roberto succo

Roberto Succo

Crimes et châtiment

Une semaine ou deux après son évasion, Succo conduisait déjà une voiture volée et s’était familiarisé avec la Drôme. Il vivota jusqu’au mois de décembre 1986, puis s’installa à Toulon, rue Nicolas Laugier.
Durant un an, il mena une vie assez tranquille, vivant d’expédients, volant parfois, magouillant un peu…

Le vendredi 3 avril 1987 vers 6h, à Tresserve, près du lac du Bourget (Savoie), André Castillo, 38 ans, policier à Chambéry, marié et père de deux filles, fut assassiné à 50m de chez lui. Son voisin le trouva allongé derrière sa voiture, sur la place de la mairie, tué d’une balle de 22 long rifle à la gorge. Le moteur de la voiture tournait encore et les phares étaient allumés. La voiture avait été fouillée et l’assassin d’André Castillo lui avait volé son arme de service, un revolver Manurhin.
L’enquête de la gendarmerie ne mena malheureusement à rien. On suspecta des braconniers, des chasseurs, des contrevenants, des voisins… En vain.

article journal assassinat castillo

Le lendemain eut lieu une série de cambriolages à 50km plus au sud, en Haute-Savoie, à Veyrier-du-Lac, à 6km d’Annecy. La première villa fut cambriolée vers 20h30, la cinquième et dernière vers 23h.
La même nuit, vers 4h15, sur la rocade d’Aix-en-Provence, une Renault 20 provoqua un carambolage. Son chauffeur sortit du véhicule et enjamba la glissière de sécurité, un sac à la main. Un jeune menuisier voulut lui pour lui porter secours, car l’homme boitait. Mais l’inconnu sortit une arme et le menaça. Il le fit sortir de sa R5 puis prit le volant et partit en direction de Nice.
Interrogé par la police, le jeune menuisier décrivit son agresseur comme un jeune homme de 20-25 ans avec un accent espagnol.
Les policiers découvrirent que la Renault 20 du chauffard était immatriculée en Savoie, mais que les plaques étaient celles d’une fourgonnette détruite près d’Annecy. La R20 avait été volée à Manosque le 19 septembre 1986. Le voleur avait laissé, à la place, une R18, volée quant à elle 15 jours plus tôt à Aix-les-Bains.
Dans le coffre de la R20, les policiers trouvèrent des fusils et des munitions, des objets dérobés dans les villas de Veyrier-du-Lac, un équipement de cambrioleur et d’autres objets hétéroclites : montre, télécommande, journal, pendentif, porte-monnaie, adhésif…

photo permit roberto succoPlus tard, Karim, un petit voyou de Grenoble, admit avoir volé dans une R20 garée près de chez lui des chèques et des papiers, qui appartenaient au propriétaire de la R18 volée à Aix-les-Bains.
La carte d’identité du propriétaire de la R18 avait été falsifiée : sa photo avait été remplacée par celle d’un jeune homme inconnu aux yeux clairs.
Son visage ne figurait dans aucun fichier des vols à main armée.

Le 27 avril 1987, France Vu-Dinh, une ancienne professeur d’anglais de 30 ans, devait suivre une leçon de piano à 11h puis rejoindre son compagnon, Bernard, afin de déjeuner dans un restaurant d’Annecy vers midi. Bernard l’attendit mais France ne vint pas. Elle n’était pas non plus chez eux. À l’intérieur, rien d’anormal, mais France n’était pas venue à son cours de piano. Sa voiture, une Austin Metro grise, avait disparu.
Bernard commença à s’inquiéter et alerta la gendarmerie. Il allait par la suite se souvenir qu’un jeune homme vêtu d’un treillis s’était présenté à la porte de leur chalet quelques jours plus tôt pour leur demander un verre d’eau.

