Anisio-Ferreira-de-Souza

Les membres d’une secte Brésilienne condamnés pour des meurtres rituels

Une cours de Justice Brésilienne a condamné un docteur à 77 ans d’emprisonnement pour sa participation aux mutilations rituelles et aux meurtres de plusieurs jeunes garçons dans une petite ville isolée proche de l’Amazone, il y a plus de dix ans.

Anisio Ferreira de Souza a été condamné à 57 ans de prison pour les meurtres de trois garçons et à 20 ans de plus pour les tentatives de meurtres de deux autres garçons, qui sont parvenus à échapper à leurs ravisseurs après avoir été castrés. Ces deux garçons ont été des témoins capitaux lors du procès.

Un autre médecin impliqué dans les meurtres, Sergio Brandao, recevra sa sentence dans un avenir proche. Les mutilations ont été effectuées par ces médecins, qui anesthésiaient les garçons afin d’éviter que l’on entende leurs cris.

Treize ans après le premier meurtre, le procès a été suivi de près par la population, qui le considérait comme une sorte de test de la capacité des autorités à apporter la justice dans des endroits isolés du Brésil, où la loi est souvent entre les mains des élites locales.

L’un des procureurs, Clodomir Araujo, a même affirmé que ce procès était “la preuve que l’impunité des années passées est terminée. Les choses sont en train de changer au Brésil”.

Auparavant, deux autres hommes ont été condamnés à 92 ans de prison pour d’autres meurtres et des mutilations.

Le dernier accusé, la chef de la secte, Valentina Andrade, 75 ans, sera jugé le 22 septembre. Elle avait tenté de fuit le Brésil mais avait été arrêtée alors qu’elle voulait prendre l’avion vers l’Argentine.
Selon les procureurs, elle est le chef d’une secte connue sous le nom de “Superior Universal Alignment”, fondée en Argentine et qui possède des membres au Paraguay et en Hollande.

Andrade est une sorte de voyante à qui les gens faisaient confiance et qui vivait avec les autres membres de la secte dans la petite ville d’Altamira. De nombreuses personnes, peu éduquées, se fiaient à elle et croyaient ses prédications.
Il semble pourtant que le groupe qu’elle dirigeait était bien une secte, à tendance satanique, qui assassinait des jeunes garçons afin d’utiliser leurs organes sexuels dans des rites vaudous.

Un groupe représentant les victimes a expliqué qu’Andrade pense qu’elle a été contactée par un médium qui lui a dit que tous les garçons nés après 1981 était possédés par le Diable.
Il semble que le nombre de victimes soit bien plus élevé que ce que les procureurs affirment. Selon les familles des victimes, celles-ci seraient 19 au total. Les garçons avaient entre 8 et 13 ans et ont été torturés et/ou tués entre 1989 et 1993 dans la petite ville d’Altamira. Certains ont été énucléés, castrés ou ont eut les poignés coupés.

error: Content is protected !!