Ted Bundy

Crimes et châtiment

L’après-midi du 4 janvier 1974, les amies de Joni Lenz (parfois appelée Sharon Clarke, peut-être un pseudonyme), qui ne l’avaient pas vue de toute la matinée, frappèrent à la porte de sa chambre, dans une maison qu’elle partageait avec d’autres étudiantes. Elle était allongée sur son lit, couverte de sang. L’un des barreaux du lit avait été arraché. Son agresseur l’avait violemment frappée à la tête et avait sauvagement enfoncé le barreau en elle, provoquant une hémorragie interne.
Elle fut conduite à l’hôpital et resta un moment dans le coma, souffrant de lésions cérébrales et internes qui allaient l’affecter pour le restant de ses jours. Joni Lenz fut l’une des rares victimes ayant survécu à une agression de Ted Bundy.
Elle sortit du coma au bout d’une semaine, mais fut malheureusement incapable de fournir le moindre renseignement aux enquêteurs.

Lorsque Lynda Ann Healy, une étudiante de 21 ans, ne vint ni travailler ni déjeuner le 31 janvier 1974, ses amis et sa famille s’inquiétèrent. Ses parents appelèrent immédiatement la police. Les enquêteurs fouillèrent la chambre de Lynda Ann et tirèrent les draps du lit : le matelas était imbibé de sang. Ils découvrirent également une chemise de nuit tachée de sang, accrochée dans la penderie.
Il n’y avait aucun autre indice, aucune preuve qui aurait pu aider à savoir où était la jeune femme. Mais la manière d’agir de l’agresseur inquiéta les policiers : il aurait pu la violer et/ou la tuer sur place, mais il avait sûrement assommé Lynda, lui avait enlevé sa chemise de nuit, lui avait passé d’autres vêtements, avait refait le lit, et l’avait emmenée avec lui. Il avait pris tout son temps et avait agi avec beaucoup de sang-froid.

En février, Stéphanie Brooks appela Bundy pour lui demander pourquoi il ne l’avait pas recontactée. Il ne s’excusa pas, il n’offrit aucune explication.
Dans sa colère, elle lui cria qu’elle ne voulait plus le revoir. Il répondit calmement que c’était exactement ce qu’il voulait et raccrocha. Il cessa tout contact avec elle.
Il s’était tout simplement vengé. Il l’avait rejetée comme elle l’avait rejeté. Stéphanie Brooks ne revit jamais Ted Bundy.

L'université de Puget Sound

L’école de droit de Puget Sound

Bundy continua à suivre les cours de l’école de droit de Puget Sound. Il passait beaucoup de temps dans la librairie de l’école, mais pas pour y lire des ouvrages de droit. Il s’asseyait et rêvassait, fantasmait durant des heures.
Il recommença à déprimer et à se renfermer sur lui-même. Il s’inventait des raisons compliquées qui expliqueraient l’écart entre son désir de réussir et la triste réalité, mais gardait ses sombres pensées secrètes. Il parvenait très bien à entretenir la supercherie.

Au printemps, il annonça qu’il s’était réinscrit à l’université d’Utah et expliqua qu’il irait à Salt Lake City à la rentrée 1974, au grand désespoir de Meg Anders.

Durant le printemps et l’été 1974, sept jeunes étudiantes disparurent sans explication dans les états de Washington et d’Oregon :

Donna Gail Manson, 19 ans, une excellente flûtiste quelque peu dépressive, disparut le 12 mars 1974 sur le campus d’Evergreen. Comme ses amis savaient qu’il lui arrivait de partir sans prévenir lors de ses accès de dépression, six jours passèrent avant que la police ne soit alertée.

Susan Rancourt, 18 ans, jolie blonde, étudiante en biologie, était une bûcheuse et voulait payer ses études elle-même. Elle s’était rendue à un entretien d’embauche et allait retrouver des amis au cinéma, le 17 avril 1974 lorsqu’elle disparut sur le chemin.