Vers 22h, Jean-Marie Ribère, chauffeur de taxi à Gap (dans les Hautes-Alpes) rentrait chez lui. Il était tard et, sentant la somnolence l’envahir, il décida de s’arrêter sur une air de repos de la nationale 75. Dix minutes plus tard, il se réveilla lorsqu’une voiture approcha de la sienne. Le jeune homme qui en descendit lui demanda de l’huile avec un accent italien. Il sortit ensuite un revolver et ordonna à Jean-Marie Ribère d’ouvrir son coffre. Abasourdi, le chauffeur obéit et son agresseur lui intima de monter dans le coffre. Il entrevit une femme aux longs cheveux bruns dans la voiture du jeune homme. Elle semblait terrifiée. Il resta 10mn enfermé dans le coffre, jusqu’à ce que le jeune homme l’ouvre en jurant et lui demande ses clés. Il le fit sortir en le tirant par le col et lui ordonna de lui montrer comment faire fonctionner sa Mercedes. Ribère se mit doucement au volant et lui expliqua, le revolver dans le cou.
A ce moment-là, deux voitures passèrent sur la route et la femme qui était dans la voiture de l’agresseur fit des appels de phares. Le jeune homme s’écarta et lui cria d’arrêter. Jean-Marie Ribère en profita pour démarrer en trombe et accélérer. Le jeune homme tira vers lui, mais le chauffeur de taxi se baissa sur le côté et fonça jusqu’à la gendarmerie de Lus-la-Croix.
Les gendarmes pensèrent que la femme que  Jean-Marie Ribère avait aperçu dans la voiture de son agresseur pouvait être France Vu-Dinh. Selon le chauffeur de taxi, la voiture de son agresseur était immatriculée dans le 74 et pouvait bien être une Austin Metro. On dressa immédiatement des barrages dans l’Isère, la Drôme et les Hautes-Alpes.

Le même jour, vers 21h, le Docteur Michel Astoul, 26 ans, s’était rendu à l’hôpital de Sisteron pour y chercher un document important. Il était repartir à 23h35, mais n’arriva jamais chez lui. Sa compagne appela l’hôpital, puis alerta les gendarmes. Le jeune médecin avait disparu.

itinéraire de roberto succoL’Austin Metro de France Vu-Dinh fut retrouvée vers 00h45, à mi-chemin entre Sisteron et Château-Arnoux, à l’entrée d’un chemin qui débouchait sur la nationale 85. Le moteur était encore tiède et il manquait la clé de contact. On ne trouva aucune empreinte.

Le mardi 28 avril, la Brigade de Recherche d’Annecy commença son enquête dans le cadre de la disparition de France Vu-Dinh. La brigade de Digne fit de même pour Michel Astoul.
Les deux disparitions semblaient liées. Le Dr Astoul était sûrement passé par la nationale 85 pour rentrer chez lui.

Le kidnappeur de France Vu-Dinh avait dû l’enlever vers 10h30 et avait conduit jusqu’à Lus-le-Croix-Haute, où il était arrivé vers 22h30, douze heures plus tard. Sur l’air de repos de Malemort, il avait essayé de voler la Mercedes de Jean-Marie Ribère mais avait échoué. Il avait ensuite continué vers le sud. Le Dr Astoul avait quitté l’hôpital vers 23h35 et la voiture de France Vu-Dinh avait été retrouvée 6km plus loin. Le malfaiteur avait sans doute changé de voiture et s’était emparé de l’Opel du médecin.
Mais qu’avait-il fait de France Vu-Dinh ? Et de Michel Astoul ?

Le vendredi 1er mai, on retrouva la voiture de Michel Astoul sur le parking d’un restaurant, à Sévrier, à 5km au sud d’Annecy.
Pourquoi son agresseur était-il revenu jusqu’à Sévrier ?
Dans la voiture du jeune médecin, les enquêteurs trouvèrent une petite sacoche qui contenait des médicaments. Michel Astoul prenait justement des antalgiques et des antidépresseurs : ils avaient disparu, tout comme son permis de conduire et sa carte de crédit.
Il n’y avait aucune empreinte utile. Son kidnappeur portait sans doute des gants.

On apprit qu’un pompiste avait vu la voiture du Dr Astoul à Saint-Jeoire-Prieuré, au sud de Chambéry, dans la nuit du 27 au 28 avril, entre 3h et 5h du matin. Le conducteur était descendu seul, mais le pompiste jurait qu’il avait vu une autre personne dans la voiture.
Le malfaiteur avait donc bien rebroussé chemin. Mais il avait mis un temps considérable pour aller de l’air de repos de la nationale 75 jusqu’à Saint-Jeoire-Prieuré. Pourquoi ?

Le vendredi 22 mai 1987, à Crolles, à 17km de Grenoble, vers 1h30 du matin, Cécile, une étudiante de 22 ans, quitta son ami Charles et ses deux enfants : elle devait repartir chez sa sœur. Elle descendit sans bruit mais un homme surgit brusquement et lui ordonna de se taire. Il lui colla son arme dans le cou et la poussa dehors. Il monta dans sa voiture et lui indiqua de prendre la route pour Chambéry. Il était très excité et très tendu.
Il fouilla son sac et ses papiers mais Cécile garda son calme. Au bout d’une vingtaine de kilomètres, il la fit s’arrêter dans une clairière et lui demanda de se déshabiller. Sans perdre son sang-froid, Cécile lui parla doucement et longuement, et parvint à lui faire oublier ses intentions. Elle lui parla de ses études de médecine et il s’écria “Ah oui ! Hypophyse, hypothalamus !”. Selon lui, dans un hôpital, on lui avait donné de la strychnine pour le faire parler… Il expliqua qu’il l’avait observée, elle et son ami, toute la soirée, et qu’il leur avait volé 1 200 francs. Il parla un peu en anglais et dit s’appeler ‘Pol’.
Finalement, calmé, radouci, il la laissa se rhabiller et lui demanda de le ramener à Crolles. Il descendit tranquillement, mais ajouta avant de partir “Si tu parles, je te tue”.

