Des meurtres non résolus au Texas sont réexaminés

Rhonda Renee Johnson et sa meilleure amie Sharon Shaw, 14 ans toutes les deux, ont disparu à Galveston (Texas) en 1971 et l’on suspecte à présent qu’elles ont été assassinées par un tueur en série.

Quelques mois plus tard, deux autres jeunes surfeuses âgées d’à peine 15 ans disparaissaient à leur tour après avoir fait du stop à Galveston, près de Stewart Beach.

Toutes quatre ont été tuées. Leurs squelettes ont été retrouvés dans les bayous alentours.

« Tellement de filles disparaissaient », explique l’ex-lieutenant du shérif du comté de Brazoria, Matt Wingo, qui, en 1981, avait compté une série de 21 filles assassinées depuis 1971. La plupart avait été abattues par balle, et leurs corps en décomposition ou leurs squelettes avaient été retrouvés dans des marécages ou des champs isolés.
Pendant des années, se souvient Matt Wingo, « cette zone était un lieu de dépôt ».

Un homme a été emprisonné pour les meurtres de Rhonda Johnson et Sharon Shaw.
Mais 40 ans plus tard, des enquêteurs se demandent non seulement si un innocent a été envoyé en prison mais également si le (ou les tueurs) responsable d’une série de meurtres dans les comptés de Brazoria, d’Harris et de Galveston n’aurait jamais payé pour ses crimes.

Le crâne de Rhonda Johnson a été découvert dans le Clear Lake en 1972, pas très loin de l’endroit où le corps de Sharon Shaw a été retrouvé, encore vêtu et portant sa croix de surfeuse.

Mais le corps de Rhonda n’a jamais été retrouvé.

Aujourd’hui, les enquêteurs de la police scientifique tentent de déterminer si le corps sans tête d’un adolescent découvert il y a 40 ans à 500m du corps de Rhonda Johnson dans le même bayou pourrait être le sien. Suivant la théorie de l’inspecteur Alfred Paige, de Galveston, les enquêteurs soupçonnent que le corps a été mal étiqueté, en tant que garçon, et soit donc resté non identifié durant toutes ces années.

Des prélèvements d’ADN effectués sur le jeune frère de Rhonda et l’éventuelle exhumation du corps non identifié pourraient résoudre cette partie du mystère.

Mais relier les anciennes affaires au corps sans tête pourrait également redonner vie aux théories de la police selon lesquelles les meurtres sont reliés entre eux.

Matt Wingo a expliqué qu’il n’a jamais su si un seul ou plusieurs tueurs étaient responsables de tous ces meurtres. A présent retraité, il s’en veut de ne pas avoir rassemblé assez de preuves pour procéder à une arrestation, alors qu’il avait identifié plusieurs suspects prometteurs, dont le fils d’un shérif de Hondo, un routard de Floride et un assassin emprisonné pour un autre crime.

Il ne reste pas grand-chose de l’enclave « surf-and-ski » à la mode qui s’étendait au nord de la 61st Street à Galveston et où Rhonda Johnson et Sharon Shaw ont disparu. Elles vivaient à Webster (à 1/2h de Galveston), une petite ville de 1500 habitants, et ont été parmi les premières à disparaître.

Sharon et Rhonda

Sharon et Rhonda

Glenda Willis, 56 ans, étaient amie avec les deux adolescentes. Elles s’étaient toutes trois rendues à l’école de ski nautique Wix le 4 août 1971, mais le vent avait rendu le bayou trop dangereux. Glenda avait revu les filles sur la plage. Elle leur avait proposé de les ramener dans sa Cougar orange, mais elles lui avaient expliqué ne pas vouloir rentrer chez elles tout de suite.
« J’étais celle qui avait une carte de crédit et une voiture de course et qui promenait tout le monde », se souvient Glenda.
Mais ses deux amies étaient reparties vers l’école Wix et les rivages du Offatts Bayou, où des fêtes étaient souvent organisées. C’est la dernière fois que Glenda les avait vues.

