Etudes

Réflexion sur différents thèmes en relation avec les tueurs en série, leur psychologie, la réponse sociale à ce phénomène, le profiling, etc.

Etre l’épouse d’un tueur en série

On a tendance à penser que les tueurs en série sont tous des solitaires. Mais nombre d’entre ont des enfants et une épouse aimante.Ils cachent leurs fantasmes morbides et leurs meurtres brutaux sous la façade de l’époux aimable ou du père de famille attentionné. La question qui se pose alors est : comment leurs épouses peuvent-elles ne pas savoir ? Complice ou victime ? Responsables ? Coupables ? Aveugles ? Linda Yates Linda Yates a dormi pendant deux ans dans une chambre à coucher alors qu’un cadavre était enterré sous la fenêtre.L’époux de Ralphene Brudos lui interdisait de descendre au ...

Lire la suite...

Définition du « profilage »

Ce texte a été écrit par Mme Sylvianne Spitzer et il est paru au mois d’octobre 1999 dans la revue française de psychiatrie et de psychologie légales « Forensic ».Mme Spitzer est psychologue de formation. Elle est diplômée de 3ᵉ cycles dans les domaines de la criminologie (science du comportement criminel), de la criminalistique (science de la recherche d’indices) et de la victimologie (science de l’étude des victimes) de l’Université Paris V.Elle est également intervenante auprès du Centre national d’Études et de Formation de la Police Nationale.Site de Mme Sylvianne Spitzer : « Profilage Criminel«  Le Profilage Criminel Dès 1886, Krafft-Ebing est le ...

Lire la suite...

Les « veuves noires »

Emprunté à l’araignée venimeuse qui dévore son compagnon après l’accouplement, cette dénomination s’applique en criminologie aux femmes qui assassinent leurs propres époux, amants, enfants ou familles.Elles sont les plus nombreuses parmi les tueuses en série. Elles peuvent tuer durant de très nombreuses années et certaines sont même des « mamies » a l’air tout à fait respectable.Les « veuves noires » utilisent souvent le poison pour tuer, comme l’araignée dont est tiré leur surnom. « Malgré sa taille, son venin neurotoxique compte parmi les plus dangereux du règne animal. Il n’est mortel que pour les personnes les plus sensibles (enfants, personnes âgées, allergiques, etc.) mais ...

Lire la suite...

Les tueuses en série

Les tueuses en série sont peu nombreuses, mais elles existent. On a longtemps cru que les femmes étaient incapables de faire le mal.C’est faux.Par contre, elles sont moins brutales et moins sadiques que les tueurs en série masculins.Elles utilisent souvent des moyens discrets pour tuer leur victime, ce qui leur permet d’agir durant des années sans se faire remarquer. « Je les ai volés et je les ai tués, aussi froide que la glace, et je le ferai encore, et je sais que je tuerai d’autres personnes parce que je déteste les êtres humains depuis longtemps ».Aileen Wuornos Les plus rares et ...

Lire la suite...

Pourquoi tuent-ils ?

Pour comprendre pourquoi les tueurs en série assassinent leurs victimes, il faut garder à l’esprit qu’ils diffèrent dans leurs mobiles et leurs attentes. Simplifions à l’extrême : la plupart tuent pour le pouvoir et le contrôlecertains pour le sexeet d’autres – surtout les femmes – pour l’argentD’autres, enfin, tuent parce qu’ils sont psychotiques et croient, par exemple, entendre des voix leur ordonnant de tuer (inspiré par l’ouvrage de Ronald et Stephen Holmes : « Serial Murder ») Les différentes raisons pour lesquelles ils tuent Ted Bundy tuait pour le contrôle.Jerry Brudos tuait pour le sexe.Joseph Kallinger tuait parce qu’une vision lui avait ...

Lire la suite...

Définition du meurtre en série

Je pourrais vous expliquer, comme vous l’avez peut-être lu ailleurs, que les tueurs en série sont, pour la majorité, des hommes jeunes et blancs qui s’en prennent plutôt à des femmes. Mais cette définition est un cliché trop souvent écrit et entendu.Je préfère me pencher d’abord sur la différence qui existe entre les Tueurs de masse (j’inclue Mass murderers et Spree killers) et les Tueurs en série (Serial killers).Puis, nous verrons que la définition couramment admise concernant les tueurs en série devrait probablement être révisée. (inspiré par l’ouvrage d’Eric Hickey : « Serial Murderers and Their Victims ») Les différences entre les ...

Lire la suite...

La « fermière de bébés » : l’infanticide par profit

Chaque époque a son type particulier de crime, de la piraterie au commerce des esclaves jusqu’aux cybercrimes modernes et aux gangs d’adolescents. La profession exercée sous le nom de « Fermière de bébés » était le produit de l’ère victorienne (règne de la reine Victoria, 1837-1901), une époque de puritanisme très stricte durant laquelle le sexe était considéré comme un affreux pêché et les naissances illégitimes signifiaient la honte pour la mère comme pour l’enfant. Les agences d’adoptions et les services sociaux n’existaient pas. Aussi, des femmes (qui étaient rarement nourrices ou infirmières) offraient leurs services pour que des mères célibataires ou ...

Lire la suite...
error: Content is protected !!