Le vendredi 5 juin 1987, le même jeune homme pénétra dans un petit pavillon, toujours à Crolles. Danielle et Georges étaient endormis mais Danielle fut réveillée par le faisceau d’une lampe torche. Elle pensa que l’ami de sa fille avait oublié quelque chose et lui ouvrit la porte-fenêtre. Mais le jeune homme, le bas du visage dissimulé par un chemisier qu’elle avait mis à sécher, la menaça de son arme. Danielle referma prestement la porte-fenêtre. L’inconnu tenta malgré tout d’entrer. Georges crut que le jeune homme n’avait qu’un pistolet d’alarme et se jeta sur lui. L’inconnu lui tira dans la cuisse gauche et dans le thorax, puis s’enfuit. Heureusement, Georges survécut à ses blessures.
L’agression était toutefois étrange et les gendarmes pensèrent d’abord que le couple s’était disputé, qu’il s’agissait d’un drame passionnel. Ils examinèrent la vie privée du couple. Ils découvrirent que Georges avait eu une liaison… et le couple finit par se séparer.

Charles, le compagnon de Cécile, agressée le 22 mai, porta plainte à la gendarmerie et Cécile fut aussitôt convoquée. Comme Danielle et Georges, elle décrivit un jeune homme à l’accent étranger indéfinissable et aux yeux très clairs.
Il ressemblait à la description de l’agresseur du chauffeur de taxi, Jean-Marie Ribère.

Le Mont Revard depuis Aix les Bains Succo

Le Mont Revard depuis Aix les Bains

Le samedi 27 juin, vers 21h, dans un petit village situé à 5km d’Aix-les-Bains, Bénédicte Veillet, 18 ans, marchait avec son frère Damien, 15 ans, qui roulait à mobylette. Pendant ce temps, un inconnu pénétra chez leur mère, Nicole, et la menaça de son arme. Damien arriva peu après et le jeune inconnu le força à monter dans l’Austin Mini de sa mère, qui se mit au volant. Bénédicte les aperçut et courut chez les voisins pour prévenir les gendarmes. L’agresseur colla son revolver sur la tête de Nicole. Ils parvinrent 17km plus loin, sur le Mont Revard, et roulèrent sur un petit chemin. Il les fit alors descendre et leur ordonna de se déshabiller en les menaçant de les tuer. Il ramassa les vêtements de Nicole mais ordonna à Damien de porter les siens jusqu’à la voiture. Il se mit ensuite au volant et disparut, laissant ses deux victimes nues comme des vers.
Nicole et Damien parvinrent heureusement à arrêter une voiture sur la départementale proche. Les gendarmes, prévenus par Bénédicte, croisèrent l’inconnu dans l’Austin qui descendait vers Aix. Ils la prirent en chassent et tirèrent dans les pneus. Mais l’Austin continua tout droit au lieu de tourner et, le temps que les gendarmes s’arrêtent et fassent demi-tour, ils trouvèrent l’Austin vide. On y releva aucune empreinte.

Les gendarmes d’Aix-les-Bains décidèrent de procéder à une battue et, s’ils ne retrouvèrent par l’agresseur, ils remarquèrent une R21 bleue abandonnée dans un chemin de terre, à 4km au nord de Champ-Parroud. Le certificat d’assurance était celui d’une Fiat Panda. La R21 avait été volée début juin près de chez France Vu-Dinh. Les plaques avaient été volées à Saint-Auban, près de chez Michel Astoul.
Là non plus, aucune empreinte, mais la voiture était remplies d’objets divers, vêtements, cassette audio, outils, transistor, monnaie étrangère, lunettes de soleil, parapluie, prospectus… Les gendarmes découvrirent une carabine à lunette 22 long rifle et des munitions dans le coffre. Ils trouvèrent également une carte d’identité et une carte grise appartenant à un homme d’Annecy-le-Vieux, volés la veille de l’agression de Nicole et Damien.

error: Content is protected !!