Steven Wright nie avoir tué Suzy Lamplugh

Le tueur en série britannique Steven Wright, surnommé “l’étrangleur du Suffolk”, a nié avoir assassinée l’agent immobilier Suzy Lamplugh et a affirmé à son frère qu’il allait se suicider “dès que j’en aurais l’opportunité”.

Steve Wright a travaillé avec Suzy Lamplugh sur un navire de croisière au début des années 1980. La jeune agent immobilier a disparu à Londres en juillet 1986 et a été déclaré morte en 1994, mais son corps n’a jamais été retrouvé.

Dans une interview, le frère de Steve Wright a expliqué que son frère voulait mettre fin à ses jours et être incinéré. « Steve est exténué, physiquement et mentalement » et n’a presque rien mangé durant les deux dernières semaines. « Il n’admet absolument rien. Je lui ai demandé pour Suzy Lamplugh et il m’a dit qu’il ne l’avait pas tué et qu’il n’avait pas non plus tué les autres femmes ».
« Mais je l’imagine bien assis à côté d’une de ces filles dans sa voiture, et se mettre en colère si la fille a été un peu agressive avec lui » (sic)

La semaine dernière, Steve Wright, 49 ans, a été condamné à l’emprisonnement à perpétuité pour les meurtres de Gemma Adams, 25 ans, Tania Nicol, 19 ans, Anneli Alderton, 24 ans, Paula Clennell, 24 ans, et Annette Nicholls, 29 ans.
Elles ont toutes été assassinées entre le 30 octobre et le 10 décembre 2006.

les victimes de Steven Wright

Les victimes de Steven Wright

Les corps des cinq victimes, qui travaillaient toutes comme prostituées dans le « quartier chaud » d’Ipswich, avaient été découverts dans des endroits isolés autour de la ville, entre le 2 et le 12 décembre 2006.

La compagne de Steve Wright a expliqué durant son procès comment il avait vécu une vie de « bonheur domestique » durant la période où il a commis ses meurtres.
Pamela Wright a raconté qu’il rentrait chez eux après son travail, mangeait tranquillement son diner devant la télévision, puis la conduisait à son travail de nuit dans un centre d’appel. Elle ne savait pas qu’ensuite, il rôdait dans les rue d’Ipswich à la recherche de prostituées, avec lesquelles il avait des rapports sexuels et que, parfois, il assassinait.
«  Mais il n’a jamais montré le moindre signe de stress, il ne semblait pas sous pression. Il était toujours totalement détendu et calme ».
Pamela a rencontré Steve Wright alors qu’ils travaillaient ensemble dans le Suffolk en 2000. Elle a expliqué qu’il était charmant, intelligent et qu’elle s’était senti « comme une adolescente ». Ils s’étaient installés ensemble dans une maison du « quartier chaud » d’Ipswich en octobre 2006.
Mme Wright a affirmé qu’elle a eu quelques soupçons quelques semaines après le déménagement, quand une prostituée a souri à Steve Wright « d’une façon étrange». Elle a immédiatement pensé que la jeune femme le connaissait mais Steve Wright avait nié et Pamela avait décidé de ne plus y penser.
Le 19 décembre, elle s’était affolé lorsqu’elle l’avait appelé, tôt le matin, pour qu’il se lève afin d’aller travailler et qu’il n’avait pas répondu. Elle avait craint une crise cardiaque.
Deux policiers étaient ensuite venus la chercher au centre d’appel et lui avaient annoncé que son compagnon avait été arrêté pour les meurtres de cinq prostituées.
« Je suis tombée des nues… Mais je comprends parfaitement que les familles des victimes veuillent que Wright soit pendus pour leurs meurtres. Si qui que ce soit faisait du mal à mon fils, je ressentirais la même chose ».

Steve Wright avait déjà été marié deux fois auparavant. La première fois, à 19 ans, avec une une adolescente de 17 ans, Angela, avec laquelle il a eu un fils. Ils ont divorcé 4 ans plus tard.
Il s’est remarié en 1987 avec Diana, une femme qu’il a battue, violée et torturée mentalement, jusqu’à leur divorce en juillet 1988.

error: Content is protected !!