Le tueur des Bowraville Murders bientôt arrêté ?

Depuis 1990, en Australie, l’affaire non résolue des « Meurtres de Bowraville » tourmente les familles des trois victimes, qui ont toutes disparus sur le même tronçon de route d’une « mission » aborigène, au cours d’une période de 6 mois.

Colleen Walker, 16 ans, Evelyn Greenup, 4 ans, et Clinton Speedy Duroux, 16 ans, tous aborigènes, ont été assassinés entre septembre 1990 et février 1991, dans le New South Wales, à 500km au nord de Sydney.

Il n’y a toujours eu qu’un seul suspect, un ouvrier local « non autochtone » nommé Jay Hart, 25 ans à l’époque. Mais l’enquête contre Hart a été faussée dès le début, notamment à cause d’une méfiance mutuelle entre la police et la communauté aborigène, du racisme et des préjugés.

A l’époque, les familles n’ont pas été prises au sérieux, les meurtres n’ont pas été reliés entre eux, et la police semblait réticente à relever des preuves ou enregistrer des déclarations.

Des journalistes australiens ayant enquêté sur ces disparitions, les membres du comité de soutien aux familles des victimes et plusieurs enquêteurs de la police ont ouvertement reconnu que « si cela s’était passé dans toute autre partie d’Australie avec trois enfants blancs, il y aurait eu beaucoup plus de publicité concernant leurs disparitions et une grande enquête aurait été lancée. Mais ces enfants ont été oubliés parce qu’ils étaient Aborigènes. »

bowraville Jay Hart

Jay Hart en 2015

Hart a été inculpé de deux des meurtres, ceux de Clinton Speedy Duroux et Evelyn Greenup, mais a été acquitté, entre autre parce que la police avait détérioré ou dissimulé des preuves vitales. En 1994, il a été innocenté du meurtre de Clinton, qui a disparu le 1er février 1991 après avoir été invité par Jay Hart à passer la nuit dans sa caravane. Le corps de Clinton Speedy Duroux a été découvert deux semaines plus tard dans le bush, à 7km de Bowraville.

En 2006, Jay Hart a été acquitté du meurtre d’Evelyn, qui a disparu le 4 octobre 1990 après une fête dans la maison de sa grand-mère, à laquelle participait Jay Hart.

Hart n’a jamais été inculpé du meurtre de Colleen, qui a disparu le 13 septembre 1990, après avoir participé à une fête. Des témoins ont affirmé que Jay Hart l’avait invitée à venir dormir dans sa caravane. Quelques temps plus tard, la police a trouvé quatre sacs lestés de pierres dans la rivière Nambucca, près de Bowraville, contenant les vêtements que Colleen portait lorsqu’elle a disparu.

Mais à présent, l’inspecteur Gary Jubelin, qui a passé 18 ans à travailler avec les familles pour découvrir la vérité sur les meurtres, pense que Jay Hart pourrait bientôt être à nouveau inculpé.
Il a l’intention de présenter de nouvelles preuves et, surtout, le témoignage de Mick Scafidi, qui n’a jamais témoigné durant le procès de Hart. Il espère ainsi que son rapport permettra d’obtenir la réouverture de l’affaire et conduira un procureur à la reprendre.

Ce témoignage a été mis en lumière par le Dr Viviane Tedeschi, membre du comité de soutien aux familles, qui a découvert en 2001 que, peu après la disparition de Clinton, deux chauffeurs de camion, dont Mick Scafidi, ont vu un homme blanc debout devant le corps d’un jeune indigène. Les deux chauffeurs ont arrêtés leur camion. Lorsqu’ils ont demandé au jeune homme blanc s’il avait besoin d’aide, il a refusé et a déclaré que des policiers étaient en chemin. La description physique de l’homme faite par les chauffeurs correspond à Jay Hart. Ils se tenaient à 200m de la caravane où Jay Hart vivait.
Dans les années 1990, la police connaissait l’existence de ces deux témoins mais n’en a pas fait part aux procureurs qui avaient inculpés Jay Hart.

Jay Hart a été retrouvé par des journalistes. Il vit à présent plus au sud, près de Newcastle, sous un nouveau nom, avec une femme et des enfants. Il a nié être impliqué dans les meurtres des 3 victimes de Bowraville.

error: Content is protected !!