La zone « surf and ski » où les deux amies se rendaient a depuis longtemps été ravagée par l’aménagement urbain et les ouragans. Fini le « Jericho surf shop », l’école de ski nautique Wix et les petites locations à bas prix qui attiraient la foule perpétuellement en fête des surfeurs, des baigneuses et des skieurs.
En 1971, Rhonda et Sharon traînaient là, faisant du stop pour rentrer chez elles sur l’autoroute côtière qui reliait alors la plage à Webster.

Lorsqu’elles ne sont pas rentrées, leurs parents ont déclaré leur disparition. Glenda Willis et d’autres amis ont pensé qu’elles avaient fugué pour partir en Californie. « C’était des garçons manqués et elles n’avaient peur de rien ».
En septembre 1971, seulement un mois après la disparition des deux adolescentes, le corps sans tête a été découvert flottant dans le Taylor Bayou, vêtu d’un t-shirt du « Jericho surf shop ». Les enquêteurs ont alors pensé durant une année que c’était celui d’un adolescent de Pasadena disparu… jusqu’à ce qu’il revienne chez ses parents. Il avait fugué et s’était engagé dans l’armée sous un faux nom.
Il a été estimé que « l’inconnu » avait été assassiné en août, le mois où Rhonda et Sharon avaient disparu.

Les familles des deux adolescentes ont expliqué qu’elles n’avaient pas été informées de l’existence de ce corps et qu’elles ne l’avaient pas vu. Glenda Willis affirme qu’elle aurait sans doute reconnu le t-shirt violet de Rhonda.

Un examen des rapports d’autopsie de 1971 et 1972 montre qu’un assistant du médecin légiste du comté de Harris n’avait apparemment jamais considéré que le corps puisse être celui d’une jeune fille, et encore moins celui de Rhonda Johnson. Plus tard, il a expliqué que la décomposition était tellement avancée qu’il ne pouvait exclure la possibilité que le corps soit celui d’une fille.

En novembre 1971, Maria Johnson et Debbie Ackerman, originaires de Galveston et clientes régulières de l’école Wix, ont disparu à leur tour. Leurs corps ont été retrouvés dans un bayou de Texas City. Elles avaient été violées et abattues.

Matt Wingo et d’autres enquêteurs se sont demandé si le tueur qu’ils recherchaient ne visait pas délibérément des filles « en paire ».

En janvier 1972, des jeunes gens se promenant dans les eaux peu profondes d’un bayou au nord de Taylor Lake remarquèrent ce qui ressemblait à un ballon de volley. L’un d’eux tendit la main… et découvrit un crâne.
Un mois plus tard, un promeneur trouva d’autres ossements dans la même zone marécageuse. En février 1972, des dentistes et des experts scientifiques avaient identifié le squelette de Sharon et le crâne de Rhonda grâce aux rayons-X.
Rhonda, qui préféré être appelé par son second prénom, Renee, était bien connue à Webster. Son grand-père était un conseiller municipal qui devint maire par la suite.

En juin 1972, la police de Webster annonça qu’elle avait résolu l’affaire, accusant des deux meurtres Michael Lloyd Self, un mécanicien de Clear Lake qui avait subi des lésions cérébrales.
Mais, dès le départ, l’enquête était entachée d’irrégularités. Deux enquêteurs de la police de Webster furent par la suite condamnés pour braquage de banque. Des collègues témoignèrent que l’un d’eux avait obtenu les aveux de Michael Self par l’utilisation de la roulette russe et de menaces.

Certains des membres de la famille de Rhonda sont convaincus de la culpabilité de Michael Self.
D’autres ne le sont pas.

« Nous craignons que le système ait condamné la mauvaise personne » explique Clinard Hanby, un avocat qui a travaillé sur les appels de Self et a persuadé un juge fédéral de le libérer. Mais sa libération avait été annulée par la cour d’appel et Self est mort en prison en 2000.
Même l’ancien procureur du comté de Harris, Douglas O’Brien, qui a travaillé sur cette affaire, est convaincu qu’un innocent a été emprisonné et que le véritable tueur n’a pas encore été puni.

C’est après le décès de Michael Self que l’officier Page, de la police de Galveston, a recommencé l’enquête sur les disparitions de 1971. Paige pense qu’un tueur en série a assassiné les 4 adolescentes en 1971… et a continué de tuer par la suite.

error: Content is protected !!