Un portrait d’un « témoin important » publié en Virginie Occidentale

La police de Virginie Occidentale a publié un portrait-robot d’un « témoin important » dans l’affaire du tireur embusqué qui terrorise la région de Charleston.

Depuis le 10 août, trois personnes ont été tuées après avoir été atteintes par des coups de feu à la tête ou au cou.

Des tests balistiques ont révélé qu’elles avaient été tuées avec la même arme, un fusil de calibre 22.

Les autorités recherchent également une camionnette Ford F150 de couleur foncée qui a été aperçue sur les lieux d’au moins deux de ces crimes.

La police refuse encore de confirmer qu’il s’agit d’un tireur fou, puisque deux des meurtres pourraient être reliés au milieu des stupéfiants.

Les résidents de la Virginie Occidentale terrorisés par un « sniper en série » qui a assassiné au moins trois personnes expliquent que les informations confuses offertes par les enquêteurs ajoutent à leur peur.
La semaine dernière, le Shérif avait d’abord expliqué que les trois meurtres autour de Charleston étaient probablement lié au trafic de drogue, et la population s’était rassurée.

Toutefois, tout calme a disparu ce week-end lorsque le chef de la police de Charleston, Jerry Pauley, a annoncé qu’il n’existait aucune preuve qu’il existe un lien avec la drogue. Par contre, les tests balistiques indiquent que la même arme a été utilisée pour assassiner les trois victimes du sniper.
La police enquête également sur un double meurtre irrésolu ayant eu lieu près de Charleston en mars dernier.

Il semble malheureusement que les autorités locales soient aussi confuses que l’ont été celles de Washington en octobre 2002.
Le maire de Charleston, Danny Jones, s’est joint à une vague de critiques contre le Shérif du comté de Kanawha, Dave Tucker, pour avoir suggéré l’existence d’un lien avec la drogue : « 75 à 100 personnes travaillent tous les jours sur cette enquête, mais dans son briefing quotidien, le shérif ne parle que pour lui-même, pas pour eux« .
Le Shérif Tucker a répondu en accusant Jones d’essayer de politiser l’enquête…