Robertha Kathleen Parks, 22 ans, étudiante en théologie, était déprimée. Elle venait de se séparer de son petit ami et son père avait eu une crise cardiaque. Elle disparut le 6 mai 1974, alors qu’elle allait rejoindre des amis de l’université de l’Oregon pour se changer les idées.

Brenda Ball, 22 ans, était une jeune femme “libre”. Elle aimait la musique et s’était rendue au bar de l’aéroport de Seattle, le 1er juin 1974 pour y écouter un groupe. Elle disparut après avoir discuté avec un jeune homme qui avait un bras dans un plâtre. Comme il lui arrivait de voyager sur un coup de tête, ses amis ne s’inquiétèrent que 19 jours après sa disparition.

Georgann Hawkins, 18 ans, une excellente étudiante de l’université de Washington, était sortie s’amuser avec des amies. En revenant à son dortoir, elle voulut souhaiter une bonne nuit à son petit ami. Elle disparut le 10 juin 1974, sur le chemin entre les deux résidences.

Janice Ott, jolie blonde de 23 ans, était officier de probation pour le service des mineurs du comté de King. Elle était mariée depuis 1 an et demi, mais son mari vivait en Californie. Il lui manquait et, pour se changer les idées, elle était allée se promener dans le parc du lac Sammamish le 14 juillet 1974. Elle disparut après avoir parlé à un jeune homme portant un plâtre.

Denise Naslund, 19 ans, étudiante en informatique, s’était elle aussi rendue au parc du lac Sammamish le 14 juillet 1974 pour y manger des hot-dogs avec son petit ami. Elle alla aux toilettes et ne revint jamais.

Ces jeunes femmes étaient toutes blanches, minces, portaient un pantalon au moment de leur disparition, avaient des cheveux longs séparés par une raie au milieu, et avaient toutes disparues en fin d’après-midi ou le soir.

La police interrogea des étudiant(e)s du campus de l’université de Washington qui parlèrent d’un «jeune homme étrange» qu’ils avaient vu, portant un plâtre, soit au bras, soit à la jambe. Il semblait avoir du mal à porter ses livres et demandait aux jeunes femmes de l’aider. D’autres témoins, interrogés dans le parc du lac Sammamish, parlèrent d’un «jeune homme étrange» portant lui aussi un plâtre et qui avait demandé de l’aide pour attacher sa planche à voile sur le toit de sa voiture, une Coccinelle.

Au moment des disparitions, Meg Anders vit Bundy moins souvent. Un soir, il l’invita à dîner. Ils revinrent ensuite chez elle et là, Bundy insista pour enlever son porte-ski du toit de sa Coccinelle pour le remettre sur la voiture de Meg.

Alors que Bundy menait toujours une relation de couple avec Meg, il rencontra une autre femme, Carole Boone. Elle travaillait elle aussi pour le comité central républicain de Washington, venait de divorcer, élevait seule son fils et avait une relation difficile avec un homme désagréable. C’était une femme intelligente et dynamique qui avait du caractère. Elle trouva Bundy «timide, digne et modéré». Ils sortirent ensemble, mais leur relation fut tout de suite amicale plus qu’amoureuse. Carole remarqua que la santé de Bundy se détériorait. En août, il perdit plusieurs kilos. Elle attribua cela à un excès de travail et de stress.
Elle remarqua également que Meg Anders l’appelait souvent et qu’ils se disputaient.
Bundy et Meg traversaient une autre crise dans leur couple. Elle voulait qu’il s’engage envers elle avant de partir étudier dans l’Utah, car elle craignait que leur relation ne s’arrête lorsqu’il allait rencontrer de nouvelles personnes, de nouvelles femmes.
Elle avait découvert un sac de vêtements féminins dans son appartement et son ardeur sexuelle diminuait progressivement depuis le printemps. Son comportement changeant commençait à l’effrayer.

sammamishLe 6 septembre 1974, les corps de certaines des jeunes femmes disparues furent découverts à 3km à l’est du parc d’état du lac Sammamish, dans l’état de Washington. Les corps étaient en très mauvais état mais la police parvint à en identifier deux, ceux de Janice Ott et Denise Naslund.
Les dernières personnes qui avaient vu Janice Ott, un couple qui pique-niquait non loin d’elle, se rappelèrent d’un beau jeune homme portant un plâtre qui lui avait parlé. D’après ce qu’ils avaient compris, son nom était Ted et il avait du mal à attacher sa planche à voile sur le toit de sa voiture à cause de son bras cassé. Il avait demandé à Janice de l’aider et elle avait accepté.

