delhi inde

La police de Delhi craint un tueur en série

Trois équipes d’enquêteurs comparent leurs dossiers afin de répondre à la question qui hante la police de Delhi, en Inde : un nouveau tueur en série frappe-t-il dans la capitale ?

Trois corps mutilés ont été découvert dans un rayon de 10km au sud de la ville, durant les 10 derniers jours. Le mode opératoire semble similaire : les corps sont mutilés, découpés et les morceaux sont jetés dans des égouts ou des rues désertes.

La police pense que les victimes ont été assassinées ailleurs qu’aux endroits où les corps ont été retrouvés. Les cadavres étaient nus ou vêtus seulement de sous-vêtements.

Cependant, les hauts responsables de la police hésitent à attribuer les meurtres à un seul et même tueur, ou même à suggérer qu’ils puissent être liés, car ils n’ont pour le moment aucune preuve pour appuyer cette théorie. Ils n’ont pas non plus été en mesure d’identifier les victimes.

« Ce pourrait n’être qu’une simple coïncidence que les trois corps aient été découpés. Nos équipes travaillent sur la résolution de cette affaire, ça ne saurait tarder« , a déclaré le commissaire de police Dependra Pathak.

Le premier meurtre a été découvert le 25 novembre dernier : le cadavre décapité d’une femme nue d’environ 30 ans a été retrouvé, emballé dans du plastique, dans les égouts du sous-sol d’un immeuble situé dans le quartier de Munirka, non loin de l’université Jawaharlal Nehru. Le corps était décomposé et sa tête n’a pas encore été retrouvée. La trentaine de chambres de l’immeuble est louée par des étudiants et de jeunes travailleurs. Personne n’avait rien remarqué auparavant et les locataires n’ont prévenu le propriétaire que lorsqu’une odeur nauséabonde provenant du sous-sol a commencé à les incommoder.

Une semaine plus tard, le 2 décembre, le corps d’un homme dont le nez et les jambes avaient été coupés a été découvert sous un arbre dans le Mangal Bazar (un marché) du quartier Sangam Vihar. Le corps était enroulé dans une couverture et avait été déposé près d’un commerce.

Enfin, le lendemain, le corps d’une femme dans le tronc était manquant a été repêchée dans un drain situé près du bureau du Delhi Jal Board (distribution d’eau) dans le quartier d’Amar Colony. Le cadavre était emballé dans du plastique.

Selon un officier de police, « Le dimanche soir, la police a trouvé un torse humain dans un égout situé à 50 mètres de la scène du crime. Comme il avait été partiellement mangé par les chiens des rues, il ne nous a pas été possible de vérifier si ce tronc appartenait à un homme ou une femme. Mais nous pensons que le torse appartient à la victime. Nous demanderons aux médecins de procéder à des tests d’ADN pour confirmer cela. Cette partie du corps était dans un état de décomposition avancée ».

La police pense que les trois victimes étaient originaires d’endroits situés à l’extérieur de Delhi parce que les enquêteurs n’ont pas pu les identifier dans les rapports de personnes disparues déposés à Delhi au cours du dernier mois.

error: Content is protected !!
WpCoderX