overdoses de médicaments.

error: Content is protected !!
WpCoderX