Quant à Denise Naslund, elle passait l’après-midi avec son fiancé et des amis. Elle est partie aux toilettes et n’est jamais revenue. Ce jour-là, un beau jeune homme portant un plâtre avait demandé de l’aide à plusieurs jeunes femmes. Denise Naslund était une fille sympathique qui aurait sûrement aidé quelqu’un en difficulté…

Le portrait-robot

Le portrait-robot

Des témoins avaient vu un beau jeune homme brun à l’endroit où quasiment toutes les jeunes femmes avaient disparu et permirent d’établir un portrait-robot de celui qui se faisait appeler “Ted”.

Ses collègues du comité républicain plaisantèrent au sujet de Bundy, le taquinant sur le fait qu’il s’appelait justement “Ted”, ressemblait au portrait-robot et possédait une Volkswagen. Cela ne le fit pas franchement rire.

 

L’UTAH, SALT LAKE CITY

Quelques jours plus tard, Bundy fit ses bagages et partit pour Salt Lake City, dans l’Utah, où il devait commencer ses études de droit.
Il trouva une chambre dans une maison d’étudiants et se fit de nouveaux amis. Deux d’entre eux étaient des missionnaires mormons, très présents dans l’Utah (qui est considéré comme “leur” état). Bundy – qui était toujours allé à la messe avec sa mère – commença à s’intéresser à la doctrine des Mormons.

Il continua pourtant à vivre une double vie. Il s’impliqua beaucoup dans l’église mormone, mais ne mentionna jamais cette implication à ses amis du quartier où il habitait.

Le 2 octobre 1974, Nancy Wilcox, une majorette de 16 ans habitant dans l’Utah, s’était disputée avec ses parents et avait décidé de fuguer. Elle disparut alors qu’elle faisait du stop. On ne retrouva jamais son corps

Le 18 octobre 1974, la fille du shérif de Midvale (Utah), Melissa Smith, 17 ans, disparut alors qu’elle faisait elle aussi du stop pour se rendre à une soirée entre amis. Son corps fut découvert 9 jours plus tard dans le parc Summit. Elle avait été violée, étranglée et si violemment battue que son père ne put reconnaître son visage.

Lorsque Lynn Banks, une amie de Meg Anders, lut des articles sur le meurtre de Melissa Smith et vit le portrait-robot du suspect des meurtres précédents, elle pensa que Bundy devait être le tueur. Non seulement elle n’appréciait pas du tout Ted Bundy et ne lui faisait pas confiance, mais il ressemblait vraiment au portrait-robot du journal.

Meg Anders reconnut que le portrait ressemblait beaucoup à Ted, mais elle refusa de croire que l’homme qu’elle aimait et avec qui elle vivait ait pu commettre des meurtres aussi horribles.
Mais elle se posait de plus en plus de questions sur lui. Elle avait découvert une hachette sous le siège passager de sa voiture. Un jour, elle avait fouillé sa chambre sans qu’il le sache et avait trouvé une petite boîte remplie de clés.
Et il avait coupé ses cheveux bouclés après la parution du portrait-robot, ce qui avait totalement changé son apparence.

Restée seule, encore hésitante, Meg contacta la police à la fin de l’automne 1974, sur le conseil de son amie Lynn. Quatre autres personnes (dont Ann Rule) avaient déjà appelé les enquêteurs pour leur parler de Bundy.
Le témoignage de Meg, comme les quatre autres, fut enregistré, classé et… oublié durant plusieurs années. La police était submergée d’appels et lorsqu’on leur parla de Bundy, un jeune homme “bien sous tout rapport”, les enquêteurs préférèrent s’occuper de suspects plus inquiétants.

