Zeng Kaigui

Un policier tueur en série en Chine

La police chinoise a lancé une chasse à l’homme contre un ancien collègue devenu braqueur de banque et tueur en série, qui agit depuis plus de 8 ans.

13 000 policiers et deux hélicoptères ont été déployés pour retrouver Zeng Kaigui, un ancien policier, après qu’il ait abattu sa dernière victime lors d’un braquage dans la ville de Nanjing, à 300km à l’est de Shangai.

Zeng, 42 ans, est également suspecté d’avoir assassiné 6 personnes et d’en avoir blessées deux autres lors de braquages ayant eu lieu dans des grandes villes du sud-ouest de la Chine.

Zeng Kaigui est recherchés par la police de Chongqing pour deux braquages et des meurtres en 2004 et 2005. Il correspond également à la description d’un suspect impliqué dans une série de braquages de banque à Changsha, dans la province du Hunan.

Zeng serait également liée à une autre fusillade mortelle en octobre 1995, dans la province du Yunnan.

Les policiers parcourent les principaux systèmes de transport de la ville, les hôtels et les cybercafés – en particulier ceux fréquentés par des millions de travailleurs migrants.

Des barrages routiers ont été mis en place sur les routes principales et le SWAT fouille bus, métros et trains, armes à la main.

Tous les passagers de sexe masculin doivent montrer leurs cartes d’identité avant de monter dans un moyen de transport public parcourant une longue distance.

La sécurité de toutes les banques a également été renforcée, et Nanjing – une ville de cinq millions d’habitants – vit à présent sur les nerfs.

« Il est choquant et effrayant d’imaginer que ce meurtre a été commis en plein jour et que le suspect est toujours en fuite, en dépit d’un si grand nombre de policiers sur sa piste, » a déclaré un résident de Nanjing, Deng Chuanhua.

Des officiers de police ont expliqué aux médias d’Etat Chinois que Zeng Kaigui, grâce à sa formation de policier, « sait comment déjouer la surveillance ».

Il a servi dans les forces armées de la police dans la province du Yunnan entre 1989 et 1994, période pendant laquelle il est devenu un «tireur qualifié».

Des images de la vidéo surveillance du cambriolage de la banque et d’autres lieux publics où Zeng a été vu sont également diffusées au public.

Un officier de la police de Nanjing a expliqué : « Il est économe et n’aime pas communiquer avec les autres. Il utilise des gestes et le langage du corps pour communiquer, lors de l’achat d’aliments, par exemple, plutôt que de prononcer des mots. Il porte souvent une casquette, des lunettes de soleil et des gants ».

Une forte récompense est offerte pour la capture de Zeng Kaigui et la police affirme qu’elle a reçu plus de 300 appels offrant des informations sur la localisation de Zeng.
Un message comportant la photo du tueur a également été envoyé à tous les résidents de Nanjing possédant un téléphone portable.

Les autorités ont également demandé aux habitants d’être particulièrement prudents lors de la fête du Nouvel An Chinois, une période durant laquelle de nombreuses personnes portent sur elles de grosses sommes d’argent en liquide pour acheter des cadeaux.

La première fois que les parents de Zeng Kaigui ont entendu parler de leur fils Durant les 20 dernières années, c’est lorsqu’ils ont vu un avis de recherché dans leur village en janvier 2011. Son père a expliqué que Zeng avait passé ses 20 premières années « à couper l’herbe et nourrir les vaches » dans son village natal près de Neijiang, dans la province du Sichuan.

Les voisins de Zeng se souviennent quant à eux de ses prouesses en arts-martiaux : il frappait dans des sacs de sable et des souches d’arbres, et brisait des tubes de bambous avec ses mains.

Zeng Kaigui a rejoint l’armée en 1989 et ses anciens camarades affirment qu’il faisait très souvent des pompes. Il était tellement fort qu’il pouvait se battre avec 2 à 3 hommes à la fois. Il faisait preuve de retenue mais avait le sang chaud.

Le père de Zeng a suggéré qu’il a pu braquer des banques pour se venger car ils n’ont pas pu lui donner assez d’argent pour qu’il épouse sa petite amie. Il a fréquentée durant plus d’un an une jeune femme d’une famille aisée en 1989, mais les parents de la demoiselle ont refusé qu’ils se marient car la famille de Zeng était trop pauvre.
Les anciens collègues de Zeng Kaigui ont expliqué qu’il avait juré qu’il ne reviendrait pas chez lui sans avoir amassé beaucoup d’argent, lorsqu’il a quitté la province du Yunnan en 1992.

error: Content is protected !!
WpCoderX