Le 31 octobre, jour d’Halloween, Laura Aime, 17 ans, une grande adolescente d’1m80, disparut à son tour, dans l’Utah. Elle venait de quitter une soirée et rentrait chez elle en faisant du stop. Son corps fut retrouvé un mois plus tard, le 27 novembre, dans les montagnes Wasatch, près d’une rivière, à 125km au sud de Salt Lake City.
Elle avait été frappée à la tête avec un pied-de-biche, puis violée. Les enquêteurs pensèrent qu’elle avait été tuée ailleurs, car il y avait très peu de sang à l’endroit où elle fut trouvée. Il n’y avait malheureusement aucun autre indice.

Les similarités entre les meurtres de Washington et de l’Utah attirèrent l’attention des policiers de cet état, qui cherchaient le responsable de “leurs” trois meurtres. Les policiers des deux états se rencontrèrent pour échanger leurs informations. Ils convinrent que le même homme avait sans doute commis tous ces assassinats.

moustache

Bundy moustachu

Le vendredi 8 novembre 1974, un jeune homme moustachu s’approcha de Carol DaRonch, 18 ans, dans la librairie du centre commercial de Murray, dans l’Utah. Il lui expliqua que quelqu’un avait tenté de voler sa voiture et qu’elle devait venir avec lui afin de vérifier que rien n’avait été volé à l’intérieur. Carol pensa que l’homme devait être un agent de sécurité du centre commercial car il semblait très sûr de lui.

Lorsqu’ils arrivèrent à sa voiture, elle jeta un œil et informa le jeune homme que tout allait bien. L’homme, qui s’était présenté comme “l’officier Roseland” ne fut pourtant pas satisfait et voulu l’escorter jusqu’au commissariat. Il voulait qu’elle porte plainte et proposait de la conduire. Mais lorsque Carol DaRonch réalisa que sa voiture de service était une Volkswagen Coccinelle, elle devint méfiante et lui demanda de lui montrer sa plaque. Il présenta rapidement un badge doré puis la fit monter dans sa voiture.
Il conduisit dans la direction opposée au commissariat et, après un moment, il arrêta la voiture.
Il saisit brusquement Carol DaRonch, terrorisée, et tenta de lui mettre des menottes. Mais dans sa précipitation, il se trompa et referma les deux menottes sur le même poignet. Carol se mit à crier, à le griffer et à appeler à l’aide. Il sortit un pistolet et menaça de la tuer si elle n’arrêtait pas.

Elle saisit la poignée de la portière, qui s’ouvrit brusquement, et tomba hors de la voiture. Mais l’homme sortit lui aussi du véhicule, le contourna très rapidement et s’avança vers elle, un pied-de-biche à la main. Terrifiée, Carol DaRonch eut pourtant le réflexe de le frapper aux parties. Il se plia en deux et elle se mit à courir dans la rue.
Elle attira l’attention d’un couple en voiture qui s’arrêta devant elle. Carol sauta dans leur véhicule et leur cria qu’un homme essayait de la tuer. Le couple la conduisit immédiatement au poste de police.

En larmes, tremblante, les menottes encore accrochées à son poignet, elle expliqua aux policiers ce que “l’agent de sécurité” avait fait. Les policiers savaient qu’aucun homme portant le nom de Roseland ne travaillait là. Des patrouilles furent envoyées à l’endroit où l’homme avait failli tuer Carol, mais il était déjà parti.
Carol DaRonch fut toutefois capable de fournir une description de l’homme et de son véhicule. Quelques jours plus tard, des spécialistes parvinrent à retrouver du sang de l’agresseur sur le manteau de Carol, qui avait dû l’éclabousser lorsqu’elle l’avait griffé.
Ce sang était du groupe O positif, celui de Ted Bundy.

Le lycée de Viewmont

Le lycée de Viewmont

Le même soir, Jean Graham s’occupait d’une pièce de théâtre donnée par les élèves du lycée de Viewmont. Dans les coulisses, un beau jeune homme moustachu s’approcha d’elle pour lui demander si elle pouvait identifier un véhicule. Mais elle était trop absorbée par sa tâche et refusa. Il revint un peu plus tard et réitéra sa demande, mais elle refusa de nouveau. Il y avait quelque chose d’étrange dans ce jeune homme et, lorsqu’elle le vit de nouveau dans la salle, elle se demanda ce qu’il voulait vraiment.

Debby Kent, 17 ans, qui était venue avec ses parents, quitta l’auditorium avant la fin du spectacle pour aller chercher son frère au bowling. Elle expliqua à ses parents qu’elle retournerait les chercher, mais ils ne la virent pas revenir. Inquiets, ils sortirent sur le parking et réalisèrent que leur voiture était toujours là.
Ils appelèrent la police et les enquêteurs trouvèrent une petite clé de menottes près du véhicule. Lorsque les policiers tentèrent par la suite d’ouvrir les menottes de Carol DaRonch avec cette clé, ils y parvinrent facilement.
Un mois plus tard, un homme appela la police pour signaler qu’il avait vu une Coccinelle couleur bronze sortir du parking du lycée et foncer dans la nuit, le soir de la disparition de Debby Kent.

Le 12 janvier 1975, Caryn Campbell, une jeune infirmière de 23 ans, son fiancé le Docteur Raymond Gadowski et ses deux enfants, faisaient une excursion au Colorado. Gadowski suivait un séminaire et Caryn Campbell l’avait accompagné pour profiter de la montagne et passer du temps avec les enfants.
Un soir, alors que la petite famille se détendait dans le salon de leur hôtel, elle réalisa qu’elle avait oublié un magazine dans leur chambre et monta pour le chercher. Elle ne revint pas. Raymond Gadowski savait qu’elle se sentait un peu mal ce soir-là et monta pour voir si elle avait besoin d’aide. Mais elle n’était pas dans la chambre.
Au milieu de la nuit, après avoir cherché partout, bouleversé, Gadowski appela la police. Les enquêteurs fouillèrent toutes les chambres de l’hôtel, mais ne trouvèrent aucune trace de Caryn.

Un mois plus tard, à quelques kilomètres de là, on trouva son corps nu figé dans la neige, non loin d’une route. Elle avait été violemment frappée à la tête et avait été tuée peu de temps après sa disparition. Il y avait peu d’indices.

Le 15 mars, Julie Cunningham, une jolie monitrice de ski de 26 ans, disparut à Golden, dans le Colorado, alors qu’elle se rendait dans un bar pour y noyer un chagrin d’amour.

Le 6 avril, Denise Oliverson, 25 ans, s’était disputée avec son mari et avait enfourché son vélo pour se rendre chez ses parents, à Grand Junction, dans le Colorado. Lorsqu’elle ne revint pas, le soir, son époux téléphona chez ses parents, qui lui apprirent qu’elle n’était jamais arrivée chez eux. La police découvrit son vélo et l’une de ses chaussures sous un viaduc, non loin de la route qu’elle avait prise.

Mount_Aetna,_Taylor_Mountain

Taylor Moutain

Quelques mois plus tard, le crâne d’une autre jeune femme fut découvert dans la montagne Taylor du parc d’état du lac Sammamish, à 15km de l’endroit où les corps de Denise Naslund et Janice Ott avaient été trouvés.
C’était Brenda Ball, l’une des sept femmes qui avaient disparu durant l’été 1974. Elle avait été frappée à la tête avec un objet pointu.

La police procéda alors à des battues dans la montagne Taylor. Un autre crâne fut découvert, celui de Susan Rancourt, qui avait elle aussi disparu durant l’été. Deux autres crânes furent découverts dans les semaines qui suivirent, ceux de Roberta Parks et Lynda Ann Healy. Elles avaient toutes été frappées à la tête avec un objet pointu, peut-être un pied-de-biche.

Les corps de Donna Gail Manson et Georgann Hawkins ne furent jamais retrouvés.

error: Content is protected !!